Pseudomonas aeruginosa

29 septembre 2021 par

Pseudomonas aeruginosa, une bactérie présente dans l'eau

Pseudomonas aeruginosa est une bactérie opportuniste généralement peu virulente chez les personnes saines, mais redoutable chez les individus affaiblis. Elle occupe la troisième place, en termes de fréquence, des bactéries nosocomiales. La bactérie est responsable d’un très large panel d’infections de sévérité variable, allant de l’otite bénigne à l’infection des valves cardiaques. Les symptômes varient avec la localisation de l’infection. Le diagnostic d’une infection à Pseudomonas aeruginosa. Le traitement implique en général une prescription antibiotique.

Définition et symptômes de la Pseudomonas aeruginosa

Qu’est-ce que pseudomonas aeruginosa ?

Pseudomonas aeruginosa est une bactérie présente dans l’eau et les sols du monde entier. Elle est dite ubiquitaire, autrement dit retrouvée partout. Elle affectionne particulièrement les zones humides, comme l’évier, les toilettes, les spas ou les piscines insuffisamment chlorées. Cette bactérie peut aussi se trouver au niveau des aisselles et des parties génitales d’individus en bonne santé.

Patient et son médecin pour une étude de Pseudomonas aeruginosayant

À savoir ! Pseudomonas aeruginosa est un bacille (forme de bâtonnet) qui est mobile grâce à son flagelle. Cette bactérie produit un pigment bleu-gris nommé pyocyanine d’où son nom de « bacille pyocyanique ».

Dans certains cas, plus particulièrement chez les personnes fragiles (hospitalisées ou souffrants d’une pathologie grave), Pseudomonas aeruginosa peut coloniser diverses parties de l’organisme. L’éventail des infections qu’elle peut causer est extrêmement large. Le type d’infection provoquée va de l’infection mineure à la maladie grave pouvant mettre en jeu le pronostic vital.

Les infections se développent plus volontiers, et sont généralement plus préoccupantes chez les individus :

  • Souffrant de pathologies graves (cancer, VIH, mucoviscidose, etc.) ;
  • Hospitalisés ;
  • Diabétiques ;
  • Immunodéprimés (sous traitement anticancéreux ou immunosuppresseur) ;
  • Toxicomanes

Pseudomonas aeruginosa peut infecter le sang, la peau, les os, les oreilles, les yeux, le système urinaire, les poumons, les valves cardiaques et les plaies (blessure ou chirurgie).

À noter ! Les infections à pseudomonas sont souvent contractées à l’hôpital par le biais du matériel médical (les cathéters, par exemple).

Les principales sources de contamination identifiées sont les mains ou objets du personnel soignant, le système de ventilation de l’hôpital, les désinfectants et produits de nettoyage, les éviers, l’endoscope (tube souple muni d’une caméra utilisée pour visualiser l’intérieur de l’organisme), les fleurs et plantes vertes.

Pseudomonas aeruginosa est responsable de 20% des pneumonies et 16% des infections urinaires contractées en milieu hospitalier. En revanche, sa présence dans la population est inférieure, et elle provoque rarement de graves infections.

La transmission de Pseudomonas aeruginosa se fait par voie aérienne, via des microgouttelettes qui ont la capacité de survivre longtemps en suspension. Cependant, la principale voie de contamination reste le contact avec de l’eau contaminée. La bactérie peut aussi pénétrer dans l’organisme via des blessures ou plaies.

Quels symptômes ?

La bactérie Pseudomonas aeruginosa est à l’origine de beaucoup d’infections différentes.

L’otite externe qui est une affection bénigne pouvant se manifester chez des individus en parfaite santé. Elle est causée par la pénétration de l’eau contaminée par la bactérie dans l’oreille lors d’une baignade en piscine. Cette affection est responsable de douleurs, démangeaisons et, parfois d’un écoulement.

L’otite externe maligne est une atteinte grave de l’oreille externe. Elle se manifeste plus souvent chez les personnes diabétiques, et se traduit par un gonflement et une inflammation tissulaire. Le conduit auditif est presque fermé. Ce type d’otite se traduit par de la fièvre, une perte de l’audition, une douleur intense, un écoulement et une atteinte neurologique.

La folliculite des bains chauds est une affection externe qui se développe à la racine des poils (follicule pileux) des individus qui fréquentent les spas ou piscines mal traitées. Le fait de rester un long moment dans l’eau chaude, ramolli les tissus et facilite la pénétration des bactéries. Il en résulte une éruption cutanée qui se présente sous la forme d’une multitude de petits boutons.

Ecthyma gangrenosum est une infection ulcéreuse, très douloureuse, survenant en cas de neutropénie (insuffisance de globules blancs). Elle se présente sous la forme d’une plaie de couleur violet-noir entouré de rouge, généralement localisée au niveau des aisselles ou des parties génitales. Sans traitement, cette infection est mortelle.

Les atteintes oculaires liées à Pseudomonas aeruginosa peuvent altérer la cornée. L’infection est plutôt provoquée par des blessures, ou parfois, à la contamination des lentilles de contact ou de leur solution de lavage.

Les infections des tissus mous (muscles, tendons, ligaments, peau) surviennent suite à une plaie par perforation, des escarres, des brûlures ou plaies chirurgicales.

L’atteinte pulmonaire se traduit généralement par une pneumonie sévère affectant les personnes hospitalisées, et plus particulièrement, lorsqu’elles sont intubées et sous respiration assistée. Les patients VIH sont également concernés. La pneumonie se traduit par de la fièvre, des sueurs, des difficultés respiratoires, une cyanose (coloration bleu violet des tissus), toux, angoisse, etc.

Pseudomonas aeruginosa peut également infecter les voies urinaires suite à :

  • La réalisation d’un acte médical sur les voies urinaires ;
  • L’obstruction des voies urinaires ;
  • La présence prolongée d’un cathéter dans la vessie.

Les bactériémies (infections de la circulation sanguine) peuvent être la conséquence de l’entrée de la bactérie dans la circulation sanguine via un organe infecté, de l’injection intraveineuse de drogue contaminée (ou l’utilisation d’une seringue contaminée) ou de la présence d’un cathéter dans un vaisseau sanguin. Une septicémie se traduit par de la fièvre, une fréquence respiratoire anormalement élevée, une tachycardie, une dégradation de l’état général, une désorientation.

L’infection des os et des articulations survient généralement au niveau de la colonne vertébrale, de l’os du pubis ou de l’articulation reliant la clavicule au sternum.

L’atteinte des valves cardiaques est rare. Elle est surtout observée chez les individus s’injectant des drogues par voie intraveineuse, ou chez les personnes porteuses de valves artificielles. La bactérie contamine la valve cardiaque via la circulation sanguine.

Diagnostic et traitement contre la Pseudomonas aeruginosa

Quel diagnostic ?

Le diagnostic d’une infection à Pseudomonas aeruginosa repose sur l’analyse d’un échantillon de sang, ou autre liquide biologique. Au laboratoire d’analyses, l’échantillon est mis en culture afin d’identifier la bactérie.

Analyse d’un échantillon de sang, ou autre liquide biologique dans un laboratoire d’analyses

Un antibiogramme est généralement réalisé en complément pour déterminer le ou les antibiotiques susceptibles d’être utilisé pour traiter l’infection. Un antibiogramme est un examen bactériologique qui consiste à mettre en contact un antibiotique avec des colonies de bactéries préalablement obtenues par la mise en culture de l’échantillon. Lorsqu’une bactérie est sensible à un antibiotique, on constate un halo dépourvu de colonies autour du traitement testé. Selon l’efficacité de l’antibiotique sur la bactérie, le halo est plus ou moins étendu.

Quel traitement ?

Le traitement des infections à Pseudomonas aeruginosa repose généralement sur une antibiothérapie par voie orale ou intraveineuse.

Les infections oculaires et auriculaires sont traitées par des gouttes antibiotiques.

La folliculite des bains chauds guérie spontanément, sans traitement particulier.

En revanche, les formes graves d’infection par Pseudomonas aeruginosa sont plus difficiles à prendre en charge. Certaines (otite maligne, pneumonies, infection des valves cardiaques) peuvent nécessiter plusieurs semaines d’antibiotique par voie intraveineuse.

À noter ! Il est généralement nécessaire de réaliser une chirurgie à cœur ouvert en complément de l’antibiothérapie en cas d’infection des valves cardiaques.

Charline D., Docteur en pharmacie

Sources
– Infection à Pseudomonas. msdmanuals.com. Février 2020.
Charline D.
Pharmacienne.
Spécialiste dans le domaine des essais cliniques et passionnée de neurologie.
Aime le sport et la mode.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.