Tabagisme ultra passif et ultra nocif ?

Actualités Cancer Pneumologie Santé au quotidien (maux quotidiens)

Rédigé par Gabrielle M. et publié le 28 mars 2020

Il y a déjà bien longtemps que les scientifiques nous mettent en garde sur les dangers du tabagisme passif. Le nouveau concept de « tabagisme ultra passif » qui impacte également les lieux ventilés et non-fumeurs nous alerte sur les dangers sournois du tabac et son caractère nocif pour la santé, notamment celle des enfants.

tabagisme-passif-nocif

Le tabagisme passif est nocif : risque majeur pour la santé des non-fumeurs

On connaissait les conséquences néfastes sur la santé du tabagisme passif des non-fumeurs et voilà que l’on apprend aujourd’hui dans une récente étude qu’il n’y a pas que les espaces intérieurs où l’on a récemment fumé qui peuvent être contaminés par la fumée de cigarette.

En effet, des chercheurs américains ont démontré que même les pièces ventilées et interdites aux fumeurs peuvent être infiltrées par les vêtements, la peau, les cheveux, les meubles d’intérieur, les surfaces et matériaux divers (sols, tissus d’ameublement, peintures) … sous forme d’un « dégagement gazeux » particulièrement nocif pour la santé.

Cette étude, menée en Allemagne, entre janvier et février 2017, dans une salle de cinéma à Mayence – donc non-fumeur, bien ventilée et bien entretenue – a permis de mettre en évidence la présence d’un dépôt substantiel de « fumée tertiaire » persistante, autrement dit de résidus toxiques de la fumée de cigarette accroissant les concentrations intérieures en polluants dangereux, en gaz à caractère chimiques et nanoparticules hautement toxiques… des composants nocifs pouvant occasionner un tabagisme ultra passif équivalent à une à dix cigarettes !

Cette fumée tertiaire a été identifiée comme une voie d’exposition majeure à des substances toxiques telles que l’acétone, l’acide acétique, l’acétaldéhyde mais aussi le phénol, le diméthylfurane, le benzène, la nicotine, des composés d’azote et bien d’autres… hautement cancérigènes.

Lire aussi – L’air intérieur … aussi pollué que l’environnement extérieur

Chez l’enfant : des risques encore plus alarmants

On l’a vu, la fumée tertiaire présente des risques pour la santé des non-fumeurs mais encore plus chez les enfants et les nourrissons, population particulièrement vulnérable.

Parmi les risques les plus connus chez l’enfant, cela va de l’irritation des yeux, nez, gorge à la gêne respiratoire ou encore les affections cardiaques et pulmonaires.

Mais, bien plus inquiétant, des chercheurs de l’Université de Montréal ont mis récemment en évidence l’existence dune corrélation entre le tabagisme passif et les troubles du comportement chez les moins de douze ans avec risque accru du comportement antisocial, d’agressivité et de décrochage scolaire. Des risques proportionnels à l’importance de l’exposition au tabac, la fumée de tabac étant, d’après le Pr Linda Pagani, auteure principale de l’étude, « un risque pour le cerveau à un âge où celui-ci se développe ».

Informer sur le caractère nocif du tabagisme passif

Il faut donc à tout prix limiter les risques d’exposition au tabagisme passif et ultra passif, chez l’enfant en particulier qui, selon l’auteur de l’étude, « a très peu de contrôle sur son exposition à la fumée » mais également pour le bien-être et la santé de tous.

Arrêt total du tabac : le meilleur choix

Les bienfaits directs de l’arrêt du tabac se font rapidement ressentir à de nombreux niveaux : réapparition du goût et de l’odorat, meilleure haleine, regain d’énergie, meilleure qualité de la peau, diminution des risques d’infarctus, AVC et cancers … des bénéfices santé pour tous à méditer… Alors, n’hésitez plus, faites-vous aider pour arrêter !

Lire aussi – Le mois sans tabac, le point sur le tabagisme dans le monde

Gabrielle M., Conceptrice-Rédactrice

– Tabagisme “ultra-passif” : même l’odeur de tabac froid présenterait des risques pour la santé. LCI. Consulté le 17 mars 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.