Un antiépileptique à haut risque pour l’enfant lors de la grossesse

Actualités Grossesse Neurologie

Rédigé par Alexia F. et publié le 1 juillet 2022

En France, 600 000 personnes vivent avec une épilepsie. Maladie neurologique très handicapante, certains patients bénéficient d’un traitement antiépileptique qui leur permet de vivre correctement. Cependant, ces traitements ne sont pas dénués d’effets secondaires. L’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé (ANSM) pointe notamment le topiramate. Il est, en effet, responsable de troubles neurologiques chez les enfants exposés pendant la grossesse. Explications.

Femme enceinte qui prend un antiépileptique

Le topiramate, un antiépileptique à haut risque en cas de grossesse

Dans le monde, environ 60 millions de personnes souffrent d’une forme d’épilepsie. Elles sont 600 000 en France, dont la moitié a moins de 20 ans. Pour réduire la survenue des crises d’épilepsie, les patients peuvent bénéficier d’un traitement antiépileptique. S’ils permettent d’améliorer la qualité de vie de nombreux patients, certains présentent des risques pour l’enfant à naître en cas de grossesse.

C’est le cas du topiramate. En effet, l’ANSM rappelle que ce médicament est tératogène. Cela signifie qu’en cas de grossesse, il expose à un risque majeur de malformations chez l’enfant telles que des fentes des lèvres et du palais, des atteintes des organes génitaux ou une diminution de la taille du cerveau. Ce médicament antiépileptique augmente le risque de malformations par 3.

Des troubles neurologiques chez l’enfant

L’ANSM renouvelle ses recommandations concernant ce traitement antiépileptique en raison de récents résultats publiés dans la revue JAMA Neurology. En effet, cette étude porte sur les risques neurodéveloppementaux chez les enfants exposés in utero aux antiépileptiques, de façon générale. Pour cela, les chercheurs ont analysé les données de plusieurs registres nordiques. Au total, ils ont retenu 4,5 millions de paires mère-enfant suivies entre 1996 et 2017. Parmi eux, 24 825 enfants ont été exposés in utero à au moins un médicament antiépileptique, puis suivis pendant 8 ans.

Ainsi, ce travail dévoile que la prise de topiramate pendant la grossesse augmente :

  • Le risque de survenue d’un trouble du spectre autistique (multiplié par 2,77) ;
  • Le risque de déficience intellectuelle (multiplié par 3,47).

Ces risques sont augmentés par rapport aux femmes épileptiques qui n’ont pas pris de traitement pendant leur grossesse.

L’ANSM a demandé une évaluation européenne de ces résultats. Mais, en attendant, elle incite à prendre en compte ces données dès à présent lors de toute prescription de topiramate à une femme en âge de procréer ou enceinte.

Recommandations de l’ANSM aux femmes qui prennent du topiramate

Également, l’ANSM profite de ces nouvelles données pour rappeler ses recommandations destinées aux femmes qui prennent du topiramate.

En effet, si la femme est enceinte ou suspecte une grossesse et qu’elle prend le topiramate comme antiépileptique, il est essentiel de consulter son médecin pour qu’il évalue la nécessité de poursuivre le traitement. S’il est pris en traitement de migraines, il sera très probablement interrompu au profit d’un autre traitement.

Par ailleurs, le topiramate peut réduire l’efficacité de la pilule contraceptive. Ainsi, l’ANSM rappelle qu’il faut veiller à prendre une contraception hautement efficace, sous recommandation de son médecin.

En cas de projet de grossesse ou d’allaitement, le traitement sera adapté par le médecin. Dans tous les cas, si le topiramate est pris en tant qu’antiépileptique, il ne faut pas l’arrêter sans l’avis de son médecin. En effet, un arrêt brutal pourrait entraîner une recrudescence majeure des crises d’épilepsie pouvant mettre en danger la vie de la femme et de son enfant.

Alexia F., Docteure en Neurosciences

Sources
– Association of Prenatal Exposure to Antiseizure Medication With Risk of Autism and Intellectual Disability. jamanetwork.com. Consulté le 1er juillet 2022.
– Topiramate : risque de troubles neurodéveloppementaux chez les enfants exposés in utero et rappel des règles d’utilisation chez les femmes. ansm.sante.fr. Consulté le 1er juillet 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.