Les bienfaits de l’avocat contre les maladies cardiovasculaires

Actualités Cardiologie Conseils nutrition

Rédigé par Deborah L. et publié le 10 mai 2022

Les maladies cardiovasculaires sont la seconde cause de mortalité après les cancers en 2020 en France. Pourtant, ils pourraient être largement prévenus par une alimentation saine. Et si l’avocat faisait partie des aliments à privilégier ? C’est ce que suggère une récente étude américaine. En effet, elle démontre que les bienfaits liés à la consommation de l’avocat incluraient un risque plus faible de maladies cardiovasculaires.

avocat ses bienfaits

L’avocat : des bienfaits nutritionnels reconnus

Véritable enjeu de santé publique, les maladies cardiovasculaires (telles que l’hypertension artérielle ou les accidents vasculaires cérébraux) représentaient en 2020 la seconde cause de mortalité après les cancers chez les Français. C’est dire combien leur prévention est essentielle.

Cette prévention passe avant tout par un mode de vie sain incluant une alimentation variée et de qualité. Parmi les aliments à privilégier figure l’avocat. Fruit à forte densité nutritionnelle, il contient des fibres alimentaires, du potassium et du magnésium. Il se compose également d’acides gras mono-insaturés et polyinsaturés, des phytonutriments et des composés bioactifs. Autant de nutriments favorables à la bonne santé cardiovasculaire.

À savoir ! Dans le cadre de la prévention des maladies cardiovasculaires, l’American Heart Association et l’American College of Cardiology recommande une alimentation limitée à environ 6 % des calories issues d’acides gras saturés. Également, le remplacement des acides gras saturés et des graisses trans par des graisses mono-insaturées et polyinsaturées est bénéfique

Certes, des nombreuses études américaines ont démontré plusieurs bienfaits liés à l’inclusion de l’avocat dans les repas. Les consommateurs de ce fruit présentent, entre autres, un indice de masse corporelle plus faible que ceux qui n’en consomment pas. Mais, aucune étude n’avait exploré le lien entre la consommation d’avocats et le risque de maladies cardiovasculaires. Une équipe de scientifiques américains s’est donc penchée sur le sujet.

Quel impact sur le risque de maladies cardiovasculaires ?

Cette étude à grande échelle a inclus 110 487 américains professionnels de santé dont 68 786 femmes et 41 701 hommes. Suivis pendant 30 ans (de 1986 à 2016), aucun des participants ne présentait de cancer, de maladie coronarienne ou d’antécédent d’accident vasculaire cérébral lors du recrutement. Les participants ont rempli des questionnaires relatifs à leur fréquence de consommation alimentaire. Répété tous les 4 ans, ce questionnaire permettait d’analyser le régime alimentaire de la cohorte.

Après un suivi de 30 ans, les scientifiques ont obtenu les résultats suivants :

  • Au total, 14 475 cas incidents de maladies cardiovasculaires (9 185 événements coronariens et 5 290 accidents vasculaires cérébraux) ont été documentés sur les 30 ans de suivi.
  • Les personnes consommant plus de 2 portions d’avocat par semaine présentaient un risque de maladies cardio-vasculaires inférieur de 16 %. De plus, ils présentaient un risque de maladie coronarienne inférieur de 21 %.
  • Le remplacement d’une demi-portion/jour de margarine, de beurre, d’œuf, de yaourt, de fromage ou de viande transformée par une quantité équivalente d’avocat était associé à un risque de maladies cardiovasculaires inférieur de 16 % à 22 %.

Ces résultats suggèrent ainsi le lien entre une consommation plus importante d’avocats et un risque plus faible de maladies cardiovasculaires. La consommation de graisses insaturées d’origine végétale constituerait donc un élément important de prévention des maladies cardiovasculaires. Ce résultat est valable chez les hommes et les femmes.

De la nécessité d’études plus poussées les bienfaits de l’avocat

Cette étude comporte certaines limites. Elle n’est en effet pas représentative de l’ensemble de la population américaine vu que seuls des infirmières et des professionnels de santé ont été suivis. Par ailleurs, l’évaluation de la consommation d’avocats peut comporter des inexactitudes vu qu’elle repose sur les informations fournies par les participants. Enfin, il s’agit d’une étude observationnelle. Elle ne permet donc pas d’établir un lien de cause à effet.

Néanmoins, les conclusions de cette étude laissent penser que remplacer certains aliments riches en graisses par de l’avocat diminuerait le risque de maladies cardiovasculaires. Des études supplémentaires sont nécessaires pour confirmer cet effet.

Déborah L., Docteur en Pharmacie

Sources
– L’avocat, une bonne défense contre les maladies cardiovasculaires. jim.fr. Consulté le 8 mai 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *