La semaine “Santé en bref ” : Implant files, remboursement de préservatifs, …

Actualités

Rédigé par Estelle B. et publié le 30 novembre 2018

Chaque semaine, Santé Sur le Net choisit pour vous 5 actualités santé, à ne pas rater. Cette semaine à la une : affaire implant files, erreurs médicamenteuses, remboursement des préservatifs masculins, priorité de la HAS, supposée de deux jumelles génétiquement modifiées en Chine

brèves santé

L’affaire « implant files»

Le Consortium International des Journalistes d’Investigation s’est penché sur la réglementation et la sécurité des dispositifs médicaux implantés dans le corps humain. L’affaire « implant files » a été révélée en France dans une émission diffusée sur France 2 le mardi 27 novembre 2018. Au cours de cette émission, trois types d’implants ont été principalement évoqués :

  • Les prothèses vaginales permanentes, à l’origine de complications parfois très douloureuses et handicapantes chez certaines femmes ;
  • Les implants mammaires texturés, qui seraient liés à un type particulier de lymphome ;
  • Les valves cardiaques de type TAVI (Transcatheter Aortic Valve Implantation), dont la durée de vie reste indéterminée à ce jour.

Lire aussiInterdiction des plombages au mercure : les femmes enceintes et les enfants d’abord !

La journée « Les médicaments ? A bon escient ! »

L’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM), en partenariat avec le Collège de la Médecine Générale, a organisé le mercredi 28 novembre 2018 une journée consacrée aux erreurs médicamenteuses en ville. Dans le cadre de la semaine de la sécurité des patients, cette journée avait pour objectif de sensibiliser l’ensemble des acteurs de santé sur les erreurs médicamenteuses et d’encourager le partage d’expériences entre les soignants. La journée a été retransmise sur la chaîne YouTube de l’ANSM. Elle devrait aboutir à un plan d’actions et à des recommandations, qui seront prochainement communiqués par l’ANSM.

Lire aussiL’OMS s’attaque aux erreurs médicamenteuses

Les préservatifs masculins bientôt remboursés !

Cette semaine, la Ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, a annoncé le remboursement du premier préservatif masculin, à compter du 10 décembre 2018. Sur prescription médicale d’un médecin ou d’une sage-femme pour un homme ou pour une femme, des boîtes de 6, 12 ou 24 préservatifs masculins pourront être délivrées en pharmacie et remboursées par l’Assurance Maladie. Cette mesure constitue un tournant majeur dans la prévention des Infections Sexuellement Transmissibles (IST), qui constituent un enjeu important de santé publique en France.

Lire aussiPréservatif féminin versus masculin

Les 6 priorités de la Haute Autorité de Santé pour 2024

Le lundi 26 novembre 2018, la Haute Autorité de Santé (HAS) a présenté sa stratégie pour les 6 prochaines années. Elle repose sur 6 grandes priorités pour 2024, pour répondre aux évolutions actuelles et à venir du système de santé français :

  1. Favoriser l’accès rapide et sécurisé aux innovations thérapeutiques.
  2. Promouvoir l’engagement des patients et des usagers du système de santé, en créant un Conseil pour l’engagement des usagers au sein de l’HAS.
  3. Promouvoir des parcours efficients de santé et de vie, en privilégiant l’approche globale du patient.
  4. Evaluer l’offre de soins et d’accompagnement, en particulier sur le plan de la pertinence des pratiques médicales et de leur efficacité pour les patients.
  5. Renforcer la présence et le rôle de l’HAS sur la scène internationale.
  6. Optimiser l’efficacité de l’HAS.

Lire aussi – Santé publique en 2017 : changement climatique, sédentarité et vaccination

L’annonce de la naissance supposée de deux jumelles génétiquement modifiées en Chine

L’ensemble de la communauté médicale et scientifique mondiale s’indigne suite à l’annonce le 26 novembre 2018 de la naissance supposée de deux jumelles génétiquement modifiées en Chine. En utilisant la technique dite des ciseaux génétiques (technique Crispr-cas9), développée en laboratoire pour tenter de traiter certaines maladies génétiques incurables, des chercheurs chinois auraient modifié l’ADN de deux embryons pour les rendre résistants au VIH. Ces deux embryons ont été ensuite implantés dans l’utérus de la mère. Pour l’instant, aucune preuve scientifique n’a été apportée pour confirmer la modification génétique des deux jumelles, mais une telle annonce est unanimement condamnée et décrite comme une violation de tous les principes éthiques fondamentaux.

Lire aussiCRISPR/CAS9 : soigner les maladies héréditaires avant la naissance

Rendez-vous la semaine prochaine, pour les prochaines actualités du monde de la santé !

Estelle B. / Docteur en Pharmacie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.