La semaine santé en bref #72

Apr 16, 2020 par

Chaque semaine, Santé Sur le Net choisit pour vous 5 actualités santé, à ne pas rater :

brèves santé

1. Point sur l’épidémie de Covid-19

L’épidémie de Covid-19 continue sa progression dans le monde. Cette semaine, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a déclaré que le nouveau coronavirus était 10 fois plus mortel que le virus H1N1 de la grippe. En Asie, la crainte d’une seconde vague épidémique se profile, avec près d’une centaine de nouveaux cas recensés en Chine. A Singapour, une deuxième vague épidémique est en cours, tandis qu’en Corée du Sud, des personnes guéries du Covid-19 tombent malades une seconde fois. En France, depuis le début de l’épidémie, les autorités sanitaires ont recensé 32 113 hospitalisations, dont 6 821 sont toujours en réanimation. 27 718 personnes sont sorties guéries de l’hôpital, tandis que près de 15 000 sont décédées du Covid-19.

2. Le confinement prolongé jusqu’au 11 mai 2020

Le Président de la République a annoncé hier soir dans une allocution télévisée le prolongement du confinement au minimum jusqu’au lundi 11 mai prochain. Après 4 semaines de confinement, 4 nouvelles semaines se profilent donc pour les Français. Durant cette période, le gouvernement précisera les modalités liées à la sortie du confinement. D’ici là, un test de dépistage devra pouvoir être réalisé pour toute personne présentant un symptôme évocateur de Covid-19 et des masques devraient être disponibles pour l’ensemble de la population, afin de préparer au mieux la période qui suivra le confinement. Dans tous les cas, un retour à la vie normale ne semble pas possible avant de longues semaines

3. Le Covid-19, une maladie professionnelle ? Oui, mais peut-être pas pour tout le monde…

Dès le début de l’épidémie en France, le gouvernement avait annoncé la possibilité pour les personnels soignants de faire reconnaître comme maladie professionnelle le Covid-19, si ces personnels contractaient le virus au cours de leur exercice professionnel. Mais ce dispositif de reconnaissance ne concernerait pas l’ensemble des personnes qui continuent à travailler et qui peuvent contracter le virus sur leur lieu de travail, comme les professionnels de l’alimentation, du transport, de l’énergie, de l’aide à domicile, etc. Plusieurs associations et organisations syndicales demandent au gouvernement que le dispositif de reconnaissance soit élargi. L’Académie nationale de médecine s’est prononcée le 3 avril 2020 en faveur d’une reconnaissance au titre des maladies professionnelles, à la fois pour les professionnels de santé, mais aussi pour les personnels travaillant pour le fonctionnement indispensable du pays

4. Surveillance renforcée des effets secondaires des médicaments utilisés contre le Covid-19

L’ANSM a instauré une surveillance continue des effets indésirables liés à l’utilisation des médicaments chez les patients atteints du Covid-19, en particulier pour les patients n’étant pas inclus dans des essais cliniques. Cette surveillance est réalisée en collaboration avec le réseau national des centres de pharmacovigilance. Deux enquêtes de pharmacovigilance permettent d’ores et déjà de dresser un premier bilan. Une centaine de cas ont été recensés, dont 82 graves parmi lesquels 4 décès. Parmi ces cas, 53 concernent des effets indésirables cardiaques, dont 43 cas avec l’hydroxychloroquine, seule ou en association avec l’azithromycine. Sept cas de mort subite ont été répertoriés. Ce bilan confirme la nécessité de surveiller les effets indésirables liés à l’utilisation de ces médicaments, dont l’efficacité clinique n’a pas encore été scientifiquement prouvée dans le traitement du Covid-19.

5. Journée mondiale de l’hémophilie

Le 17 avril prochain est comme chaque année dédié à la journée mondiale de l’hémophilie, une maladie génétique rare, qui touche presque exclusivement les garçons. L’objectif de cette journée est de sensibiliser le grand public à cette maladie souvent méconnue. La date du 17 avril correspond à la date de naissance de Franck Schnabel, fondateur de la Fédération Mondiale de l’Hémophilie. En France, environ 5 000 personnes sont hémophiles. Cette maladie, actuellement incurable, impose un traitement à vie par voie intraveineuse et présente des risques hémorragiques importants, qui altèrent la qualité de vie. Les recherches se poursuivent dans le monde pour développer de nouvelles thérapies capables de guérir l’hémophilie.

Rendez-vous la semaine prochaine, pour les prochaines actualités du monde de la santé !

Estelle B., Docteur en Pharmacie


Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.