Contraception et alcool : quels sont les risques ?

Aug 10, 2018 par

Même si la consommation d’alcool affecte l’efficacité d’un nombre important de médicaments, elle épargne celle de la pilule contraceptive. Cependant, quels sont les risques qui relient consommation de boissons alcoolisées et contraception ? Quelles sont les précautions à prendre pour s’assurer que le moyen de contraception remplit pleinement son rôle ? Focus sur quelques recommandations.

Des jeunes consomment de l'alcool.

L’alcool : compatible avec la rigueur qu’exige la pilule ?

Pilules contraceptives, implants, dispositifs intra-utérins, anneaux vaginaux, patchs et préservatifs continuent de fonctionner même en cas de consommation d’alcool.

La pilule protège contre le risque de grossesse à hauteur de 99,7% mais dans les faits, son efficacité est réduite à 91 % en raison des oublis ou des interactions médicamenteuses. Cependant, il est nécessaire de rester vigilante et si une consommation d’alcool entraîne des vomissements dans les 2 heures suivant sa prise, son efficacité sera moindre voire nulle.

Dans ce cas de figure, il est conseillé de prendre une autre pilule dès que possible et consulter un médecin pour obtenir des conseils supplémentaires. De plus, en affectant le jugement et la mémoire à partir d’une certaine quantité consommée, l’alcool peut faire oublier de prendre sa pilule en temps et en heure.

À savoir ! La pilule à progestatif seul (POP) n’est efficace que si elle est ingérée dans la même période de 3 heures chaque jour. Les pilules progestatives augmentent la viscosité de la glaire cervicale pour la rendre imperméable aux spermatozoïdes et sur la muqueuse utérine. Certaines d’entre elles bloquent aussi l’ovulation et provoquent l’absence des règles.

Dans ces cas de figure, vomissement ou oubli de prise de pilule, il est conseillé d’utiliser des préservatifs ou une autre forme de contraception en plus de la pilule pendant les 4 semaines suivant l’oubli.

Une dégradation plus lente de l’alcool

Globalement, les études scientifiques montrent que les femmes qui prennent la pilule métabolisent l’alcool plus lentement que celles qui n’en prennent pas. Par conséquent, l’alcool reste dans le corps plus longtemps.

Ce phénomène vient s’ajouter à une prédisposition de la femme à moins bien dégrader l’alcool.

En effet, les femmes ont généralement tendance à être intoxiquées plus rapidement par l’alcool que les hommes, pour une même quantité ingérée.

Les causes ?

Un poids féminin plus faible (dont une dilution moins importante de l’alcool dans le corps), une masse graisseuse plus importante chez la femme (l’éthanol ne se dilue pas dans ce compartiment) et une enzyme qui décompose l’alcool (l’alcool déshydrogénase ou ADH) moins efficace que chez les hommes.

À savoir ! L’élimination de l’alcool se fait au rythme d’environ 0,15 g/l/h en cas de concentration supérieure à 0,50 g/l, avec d’importantes variations d’une personne à l’autre. Pour une même quantité ingérée, la concentration plasmatique en éthanol est plus élevée chez les femmes que chez les hommes.

De plus, lorsqu’une femme a son cycle menstruel, elle libère plus d’hormones provoquant un frein à la dégradation de l’alcool.

Bien choisir son mode de contraception

Lors du choix d’une forme de contraception, la personne doit décider quels facteurs sont les plus importants pour elle comme :

  • Leur degré d’efficacité contre la survenue d’une grossesse et contre les MST ;
  • La facilité d’utilisation (temps, méthode, renouvellement) et le coût associé ;
  • Sa réversibilité et son impact sur le plaisir sexuel ;
  • Les effets secondaires possibles.

À savoir ! La pilule peut avoir des effets secondaires indésirables comme des maux de tête, des nausées et une augmentation du risque de survenue de thrombose (formation d’un caillot dans un vaisseau sanguin.

Finalement, l’alcool va venir modifier les comportements et c’est cette conduite à risque qui va entraîner un risque accru de survenue de grossesse non désirée ou de contraction de maladies sexuellement transmissibles.

Pour échanger avec les plus jeunes de ces risques, et de la sexualité en général, Santé Publique France a mis à disposition le site onsexprime.fr

Julie P., Journaliste scientifique

– What to know about birth control and alcohol. Medical News today. J.Leonard. Consulté le 8 août 2018.
Julie P.
Journaliste scientifique.
Spécialiste de l'information médicale.
Passionnée par l'actualité scientifique et les nouvelles technologies.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.