Hypercalcémie

21 octobre 2021 par

Hypercalcémie

Une hypercalcémie correspond à une quantité trop élevée de calcium dans le sang. Celle-ci peut avoir diverses origines comme une hyperparathyroïdie, une consommation excessive de calcium ou de vitamine D, un cancer, un trouble osseux ou une immobilisation prolongée. Généralement, une hypercalcémie est asymptomatique. Les symptômes sont peu spécifiques : constipation, nausée et vomissements, perte d’appétit, confusion, etc. Lorsqu’elle est sévère, l’hypercalcémie peut aboutir à des troubles de la conscience pouvant aller jusqu’au coma. Une hypercalcémie est diagnostiquée grâce à une analyse sanguine, généralement effectuée pour d’autres raisons. Le traitement de l’hypercalcémie dépend de sa sévérité. En général, il repose sur la prise en charge de sa cause associée à l’augmentation des apports liquidiens.

Définition et symptômes de l’Hypercalcémie

Qu’est-ce qu’une hypercalcémie ?

Une hypercalcémie est le terme médical employé pour désigner un taux de calcium dans le sang trop important.

Le calcium est un électrolyte de l’organisme. En effet, le calcium est un minéral chargé électriquement lorsqu’il est dissous dans un liquide comme le sang. Les électrolytes permettent de maintenir la quantité de liquide contenu dans un compartiment (par exemple le sang) de l’organisme. Lorsque la concentration en électrolyte est élevée, le liquide pénètre le compartiment. A l’inverse, lorsque la concentration en électrolyte est trop basse, le liquide sort du compartiment.

Une hypercalcémie peut avoir plusieurs origines :

  • Une hyperparathyroïdie lorsque que l’une des hormones parathyroïdiennes produit la parathormone en excès. Cette dernière contrôle la quantité de calcium présente dans le sang. Les glandes parathyroïdes produisent et libèrent la parathormone qui augmente l’absorption de calcium dans le tube digestif. Elle favorise, par ailleurs, l’élimination des phosphates par les reins.
    On distingue deux types d’hyperparathyroïdie : primitive, secondaire et tertiaire.

    • L’hyperparathyroïdie primitive est une anomalie à l’origine d’une production excessive de parathormone. Dans 90% des cas, elle est causée par une tumeur bénigne sur l’une des glandes parathyroïdes. Chez les autres, elle résulte d’une augmentation du volume des glandes. Plus rarement, elle est provoquée par un cancer des glandes parathyroïdes. La prise en charge d’une hyperparathyroïdie primaire implique en général le retrait chirurgical d’une ou plusieurs glandes parathyroïdes. La guérison est obtenue dans 90% des cas grâce à la chirurgie.
    • L’hyperparathyroïdie secondaire est due à un excès de production de parathormone en réponse à une diminution importante du taux de calcium dans le sang. Elle peut survenir en cas de maladie rénale chronique ou d’une carence en vitamine D. La prise en charge de l’hyperthyroïdie secondaire repose sur celle de sa cause.
    • L’hyperparathyroïdie tertiaire engendre la production excessive de parathormone indépendamment de la quantité de calcium dans le sang. Elle se manifeste généralement chez les patients atteints d’hyperparathyroïdie secondaire évoluant depuis longtemps. Le traitement implique la prise en charge de la cause.
  • Une consommation excessive de calcium. Elle peut survenir chez les individus souffrant d’ulcère gastroduodénal qui cherchent à se soulager en consommant du lait ou des antiacides (à base de calcium) en grande quantité. On parle du syndrome de Burnett ;
  • Un apport en vitamine D trop important. En effet, un d’apport important de vitamine D sur plusieurs mois peut aboutir à une absorption intestinale de calcium considérable ;
  • Un cancer. Certains cancers comme celui du rein ou des poumons augmentent la production d’une protéine contrôlant le taux de calcium dans le sang. On parle d’hypercalcémie humorale du cancer. À noter que le calcium peut aussi être libéré dans le sang en cas de métastases osseuses (destruction de l’os) ou de myélome multiple ;
  • Certains traitements (immunothérapie et hormonothérapie) contre le cancer ;
  • Un trouble osseux, lorsque l’os est dégradé ;
  • L’immobilisation, par exemple les patients paralysés ou alités sur de longues périodes. En effet, l’os libère du calcium dans le sang lorsqu’il n’est plus mobilisé.

Quels symptômes ?

Une hypercalcémie est généralement peu symptomatique.

Les premiers symptômes de l’affection sont généralement :

  • Une constipation ;
  • Des nausées et vomissements ;
  • Des douleurs abdominales ;
  • Une perte d’appétit ;
  • Parfois, une augmentation de la production d’urine pouvant causer une déshydratation et une sensation de soif.

Lorsque l’hypercalcémie est sévère, elle engendre des troubles neurologiques comme :

  • Une confusion ;
  • Des troubles émotionnels ;
  • Des hallucinations ;
  • Un coma ;
  • Une faiblesse musculaire ;
  • Des troubles du rythme cardiaque potentiellement mortels.

À noter ! Sur le long terme, l’hypercalcémie favorise la formation de calculs rénaux. Plus rarement, l’hypercalcémie est responsable d’une atteinte rénale.

Diagnostic et traitement de l’Hypercalcémie

Quel diagnostic ?

Dans la plupart des cas, l’hypercalcémie est découverte fortuitement à l’occasion d’examens de routine. Une simple analyse sanguine permet de visualiser un taux trop élevé de calcium dans le sang.

Prise de sang

Lorsqu’une hypercalcémie est mise en évidence, des examens complémentaires sont prescrits pour en éclaircir l’origine : analyses sanguines et urinaires, radiographie thoracique, analyses génétiques, etc.

Un ionogramme est l’analyse biologique qui permet de connaître la concentration des divers ions (molécules chargées positivement ou négativement) dans un liquide. Cet examen comprend le dosage de divers ions dont le calcium. Un ionogramme nécessite la réalisation d’une ponction veineuse (prise de sang) au niveau du pli du coude. Le prélèvement est réalisé directement dans un laboratoire d’analyses ou en cabinet médical ou infirmier. Le tube de sang prélevé est ensuite envoyé au laboratoire d’analyses pour être analysé. Le patient n’a pas besoin d’être à jeun pour cet examen. En revanche, il lui sera demandé d’indiquer toute prise de traitement.

La valeur normale du taux de calcium sur un ionogramme sanguin est de 2,2 à 2,6 mmol/L (ou 80 à 105 mg/L).

Quel traitement ?

La prise en charge d’une hypercalcémie dépend de sa sévérité.

Lorsque celle-ci est peu importante, et lorsque la fonction rénale est normale, le traitement de sa cause est généralement suffisant. Une simple augmentation des apports liquidiens est recommandée afin d’aider le rein à éliminer le calcium et à éviter une déshydratation.

Des compléments alimentaires à base de phosphate peuvent aussi être conseillés pour limiter l’absorption du calcium.

Lorsque l’hypercalcémie est importante ou que des symptômes neurologiques surviennent, l’administration de liquides et diurétiques par voie intraveineuse est recommandée. Les diurétiques sont des médicaments permettant d’augmenter la production d’urine. Le traitement est poursuivi jusqu’à la normalisation de la fonction rénale.

Divers traitements peuvent être utilisés également. Ils permettent de ralentir la libération du calcium par l’os :

  • Les biphosphonates. Ces médicaments empêchent l’organisme de dégrader les os et aident à leur renforcement ;
  • La calcitonine. Cette hormone agit sur les reins en bloquant la dégradation osseuse et donc l’absorption du calcium dans le sang ;
  • Et les corticoïdes pour diminuer la réaction immunitaire.

Enfin, la dialyse peut être envisagée dans les cas où l’hypercalcémie est grave et que le patient ne peut pas être traité par un autre moyen.

L’hypercalcémie causée par un cancer est difficile à prendre en charge. Elle réapparaît si le cancer ne peut pas être traité. Elle représente une complication grave du cancer.

Charline D., Docteur en pharmacie

Sources
– Hypercalcémie. msdmanuals.com. Avril 2020.
– Taux élevé de calcium (hypercalcémie). cancer.ca. Consulté le 4 octobre 2021.
Charline D.
Pharmacienne.
Spécialiste dans le domaine des essais cliniques et passionnée de neurologie.
Aime le sport et la mode.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.