Comment conjuguer au mieux travail et grossesse ?

Dec 7, 2019 par

Nous sommes souvent exposés, au cours de notre carrière à un certain nombre de risques professionnels. Lors d’une grossesse, ces risques peuvent avoir un impact majeur sur la santé de la mère et de son enfant. Ce qui peut nous paraître normal comme le travail de nuit, le port de charges lourdes, les gestes répétitifs, les longs trajets ou encore la station debout prolongée deviennent vite problématiques une fois enceinte.

L’Association interprofessionnelle des Centres Médicaux et Sociaux de santé au travail (ACMS), nous aide à mieux connaître les bons gestes pour protéger sa grossesse au travail.

grossesse

Soulager la contrainte physique

Lors d’une grossesse, les dépenses énergétiques sont accrues. Des situations habituellement gérables peuvent donc facilement devenir difficiles une fois enceinte.

Une des premières recommandations délivrées par l’ACMS est d’en parler à son médecin du travail. En effet, certaines situations de travail peuvent nécessiter des aménagements de postes. Comme pour les métiers des soignants, qui impliquent un travail de nuit, le port de charges lourdes, une station debout prolongée ou les métiers qui exposent aux mauvais temps ou à un niveau sonore élevé. Et c’est important, car nous savons que l’exposition à ces différents risques augmente les risques de fausses couches ou de prématurité.

Par ailleurs, la loi protège les femmes enceintes, à travers le code du travail, qui réglemente certains travaux. Ainsi des articles précisent bien dans quelles conditions une femme ne doit pas se retrouver, comme l’exposition aux rayonnements ionisants (comme les radiographies) ou encore l’utilisation d’outils manuels à air comprimé, trop dangereux à manipuler.

Écarter au maximum les risques

Certains produits chimiques sont dangereux pour la fécondité, le foetus et l’allaitement.

Il est donc très important de les connaître. Dans le code du travail[1], il est spécifié qu’il est “ interdit d’employer une femme enceinte ou allaitante à des travaux l’exposant à certains produits chimiques tels que : plomb, mercure, benzène, produits antiparasitaires, agents classés toxiques pour la reproduction”.

Mais il n’est pas toujours évident de les repérer, car, contrairement aux boissons alcoolisées, il n’existe pas de logo signifiant la dangerosité des produits chimiques pour les femmes enceintes.

Ce que l’ACMS recommande est donc une vigilance accrue des symboles et d’identifier ceux évoquant une dangerosité pour la santé.

De la même façon, les médicaments ou produits cosmétiques sont à consommer avec prudence lors d’une grossesse et sur avis médical.

Se protéger des risques biologiques

Des maladies, anodines la plupart du temps peuvent devenir graves lors d’une grossesse car affectant le foetus. Les personnes travaillant dans des crèches par exemple ont donc plus de risques d’être exposées à des maladies comme la varicelle ou la rubéole.

Voyager dans des zones à risques de paludisme est une autre source d’infection.

Une des principales préoccupations lors d’une contamination est la fièvre, qui, à elle seule peut provoquer fausses couches ou retard de croissance.

À ce sujet, l’ACMS recommande des gestes simples comme le port de gants ou de masque en cas de risque d’exposition, et le lavage de mains régulier.

Pour les métiers quotidiennement exposés, il est indispensable de s’assurer que ses vaccins soient bien à jour.

Prévenir plutôt que guérir

Lors d’un test de grossesse positif, il est important d’en informer rapidement le médecin du travail. C’est lui qui va pouvoir délivrer les premières informations nécessaires à la femme enceinte mais également à l’employeur et les différentes mesures à prendre si besoin.

Son rôle est de supprimer tout risque potentiel, pour la femme enceinte, de s’exposer à des situations délétères pour elle ou son bébé.

Il pourra également rappeler à la femme enceinte des conseils d’ordre plus généraux et l’orienter vers des services spécifiques si par exemple elle souhaiterait arrêter de fumer.

Adopter les bons réflexes

L’ACMS rappelle quelques conseils de bases, indispensables au bon déroulement d’une grossesse. Il est en effet important, pour soi et son enfant, de se sentir en bonne santé.

Les femmes enceintes peuvent ainsi continuer à faire du sport, comme la natation particulièrement adaptée à la grossesse. C’est une période particulière dans la vie d’une femme car elle demande des adaptations. L’arrêt du tabac, de l’alcool, de l’usage de certains médicaments et de certains aliments (comme le fromage frais, la charcuterie, le poisson cru, les fruits et légumes crus non lavés, afin d’éliminer les risques de listériose et de toxoplasmose) sont autant de prérequis pour qu’une grossesse se passe bien.

De manière générale, cette période de 9 mois est l’occasion de se recentrer sur ses besoins et de veiller à son bien-être général, son sommeil, ses postures.

À savoir ! La listériose est une infection d’origine alimentaire due à la bactérie Listeria monocytogenes, qui peut provoquer un avortement, un accouchement prématuré ou une infection néonatale grave chez la femme enceinte. La toxoplasmose est une infection due au parasite Toxoplasma gondii qui peut affecter le développement du fœtus.

Afin de vivre une grossesse le plus sereinement possible, il est primordial de se sentir suffisamment informé.

Ces informations peuvent être relayées par de nombreux organismes et personnes.

  • Son médecin du travail, qui, soumis au secret professionnel, gardera cette information pour lui mais vous orientera au mieux lors des mois à venir.
  • Son gynécologue ou sa sage-femme, qui fera le suivi de grossesse.
  • Enfin, le service social, afin de connaître ses droits en terme de congé maternité et paternité.

Juliette S., Rédactrice scientifique


Juliette S.
Sage femme
Rédactrice spécialisée dans la santé de la femme en âge de procréer
Passionnée par les domaines du bien-être et de l'écologie
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.