La qualité de vie, un facteur déterminant pour le patient ?

Actualités Santé au quotidien (maux quotidiens)

Rédigé par Estelle B. et publié le 19 avril 2022

Dans les pratiques de soins et les politiques de santé publique, quelle est la place de la qualité de vie ou du bien-être du patient ? Ces indicateurs, pourtant des éléments déterminants de la santé, sont souvent oubliés dans l’élaboration des recommandations. Récemment, le Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) a dressé un état des lieux de ces indicateurs. Également, il a émis plusieurs recommandations. Explications.

Homme qui est assis sur un banc

Santé, bien-être et qualité de vie

Progressivement, le patient devient un véritable acteur de sa propre prise en charge, mais aussi du système de soins. Cette évolution du système de santé implique une meilleure prise en compte de certains facteurs déterminants, en particulier :

  • La qualité de vie ;
  • Le bien-être.

En France, comment la qualité de vie et le bien-être des patients sont intégrés dans les politiques de santé publique et les pratiques de soins ? Le HCSP s’est penché sur cette question. Il a comparé les données françaises avec celles de plusieurs systèmes de santé étrangers. Ainsi, le HCSP a pu formuler plusieurs grandes recommandations pour l’évolution des pratiques de soins et de santé publique.

La qualité de vie, un indicateur clé de la santé

Face aux maladies chroniques, la prise en charge se veut de plus en plus personnalisée et pluridisciplinaire, reflétant l’impact non seulement médical et clinique de la maladie, mais aussi son retentissement social, psychologique et familial. De plus en plus d’études cliniques et de recherches prennent en compte la santé perçue par le patient et le ressenti sur sa qualité de vie, comme des critères pertinents pour décrire une maladie, évaluer un traitement ou préciser des pratiques de soins.

A partir des données compilées, le HCSP a pu formuler plusieurs recommandations essentielles pour mieux intégrer la qualité de vie dans la conception des pratiques de soins et des politiques de santé publique :

  • Une meilleure prise en compte de la qualité de vie des patients atteints de maladie chronique (comme l’insuffisance rénale chronique, le diabète ou la dépression) , en intégrant toutes les dimensions de cette qualité de vie : physique, psychologique, sociale et environnementale ;
  • Des données plus accessibles sur la mesure de cette qualité de vie ;
  • Une meilleure intégration des patients dans le choix des indicateurs de santé pris en compte ;
  • Une mesure de la qualité de vie en routine intégrée au système de soins ;
  • Une coordination de tous les acteurs pour mieux prendre en compte les aspects liés à la qualité de vie.

Le bien-être au cœur des politiques de santé

Mieux prendre en compte la qualité de vie et ses différentes dimensions dans les pratiques de soins au quotidien, à la fois par les professionnels de santé et par les patients eux-mêmes doit permettre d’intégrer cet indicateur dans la définition des politiques de santé publique. Comme dans d’autres pays, la France doit pouvoir fixer des objectifs locaux et nationaux à propos :

  • De la perception de la santé par les patients ;
  • De la qualité de vie ;
  • Du bien-être.

A ces objectifs, des moyens de mesure doivent être associés pour optimiser le système de santé. Ces recommandations sont considérées comme accessibles par le HCSP et parfois déjà initiées localement ou à l’échelon national. Mais l’état des lieux fait également apparaître une marge de progression importante pour que la qualité de vie devienne un indicateur clé de la santé.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources
– Usages et bon usage de la mesure de la santé perçue et de la qualité de vie en France. hcsp.fr. Consulté le 15 avril 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.