Un cancer des os désigne la présence d’une tumeur maligne à l’intérieur d’un os. Celui-ci peut être primitif, autrement dit se développer directement au niveau de l’os, ou être secondaire à un premier cancer. Dans ce second cas, on parlera alors de métastases et non pas de cancer des os. Le premier signe d’alerte est la douleur. Des examens d’imagerie parfois complétés d’une biopsie sont nécessaires à l’établissement du diagnostic. La prise en charge dépend de divers éléments dont le pronostic et la localisation de la tumeur ainsi que l’état de santé du patient. Comme dans tous les cancers, il existe trois types de traitement : la chirurgie, la chimiothérapie et la radiothérapie. Elles peuvent être prescrites en monothérapie ou en association.

Définition et symptômes

Qu’est-ce qu’un cancer des os ?

Un cancer primitif des os débute au niveau des cellules osseuses ou du cartilage. La tumeur est constituée d’un amas de cellules cancéreuses prêtent à envahir les tissus environnants. Ce type de cancer peut également s’étendre à d’autres zones corporelles, ceux sont les métastases.

Le cancer primitif des os est extrêmement rare chez les adultes. Il touche plus volontiers les enfants et les adolescents pour lesquels il représente entre 6 et 10% de l’ensemble des cancers. Les principaux types de cancer de l’os sont : l’ostéosarcome, le chondrosarcome et le sarcome d’Ewing.

Lorsque le cancer qui affecte les os provient de la propagation d’un premier cancer, on parle de métastases osseuses ou de cancer secondaire. Ceux sont des localisations à distance du cancer d’un autre organe, par exemple, de la prostate, du rien, du sein, etc. Ils se traduisent en général par des douleurs ou des fractures spontanées affectant majoritairement les os longs.

Quelles causes ?

Maladie-Forestier-fi-diagosticL’origine précise du cancer des os est encore inconnue à ce jour. Plusieurs causes sont évoquées :

  • Une prédisposition génétique ;
  • Une irradiation du tissu osseux ;
  • Les hormones de croissance. L’ostéosarcome affecte principalement les os à croissance rapide (les os longs des membres) dans une période de croissance de l’individu ;
  • La maladie de Paget.

Quelle est la fréquence de cette maladie ?

En France, on enregistre chaque année environ 130 nouveaux cas de cancer des os. Ce type de cancer concerne essentiellement les adolescents et les jeunes adultes, ainsi que les plus de 50 ans.

L’ostéosarcome est le type de cancer des os le plus fréquent. Il atteint généralement les os des bras ou des jambes à proximité de leurs extrémités. Il survient essentiellement entre 10 et 20 ans.

Le sarcome d’Ewing atteint plutôt les os courts comme les côtes, les vertèbres ou le bassin. Les personnes les plus touchées sont les enfants et les jeunes adolescents.

Enfin, le chondrosarcome est une tumeur qui affecte le cartilage. Elle concerne plus volontiers les adultes entre 30 et 70ans.

Quels sont les symptômes ?

Il est possible que le cancer des os ne cause, au début, aucun symptôme.

Lorsque la tumeur grossit, elle peut engendrer de la douleur ou rendre palpable une masse sur un os. Le symptôme le plus fréquent est la douleur osseuse ou articulaire qui ne disparaît pas et s’intensifie avec de l’exercice ou en fin de journée. D’autres symptômes peuvent être associés : difficulté à mobiliser un membre, fractures et plus rarement de la fatigue, transpiration, fièvre ou perte de poids.

Diagnostic et traitement

Quel est le diagnostic ?

cancer des os : colonne vertébraleLe diagnostic débute généralement par un examen clinique ainsi qu’un questionnement du médecin envers son patient. Selon les informations collectées, le médecin décidera ou non de prescrire d’autres examens comme une radiographie osseuse, une scintigraphie osseuse voire une biopsie. Dans un premier temps, l’objectif est d’écarter toutes les causes possibles à l’origine des symptômes.

A savoir ! Une biopsie consiste à prélever un échantillon de tissus à analyser au microscope. Ici, il est nécessaire de prélever un morceau d’os soit par ponction, soit par chirurgie.

De manière générale, le pronostic d’un cancer est évalué par un médecin qui tient compte de divers critères : le type de cancer, son stade, les antécédents médicaux du patient, le traitement choisi, la réponse au traitement, etc.

Dans le cas d’un cancer des os, les facteurs pronostiques importants sont :

  • L’emplacement de la tumeur. Une tumeur qui débute dans un os du bras ou de la jambe est généralement de meilleur pronostic qu’au niveau du thorax, du bassin ou de la colonne vertébrale. Cela pour plusieurs raisons, ils sont souvent diagnostiqués tardivement, proches d’un organe important ou moins facile à retirer chirurgicalement.
  • Le grade et la taille de la tumeur ;
  • La propagation de la tumeur, autrement dit la capacité de la tumeur à métastaser. C’est le facteur le plus important dans l’évaluation du pronostic. Le fait que le cancer soit déjà métastasé lors du diagnostic abouti à un diagnostic plus sombre.
  • L’âge du patient ;
  • La réponse au traitement de chimiothérapie. En effet, une chimiothérapie est souvent administrée avant une chirurgie afin de réduire la taille de la tumeur. L’ampleur de la réduction affecte le pronostic du cancer.

Quel est le traitement ?

Comme dans tous les cancers, il existe différents types de prise en charge qui peuvent être associées ou non :

Le traitement choisi diverge selon le stade du cancer des os. La meilleure approche thérapeutique est préalablement discutée et débattue lors d’une réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP) qui réunit plusieurs professionnels, dont l’oncologue.

Pour évaluer quel traitement sera le plus adapté plusieurs éléments sont pris en compte :

  • Le type de cancer ;
  • Le stade et le grade du cancer ;
  • Le mode de vie et la volonté du patient ;
  • L’état de santé générale du patient.

A l’issue de celle-ci, un compte-rendu ainsi qu’un exemplaire du programme personnalisé de soin (PPS) est remis au médecin traitant du patient.

A noter que la chimiothérapie entraîne certains effets indésirables, plus ou moins prononcés selon le produit :

  • Des nausées et vomissements ;
  • Des troubles digestifs (la diarrhée et/ou la constipation) ;
  • Des aphtes ;
  • L’alopécie (la chute des cheveux) ;
  • La baisse des globules blancs et des globules rouges ;
  • De la fatigue ;
  • Des troubles du cycle menstruel (irrégularité voire arrêt des menstruations) chez les femmes.

Charline D.,  Docteur en pharmacie

– Cancer des os. Société canadienne du cancer. . Consulté le 7 juin 2019.
– Cancer des os. Larousse. Consulté le 7 juin 2019.
– Cancer des os. La ligue contre le cancer. Consulté le 7 juin 2019.
– Cancer de l’os. Fondation cancer. Consulté le 7 juin 2019.