Dépression périnatale : faut-il un dépistage systématique ?

Oct 5, 2018 par

Grossesse ou accouchement peuvent rimer avec dépression pour de nombreuses femmes. Une situation difficile, qui peut avoir des effets délétères pour la mère comme pour son enfant. Face à cet enjeu de santé publique qui touche de nombreux pays industrialisés, les autorités américaines viennent de se prononcer en faveur de l’organisation d’un dépistage systématique de la dépression périnatale.

femme stressée avec son bébé - dépression périnatale

Un dépistage systématique aux USA

Aux USA, la dépression périnatale affecterait une femme sur 7 au cours de sa grossesse ou après son accouchement. Pour tenter de remédier à cet important problème de santé publique, les autorités américaines se sont récemment déclarées en faveur d’un dépistage systématique de la dépression périnatale.

Les experts américains envisagent un dépistage du risque de dépression chez toutes les femmes, au cours de leur grossesse ou dans l’année suivant leur accouchement. L’objectif annoncé est de détecter des facteurs de risque dépressifs, tels que :

  • Des antécédents personnels ou familiaux de dépression ;
  • Une femme abusée sexuellement ;
  • Des signes dépressifs ;
  • Une grossesse non désirée ;
  • La survenue de complications de la grossesse, comme le diabète gestationnel, des contractions précoces, une pré-éclampsie, etc. ;
  • Des évènements stressants au cours de la grossesse ;
  • Un faible niveau socio-économique ;
  • Un jeune âge maternel.

Dépression périnatale : dépister pour mieux prendre en charge

Les femmes présentant un ou plusieurs de ces facteurs de risque pourraient alors bénéficier d’une prise en charge préventive adaptée, pour minimiser le risque de dépression périnatale.

À noter ! La dépression périnatale regroupe deux formes de dépression : la dépression au cours de la grossesse et la dépression du post-partum.

En effet, plusieurs interventions de santé ont d’ores et déjà prouvé leur efficacité chez les femmes à risque de dépression périnatale, notamment :

  • Une consultation de conseil ;
  • Les thérapies comportementales ;
  • Les thérapies cognitives.

Si les USA se dirigent ainsi vers un dépistage systématique de la dépression périnatale, qu’en est-il en France ?

Un sujet à aborder à chaque consultation de suivi

Un dépistage organisé et systématique de la dépression périnatale, tel que le prévoient les autorités américaines n’existe pas à ce jour en France. Toutefois, la fragilité psychologique, considérée par les spécialistes comme l’un des signes avant-coureurs de dépression périnatale, doit être recherchée à deux moments particuliers :

  • Pendant le suivi de la grossesse (lien vers fiche : ), au moment de l’entretien facultatif du 4ème mois ;
  • Avant la sortie de la maternité, la vulnérabilité psychique constituant à ce stade une contre-indication au retour précoce à domicile.

À savoir ! Le retour précoce à domicile correspond à une sortie de la maternité :

  • Dans les 72 heures qui suivent un accouchement par voie basse ;
  • Dans les 96 heures qui suivent un accouchement par césarienne.


Selon une enquête nationale menée en 2016, moins de 30 % des femmes ont bénéficié de l’entretien du 4ème mois, ce qui limite considérablement la possibilité de dépister les dépressions de la grossesse. Après l’accouchement, la fragilité psychologique entraîne un prolongement de la durée d’hospitalisation, mais pas toujours une prise en charge spécialisée. Pourtant, la dépression du post-partum concerne près de 15 % des femmes en France !

Suite aux déclarations des autorités de santé américaines, des spécialistes français se positionnent en faveur d’un dépistage des facteurs de risque de dépression à chaque consultation de suivi de grossesse. Orienter le plus rapidement possible les femmes à risque dépressif élevé vers une prise en charge adaptée est essentielle pour limiter au maximum les conséquences de la dépression périnatale sur la mère et son bébé.

Estelle B. / Docteur en Pharmacie

– Sortie de maternité après accouchement : conditions et organisation du retour à domicile des mères et de leurs nouveau-nés. HAS. Recommandation de bonne pratique. Mars 2014.
– Draft Recommendation Statement and Draft Evidence Review: Interventions to Prevent Perinatal Depression. U.S. Preventive Services Task Force. 8/28/2018.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.