Nouvelles recommandations pour la prise en charge de la douleur cancéreuse

Mar 20, 2019 par

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), en 2018, 18,1 millions de nouveaux cas de cancers  et 9,6 millions de décès ont été répertoriés dans le monde. Au-delà des traitements anti-tumoraux, la douleur cancéreuse est au cœur de la prise en charge, car elle impacte fortement la qualité de vie des patients et de leur entourage. L’OMS vient de publier ses nouvelles recommandations pour la prise en charge de cette douleur.

douleur-cancer

La douleur au cœur de la prise en charge des cancers

Les cancers constituent l’une des premières causes de mortalité dans de nombreux pays. Si la prise en charge a pour principal objectif de détruire la tumeur, la douleur cancéreuse doit absolument être prise en compte, pour préserver au mieux la qualité de vie des patients. Plus de la moitié des patients sous traitements anticancéreux décrivent des douleurs, et la douleur est retrouvée chez 66 % des patients atteints d’un cancer avancé, métastatique ou terminal.

Après les dernières recommandations de l’OMS qui dataient de 1996, ces nouvelles recommandations regroupent les prises en charge pharmacologiques et radiothérapeutiques de la douleur cancéreuse. Les recommandations sont déclinées sous trois grands thèmes :

  • L’analgésie de la douleur cancéreuse ;
  • Les médicaments adjuvants, comme les corticoïdes, les antidépresseurs et les antiépileptiques ;
  • La gestion de la douleur liée aux métastases osseuses, grâce aux bisphosphonates et à la radiothérapie.

Un traitement antalgique personnalisé

Dans un premier temps, le traitement de la douleur chez les adultes et les adolescents atteints de cancer repose sur l’administration d’anti-inflammatoires non stéroïdiens, de paracétamol ou d’opiacés, seuls ou en association. Le choix du médicament repose sur la nature et la sévérité de la douleur. Le traitement doit être initié au plus tôt, pour éviter que la douleur ne s’installe durablement.

Si la douleur est d’emblée modérée ou sévère, un opiacé, comme la morphine (lien : https://www.sante-sur-le-net.com/medicaments/?product=morphine&bdd=dci), est indiqué, seul ou en association avec le paracétamol ou un anti-inflammatoire non stéroïdien. La posologie des médicaments opiacés doit être adaptée au cas de chaque patient. Il est recommandé d’initier le traitement avec des formes orales à libération immédiate. La diminution progressive et l’arrêt des médicaments opioïdes doivent faire l’objet d’une étroite surveillance médicale.

En complément des antalgiques précédemment évoqués, des corticostéroïdes adjuvants peuvent être prescrits, sur une durée la plus courte possible. La dose de corticoïdes doit être déterminée en fonction des paramètres suivants :

  • Le lieu et la nature de la douleur;
  • L’existence d’un risque infectieux ;
  • Le stade du cancer ;
  • La présence d’un diabète sucré ;
  • Les objectifs du traitement.

Pour une meilleure qualité de vie des patients

Pour les patients atteints de métastases osseuses, un bisphosphonate doit être prescrit pour prévenir et soulager les douleurs. L’usage de la radiothérapie est également recommandé, lorsqu’elle est indiquée et disponible, chez les patients présentant déjà des douleurs osseuses. Elle ne doit pas être utilisée chez les patients non douloureux.

Ces nouvelles recommandations ont pour vocation d’être un guide à la disposition des autorités nationales de santé publique et des prescripteurs, en complément des recommandations nationales existant dans chaque pays. L’objectif de telles recommandations est de préserver au maximum la qualité de vie des patients cancéreux, en minimisant leurs douleurs. La prise en charge de la douleur cancéreuse est un aspect capital de la lutte contre les cancers.

Estelle B. / Docteur en Pharmacie

Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.