29 octobre : journée mondiale de l’Accident Vasculaire Cérébral (AVC)

Actualités Neurologie

Rédigé par Estelle B. et publié le 28 octobre 2022

En France, un accident vasculaire cérébral (AVC) survient en moyenne toutes les 4 minutes. Et dès que l’accident survient, chaque minute est primordiale pour le pronostic vital et fonctionnel du patient. Le 29 octobre est consacré à la journée mondiale de l’Accident Vasculaire Cérébral (AVC). Cette année, la Société Française Neuro-Vasculaire lance à cette occasion une campagne de sensibilisation du grand public.

journée mondiale de l’Accident Vasculaire Cérébral

L’AVC, une urgence vitale

L’accident vasculaire cérébral, plus couramment appelé l’AVC, désigne un accident cardiovasculaire consécutif à une atteinte de la circulation sanguine vers le cerveau. Deux grands types de situation peuvent se produire :

  • La formation d’un caillot qui obstrue un vaisseau sanguin irrigant le cerveau (80 % des cas) ;
  • La déchirure d’un vaisseau sanguin cérébral provoquant une hémorragie cérébrale (20 % des cas).

La journée mondiale de l’AVC est l’occasion de sensibiliser le grand public à ce problème majeur de santé publique. Et le message fondamental à retenir est que chaque minute compte pour sauver la vie et permettre la meilleure récupération possible pour le patient. L’AVC constitue une urgence vitale, qui nécessite un appel immédiat aux services d’urgence (15 ou 112, SAMU). Il est impératif qu’un traitement adapté soit administré le plus rapidement possible au patient victime d’un AVC.

Chaque minute de traitement sauve 2 millions de neurones

Depuis quelques années, le pronostic de l’AVC s’est considérablement amélioré grâce à une prise en charge en urgence et aux progrès thérapeutiques. En France, le taux de guérison complète est de 40 %, et seulement 10 % des patients conservent des séquelles graves, le plus souvent neurologiques, après un AVC. La mortalité reste importante, avec 30 000 décès recensés chaque année en France. Ce qu’il faut retenir, c’est que chaque minute compte pour donner le maximum de chances au patient de se remettre de l’AVC.

Autre information importante pour le grand public, l’AVC ne concerne pas uniquement les personnes âgées, même si l’âge moyen des patients est de 74 ans. De plus en plus de sujets jeunes sont touchés par ces accidents cardiovasculaires, dont un quart survient avant l’âge de 65 ans. Dans moins d’un % des cas, l’AVC survient chez l’enfant ou l’adolescent, généralement dans des contextes cliniques très spécifiques. Les femmes entre 18 et 64 ans sont particulièrement touchées par l’augmentation de l’incidence de l’AVC, en raison de facteurs de risque qui leur sont propres :

journée mondiale de l’Accident Vasculaire Cérébral

Des signes d’alerte que chacun doit connaître

Pour le grand public, enfants, jeunes, adultes, séniors, …, il est capital de savoir reconnaître les principaux signes d’alerte, qui témoignent de la survenue d’un AVC :

  • Une paralysie, une faiblesse ou un engourdissement d’une partie ou de la moitié du corps ;
  • Une déformation de la bouche, des difficultés à parler ;
  • Une perte de la vision d’un œil ;
  • Des troubles de l’équilibre, de la coordination ou de la marche ;
  • Des maux de tête très violents et inhabituels.

Face à de tels signes, les proches doivent immédiatement appeler le 15 ou le 112, pour que le patient soit pris en charge au plus vite dans une unité de soins adaptés. L’objectif est l’arrivée dans un délai le plus court possible dans une unité neuro-vasculaire, des unités dont la création a permis de faire reculer de 20 % la mortalité liée à l’AVC en France.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources
– Journée Mondiale de l’Accident Vasculaire Cérébral. datapressepremium.com. Consulté le 21 octobre 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *