Maladie d’Alzheimer : un diagnostic précoce grâce à un test d’orientation

Jun 1, 2020 par

Est-il vrai que l’on peut diagnostiquer de façon précoce une maladie d’Alzheimer  en passant une simple épreuve d’orientation dans l’espace ? Oui… et non ! Des chercheurs allemands ont récemment montré qu’un test d’orientation dans l’espace permettait de distinguer trois catégories de patients : les sujets non malades, les patients présentant des troubles légers de la mémoire mais non liés à une maladie d’Alzheimer et les patients présentant les mêmes troubles, cette fois potentiellement dus à un début de maladie d’Alzheimer. Santé sur le Net fait le point.            

Un couple de personnes âgées réalisant un test d'orientation en pleine forêt

Les pertes de mémoire ne sont pas forcément synonymes de maladie d’Alzheimer

La maladie d’Alzheimer est une maladie dite neurodégénérative car elle entraîne la mort progressive des cellules du cerveau, dont les neurones. Cette maladie entraîne une perte des capacités « cognitives » (qui touchent aux fonctions de la connaissance). On parle de démence. Les pertes de mémoire sont le symptôme le plus connu de la maladie d’Alzheimer, qui conduit également à des troubles du langage et du comportement. Près de 50 millions de personnes à travers le monde souffrent de cette pathologie. Mais ce n’est pas la seule démence, d’autres pathologies présentent des symptômes très similaires, dont la maladie à corps de Lewy. Il est important de poser le bon diagnostic pour accompagner au mieux les patients et les soigner, quand un traitement existe.

Diagnostiquer Alzheimer : difficile, invasif et trop tardif

Le diagnostic de maladie d’Alzheimer est posé suivant les résultats obtenus à une série de tests écrits ou oraux qui évaluent la mémoire, associée à une imagerie cérébrale (IRM ou scanner du cerveau pour dépister les anomalies typiques de cette maladie) et l’analyse de la présence de marqueurs dans le liquide céphalo-rachidien (le liquide dans lequel baigne le cerveau). Ce liquide est récolté en faisant une ponction lombaire, entre les vertèbres du bas du dos, un examen donc très invasif et non anodin.

Lorsque les patients viennent consulter pour des pertes de mémoire, bien souvent le premier symptôme visible par les patients ou la famille, la maladie d’Alzheimer est déjà présente depuis plusieurs années, parfois depuis 15-20 ans. Il n’existe pas encore de traitement contre la maladie d’Alzheimer. Les spécialistes pensent que c’est en partie dû au fait que les patients traités sont à un stade trop avancé de la maladie. Il serait alors trop tard pour intervenir. Mais il n’y a pas lieu de prescrire une ponction lombaire ou une imagerie cérébrale à un patient sans symptôme. D’où l’importance de trouver un moyen diagnostique non-invasif capable de détecter les patients à un stade dit pré-clinique, avant qu’ils ne présentent de troubles visibles. On parle alors de déficit cognitif léger.

Tester l’orientation dans l’espace : diagnostic rapide et non-invasif

N’étant pas la seule démence, un patient avec un déficit cognitif léger n’est donc pas forcément un futur patient Alzheimer. Certains patients peuvent même rester à ce stade pré-clinique, présentant de légers troubles bénins liés à l’âge, sans progression vers une maladie neurologique. Une équipe de recherche allemande a montré qu’il était possible de détecter les patients avec un déficit cognitif léger pré-Alzheimer grâce à un test de navigation dans l’espace. Pour cela, les chercheurs ont tracé un itinéraire de promenade le long duquel plusieurs objets étaient déposés, dont un ballon et des jouets. Après avoir effectué le parcours avec quelqu’un, le patient devait refaire l’itinéraire seul, en suivant un ordre donné par les objets. Les chercheurs évaluaient ainsi les capacités de navigation « égocentrique », qui enregistre un itinéraire précis et ses directions. Ils ont aussi testé les capacités de navigation « allocentrique », qui permet une orientation selon des points précis dans l’espace. Pour cela, ils ont demandé aux patients de se déplacer d’un objet à un autre dans un ordre différent du parcours, en utilisant le chemin le plus court.

Les troubles de l’orientation prédisent d’une évolution vers Alzheimer

Les patients pré-Alzheimer ont fait plus d’erreurs dans les deux tests de navigation que les patients avec déficit cognitif léger non pré-Alzheimer et les sujets contrôles sans déficit cognitif. Les patients avec un déficit cognitif léger non pré-Alzheimer ont fait plus d’erreurs que les sujets non malades sur le test allocentrique uniquement. Le diagnostic pré-Alzheimer, ou non, des patients était confirmé grâce à l’imagerie cérébrale et par la ponction lombaire. Cette étude montre qu’un simple test d’orientation dans l’espace permettrait de diagnostiquer les patients au stade très précoce de la maladie d’Alzheimer. Ces patients pourraient ensuite intégrer des essais thérapeutiques dans le but de stopper très prématurément le développement de leur démence Alzheimer.

Sarah G., Attachée scientifique

– 2016 Alzheimer’s disease facts and figures. ALZHEIMER’S ASSOCIATIONS. Consulté le 15 mai 2020.
– Diagnosis and Management of Neuropsychiatric Symptoms in Alzheimer’s Disease. SPRINGER LINK. Consulté le 15 mai 2020.
– Real-space navigation testing differentiates between amyloid-positive and -negative aMCI. NEUROLOGY. Consulté le 15 mai 2020.

Sarah G.
Sarah, Attachée Scientifique
Biologiste spécialisée dans l’information médicale et scientifique.
Passionnée par les neurosciences et les innovations thérapeutiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.