Des cancers foudroyants chez l’enfant

May 29, 2017 par

Les cancers pédiatriques sont très différents des cancers de l’adulte. Depuis quelques années, les progrès thérapeutiques ont permis d’améliorer considérablement les taux de guérison. Mais une récente étude révèle que les enfants sont parfois victimes de décès foudroyants peu de temps après le diagnostic de la maladie.

décès cancers pédiatriques



Les cancers pédiatriques en hausse dans le monde

Les cancers de l’enfant ont des caractéristiques souvent totalement différentes des cancers de l’adulte. Ils se divisent en plusieurs catégories, parmi lesquelles les leucémies et les lymphomes, les rhabdomyosarcomes, les tumeurs osseuses, les tumeurs neurologiques et les autres cancers pédiatriques.

Une récente étude, menée à l’échelle mondiale sur 385 509 enfants dans 62 pays, révèle que la fréquence de ces cancers est en hausse de 13 % depuis les années 80. Les cancers les plus fréquents sont les leucémies, suivies par les tumeurs neurologiques et les lymphomes. Les auteurs de l’étude imputent cette augmentation à des facteurs extérieurs (infections, présence de polluants dans l’environnement), mais aussi à un diagnostic plus efficace et plus précoce.

Chez les adolescents entre 15 et 19 ans, la fréquence des cancers pédiatriques est accrue. Les diagnostics les plus retrouvés sont les lymphomes, suivis par les carcinomes et les mélanomes.

De plus en plus de guérison … mais aussi des décès foudroyants

Les progrès thérapeutiques des dernières décennies permettent de guérir de plus en plus d’enfants touchés par le cancer. Les taux de survie après 5 ans ont considérablement augmenté depuis quelques années. Ainsi, en moyenne, plus de 80 % des jeunes patients survivent 5 ans après le diagnostic. Malheureusement, des enfants décèdent toujours des suites de leur cancer, parfois très rapidement après le début de la maladie.

Pour mieux comprendre les facteurs de risque de décès précoce, une récente étude américaine s’est penchée sur la mortalité des cancers pédiatriques, et en particulier sur les décès foudroyants, c’est-à-dire survenant moins d’un mois après le diagnostic. Les chercheurs ont analysé une base de données regroupant les dossiers médicaux de 36 337 enfants, âgés de 0 à 19 ans, touchés par le cancer entre 1992 et 2011.

Les résultats ont mis en évidence que le pourcentage de décès précoce était de 1,5 %.  Cette mortalité varie-t-elle selon le type de tumeur ? Quels enfants sont les plus concernés par ce phénomène ?

Quels facteurs de risque de décès foudroyants ?

Les enfants atteints d’une leucémie aigüe myéloblastique, d’une leucémie aigüe lymphoblastique, d’un hépatoblastome (tumeur hépatique de l’enfant) ou de tumeurs cérébrales malignes présentaient le risque le plus élevé de mortalité précoce. Ainsi, 6,2 % des enfants atteints de leucémie aigüe myéloblastique décédaient précocement, contre 1,6 % dans les essais cliniques. Pourquoi une telle différence ? Selon les auteurs, elle résulte du fait que les enfants décédant très rapidement après le diagnostic n’ont pas le temps d’être inclus dans un essai clinique et ne sont donc pas comptabilisés dans ces études.

Un âge inférieur à un an est un facteur de risque important de décès précoce, quel que soit le type de tumeur. De même, les chercheurs ont noté que les origines ethniques africaines et hispaniques constituaient des facteurs de risque de décès précoce dans plusieurs types de cancers pédiatriques. Dans le cas des tumeurs hématologiques, les enfants vivant dans des foyers à revenus faibles à moyens présentent également un risque plus élevé de décès précoce.

Les résultats de cette étude montrent que les décès foudroyants suite à des cancers pédiatriques sont peu pris en compte dans les essais cliniques. Mieux comprendre quels sont les enfants les plus à risque pourrait permettre de développer des méthodes de prévention spécifiques pour ces enfants. Un aspect crucial pour augmenter leurs chances de survie.

Estelle B. / Docteur en Pharmacie

– International incidence of childhood cancer, 2001–10: a population-based registry study. Steliarova-Foucher, Eva et al. 2017. The Lancet Oncology
– Death Within 1Month of Diagnosis in Childhood Cancer: An Analysis of Risk Factors and Scope of the Problem. Green, Adam L. 2017. Journal of Clinical Oncology 35. DOI: 10.1200/JCO.2016.70.3249.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.