Le travail est-il un prédicteur de longévité de vie pour les femmes ?

Jan 3, 2020 par

Travailler est-il bon pour la santé ? Cela dépend-il du type de travail effectué ? Si le travail a un effet positif sur la santé, celui-ci persiste -t-il à la retraite ? C’est à toutes ces questions que tente de répondre l’étude publiée dans Demography de Jennifer Caputo, chercheuse à l’institut Max Planck pour la recherche démographique.

travail-femme

Une méthode de travail visant à combler les lacunes des précédentes études

Beaucoup d’études ont été réalisées afin d’établir un lien entre la santé physique et mentale et le travail. Il a ainsi pu être établi que des emplois offrant des revenus, des pensions et des assurances moindres ainsi que ceux plus dangereux diminuent voir annulent les avantages de longévité associés à un travail stable. Ou encore que les personnes qui subissent un stress au travail courent jusqu’à 40 % plus de risques d’avoir  un accident vasculaire cérébral. Cette nouvelle étude, qui analyse des données issues d’une étude longitudinale menée aux Etats-Unis sur 5.100 femmes âgées entre 30 et 44 ans et suivies pendant plus de 30 ans, de 1967 jusqu’en 2003, s’est fixé comme objectif de  répondre à ces questions :

  • Quel est le lien entre le travail et la santé mentale et physique et la mortalité à un âge avancé, et ces liens sont-ils stables dans le temps ?
  • Les expériences au travail modifient-elles ce lien ?

Ce qui a donc particulièrement intéressé les chercheurs est la persistance du lien entre la santé et le travail, y compris de nombreuses années après l’arrêt de ce travail.

L’équipe de chercheurs s’est par ailleurs intéressée à une période tout à fait intéressante et importante pour les femmes : celle de leur entrée sur le marché du travail. Opposant exigences familiales et professionnelles, les femmes se retrouvent alors confrontées à de multiples facteurs de stress associés à un nouveau mode de vie.

Des résultats attendus mais nuancés

L’étude a montré que les femmes ayant travaillé de façon constante pendant une période de 20 ans :

  • Ont signalé moins de symptômes de dépression
  • Ont vécu plus longtemps après l’étude

Ce, même en intégrant des paramètres tels que :

  • L’état de santé de base de ces femmes
  • Les caractéristiques structurelles et de l’évaluation de ces emplois.

D’autre part, les femmes sans emploi ou victime de discrimination présentaient des conditions physiques et mentales plus altérées en vieillissant.

L’étude parvient donc à ajouter des connaissances sur la façon dont les expériences sociales majeures influent sur la santé des individus à l’âge de la retraite et suite à une carrière constante, débutant tôt.

Selon les chercheurs, de futures études devraient continuer à être menées afin de connaître plus précisément les types d’avantages et de ressources que le travail procure afin de creuser ce lien entre travail et santé. Mais, pour Jennifer Caputo : “Nos résultats prouvent que la santé des femmes est favorisée par le fait d’être employées, quelle que soit leur situation économique et même si elles n’exercent pas toujours leur travail dans les meilleures conditions. Pour la première fois, nous avons pu montrer une relation positive à long terme entre le travail et le maintien de la santé pendant de nombreuses années, même après l’âge de la retraite“.

Juliette S., Rédactrice scientifique

– Midlife Work and Women’s Long-Term Health and Mortality.Springer.com. Consulté le 23 décembre 2019.
Juliette S.
Sage femme
Rédactrice spécialisée dans la santé de la femme en âge de procréer
Passionnée par les domaines du bien-être et de l'écologie
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.