Oligospermie-img

Diagnostic et traitement

Quel diagnostic ?

Le diagnostic d’une oligospermie nécessite une analyse biologique du sperme appelée « spermogramme ».

À savoir ! Un spermogramme nécessite un recueil de sperme. La majorité des laboratoires demandent à ce que le recueil de sperme soit effectué directement au laboratoire afin d’éviter la dégradation des spermatozoïdes entre le prélèvement et l’analyse.

Ce type d’examen est réalisé dans un contexte de bilan de fertilité de couple. Ainsi, plusieurs paramètres sont évalués dont le nombre de spermatozoïdes viables, capables de progresser du vagin jusqu’aux trompes utérines où à lieu la fécondation avec l’ovocyte. Ce paramètre est apprécié grâce à l’analyse, dans une goutte de sperme au microscope, de la quantité de spermatozoïdes présents.

L’analyse du sperme permet alors de différencier différents degrés d’oligospermie :

  • Oligospermie légère, lorsque le nombre de spermatozoïdes est compris entre 5 et 14 millions par millilitres.
  • Oligospermie modérée, quand il y a entre 1 et 5 millions de spermatozoïdes dans un millilitre de sperme.
  • Oligospermie sévère lorsque la concentration en spermatozoïde est inférieure à 1 million par millilitre.

Les résultats obtenus sont comparés avec les valeurs de référence définies par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé). Lorsque la concentration en spermatozoïdes est inférieure à 15 millions par millilitre d’éjaculat ou 39 millions de spermatozoïdes par éjaculat, une oligospermie est évoquée.

Le diagnostic doit être confirmé par un second spermogramme, à 3 mois d’intervalle minimum car beaucoup de facteurs (durée d’abstinence, fatigue, stress, infection, exposition à des substances toxiques, etc.) peuvent influencer la qualité du sperme. En effet, dans certains cas l’oligospermie ne peut être que transitoire.

D’autres examens peuvent compléter le diagnostic :

  • Un bilan hormonal pour mettre en évidence une éventuelle insuffisance hormonale ;
  • Une spermoculture pour mettre en évidence une éventuelle infection ;
  • Une échographie des testicules.

Quels traitements ?

oligospermie-diagnostic

La prise en charge d’une oligospermie dépend directement de la cause de l’anomalie. Si elle est connue, il faut la traiter.

De manière générale, il existe peu de traitement capable de traiter une infertilité masculine

En cas de varicocèle, une intervention chirurgicale peut permettre de restaurer la fertilité du patient.

Dans les cas où les traitements proposés ne suffisent pas, ou que la cause de l’oligospermie n’est pas traitable, il convient d’envisager des techniques d’Assistance Médicale à la Procréation (AMP).

La FIV-ICSI (fécondation in vitro avec micro-injection) est une des techniques de PMA les plus fréquemment réalisées. Elle est particulièrement indiquée dans l’infertilité masculine et donc pour palier à l’oligospermie en introduisant les spermatozoïdes manuellement au sein de l’ovocyte. En effet, seuls quelques spermatozoïdes mobiles suffisent au bon déroulement de l’intervention.  Cette dernière offre les plus grandes chances de succès. Elle est proposée en cas d’échec de la FIV, d’anomalies importantes des spermatozoïdes ou de la présence d’anticorps anti-spermatozoïdes responsables de leur destruction.

À savoir ! Les spermatozoïdes utilisés en AMP sont sélectionnés pour être les plus « vaillants possible ». Le test de migration-survie (TMS) consiste à sélectionner les spermatozoïdes (environ 1 million)  de meilleure qualité

Enfin, lorsque les traitements de l’infertilité masculine ont échoué, le recours à une insémination artificielle est toujours possible avec un don de sperme auprès des CECOS (Centres d’étude et de conservation des œufs et du sperme humains).

Charline D., Docteur en pharmacie

– Les traitements des troubles de la fertilité masculine. EurekaSanté.Consulté le 12 août 2019.
– Spermogramme : déroulement, délais, infos… Spermogramme.net. Consulté le 12 août 2019.
– Spermogramme. Larousse. Consulté le 12 août 2019.
– Les causes masculines d’infertilité. FIV. Consulté le 12 août 2019.
– Oligospermie. Larousse. Consulté le 12 août 2019.