Une Covid sévère après un schéma vaccinal complet ?!

Actualités Coronavirus (COVID-19)

Rédigé par Estelle B. et publié le 16 février 2022

Au 14 février 2022, plus de 37 millions de doses de rappel contre la Covid-19 ont été administrées en France, et près de 79 % de la population possèdent un schéma vaccinal complet. Suite à cette vaccination, quel est le risque de contracter le virus SARS-Cov2 et de développer une forme sévère de la Covid-19 ? L’ANSM a formulé une réponse à cette question il y a quelques jours.

forme sévère de la Covid-19 et réanimation

Forme sévère de Covid-19 et vaccination

Depuis le début de la campagne de vaccination contre la Covid-19, les autorités de santé publique surveillent de près plusieurs indicateurs clés :

  • L’efficacité du vaccin contre l’infection par le SARS-Cov2 ;
  • La protection contre les formes graves de la maladie ;
  • L’évolution du risque d’hospitalisation et de décès après la vaccination.

De ces indicateurs découlent directement l’efficacité et la protection octroyées par le vaccin. Avec l’arrivée en France des variants delta puis omicron, la protection contre l’infection par le SARS-Cov2 grâce au vaccin a été fortement remise en question. En effet, de nombreuses personnes ont contracté la Covid-19, même après un schéma vaccinal complet. Qu’en est-il alors de la gravité des infections survenues dans ce contexte ?

Un risque résiduel faible, mais majoré pour certaines personnes à risque

Pour répondre à cette question, l’ANSM s’est penchée sur les données de 28 millions de Français, ayant complété leur schéma vaccinal entre le 1er janvier et le 31 juillet 2021, c’est-à-dire avant la mise en place de la dose de rappel. Parmi ces 28 millions de personnes ont été recensés :

  • 5 354 hospitalisations ;
  • 996 décès.

Le risque résiduel de développer une forme sévère de la Covid-19 ou de décéder des suites de la maladie apparaissait donc faible et semblait étroitement lié à certains facteurs de risque spécifiques :

  • Un âge élevé (supérieur à 85 ans) ;
  • La prise d’un traitement immunosuppresseur ou d’une corticothérapie par voie orale ;
  • L’existence d’une ou plusieurs comorbidités, en particulier la dialyse, la mucoviscidose, le cancer du poumon, l’insuffisance rénale ou pulmonaire ou la trisomie 21. Plus le patient présente de comorbidités, plus le risque d’hospitalisation ou de décès augmente.

Un risque à réévaluer suite à la dose de rappel

Ces données, collectées en France avant la mise en place de la dose de rappel, confirment la protection des vaccins contre l’infection (protection de plus de 90 %), mais l’existence d’un risque résiduel de forme sévère de la Covid-19. Ce risque est majoré chez certaines catégories de population, alors que la majorité de la population – y compris certaines catégories de personnes à risque comme les sujets diabétiques ou obèses – se retrouve efficacement protégée contre les formes sévères.

Il serait intéressant de compléter ces résultats par des données acquises depuis la mise en place de la dose de rappel et l’apparition des nouveaux variants delta et omicron, pour évaluer l’impact de la dose de rappel sur le risque résiduel de forme sévère de la Covid-19 après une vaccination complète. Dans tous les cas, la protection n’est pas totale et le respect des gestes barrière reste l’un des moyens les plus efficaces pour se prémunir de la maladie.

Lire aussi – Covid-19 et microbiote : une dysbiose est corrélée à la gravité de l’infection –

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources
– Caractéristiques associées au risque résiduel de forme sévère de Covid-19 après un schéma vaccinal complet en France. ansm.sante.fr. Consulté le 15 février 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.