Journée mondiale de la maladie de Parkinson : l’intérêt de la stimulation cérébrale profonde

Actualités Neurologie Nouveaux traitements Santé des séniors

Rédigé par Estelle B. et publié le 8 avril 2022

A l’occasion de la journée mondiale de la maladie de Parkinson, qui aura lieu le 11 avril 2022, le réseau français NS-PARK / F-CRIN présente l’étude PREDI-STIM. Elle est destinée à prédire les bénéfices attendus de la stimulation cérébrale profonde du noyau subthalamique. Une étude qui inclut déjà, à ce jour, 617 patients. Cela en fait la plus grande cohorte mondiale d’étude de ce traitement prometteur.

journée mondiale de la maladie de Parkinson

Journée mondiale Parkinson : la stimulation cérébrale profonde, une solution ?

En France, la maladie de Parkinson touche entre 200 000 et 250 000 personnes, avec 25 000 nouveaux cas recensés chaque année. Seconde maladie neurodégénérative la plus fréquente après la maladie d’Alzheimer, elle affecte particulièrement les fonctions motrices, entraînant un ensemble de symptômes moteurs et non moteurs caractéristiques.

Face à cette pathologie, les traitements médicamenteux disponibles se révèlent d’une efficacité variable selon les patients. De plus, ils perdent souvent en efficacité après plusieurs années de traitement. Les équipes médicales s’orientent alors vers les thérapies non médicamenteuses. Parmi elles, les approches chirurgicales sont plébiscitées, telles que la stimulation cérébrale profonde du noyau subthalamique. Cette intervention consiste à implanter une petite électrode de chaque côté du noyau subthalamique, structure profonde du cerveau. La difficulté de cette opération réside, pour le neurochirurgien, à précisément repérer l’endroit où placer les électrodes pour que la stimulation soit efficace sur les symptômes de la maladie.

Prédire l’efficacité de la chirurgie à 1, 3 et 5 ans

Cette technique chirurgicale invasive n’est réservée qu’à certains patients atteints de la maladie de Parkinson :

  • Les patients atteints de formes sévères de la maladie ;
  • Une maladie de Parkinson évoluant depuis plus de 5 ans ;
  • Lorsque les traitements médicamenteux ne sont plus assez efficaces pour soulager les symptômes. Le patient doit néanmoins conserver une certaine sensibilité à la dopamine ;
  • Les patients sont âgés de moins de 70 ou 75 ans ;
  • Si les patients ne présentent pas de risque de développer des troubles cognitifs ou de la marche.

Si la stimulation cérébrale profonde s’avère très efficace chez certains patients, il reste difficile d’évaluer, avant l’opération, si un patient va ou non répondre au traitement. Une donnée pourtant capitale pour le neurochirurgien. Pour prédire cette efficacité, une étude de cohorte de grande ampleur, menée en France par le réseau NS-PARK (F-CRIN), regroupe à ce jour 617 patients suivis dans 17 centres experts de la maladie. Cette étude, baptisée PREDI-STIM, constitue la plus grande cohorte mondiale pour évaluer ce traitement.

Repérer les patients pour lesquels la chirurgie sera efficace

Grâce aux données collectées sur les 617 patients déjà inclus dans l’étude, les médecins ont pu observer que la personnalité des patients pouvait jouer un rôle dans la satisfaction des patients après l’opération. Ils ont également remarqué que les troubles du comportement pendant le sommeil n’étaient pas un facteur de mauvais pronostic sur l’efficacité de l’intervention chirurgicale. D’autres facteurs prédictifs sont toujours en cours d’évaluation. Les résultats devraient permettre de prédire l’efficacité de la stimulation cérébrale profonde pour un patient donné.

Lorsque la chirurgie est efficace, elle permet d’améliorer l’état de santé et la qualité de vie du patient. Cette amélioration est comparable à un traitement sous L-dopa pendant une année. Le recrutement des patients pour l’étude PREDI-STIM reste possible, pour tous les patients bénéficiant d’un suivi régulier pour leur maladie de Parkinson. Cette journée mondiale Parkinson est l’occasion de rappeler que la recherche avance. Cette étude devrait permettre d’optimiser le traitement chirurgical de la maladie et la qualité de vie des patients opérés.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources
– PREDI-STIM. Etude des facteurs prédictifs de la réponse thérapeutique sur la qualité de vie de la stimulation subthalamique dans la Maladie de Parkinson. imnc-bordeaux.org. Consulté le 7 avril 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.