Agnosie

Diagnostic et traitement

Agnosie-diagnostic-traitement

Quel diagnostic ?

En premier, le diagnostic de l’agnosie repose sur l’examen clinique du patient, à savoir l’étude de ses symptômes. Cette première approche permet d’exclure la présence d’une autre pathologie (par exemple, une pathologie ou un trouble oculaire ou auditif) avant de poursuivre les recherches dans le sens d’une agnosie.

Des tests neuropsychologiques permettent d’évaluer la fonction cérébrale du patient pour compléter le diagnostic clinique. Le médecin demande à son patient d’identifier des objets fréquents par la vue, le toucher et l’ouïe.

Des examens d’imagerie, par exemple, la tomodensitométrie (TDM) ou l’imagerie par résonance magnétique (IRM) peuvent être prescrit afin de déterminer l’origine (par exemple un AVC ou une tumeur) de la lésion cérébrale.

Quel traitement ?

Lorsqu’il est possible, le traitement de l’agnosie nécessite le traitement de sa cause. Par exemple, si la cause est un abcès, la prise en charge du patient peur impliquer un traitement à base d’antibiotiques et une intervention chirurgicale pour drainer l’abcès.

Sinon, l’agnosie ne dispose d’aucun traitement médical spécifique permettant de soigner ce trouble. En effet, parfois, l’agnosie est secondaire à des pathologies dont le traitement est encore inconnu, par exemple les maladies dégénératives comme la maladie d’Alzheimer.

Une prise en charge par une équipe d’orthophonistes, de kinésithérapeutes et d’ergothérapeutes permet au patient d’apprendre à pallier ses déficits.

L’ergothérapie permet de rendre l’environnement de la personne agnosique plus adapté à ses besoins grâce à la mise en place de dispositifs spécifiques.

Une rééducation orthophonique peut être efficace sur l’agnosie lorsque cette dernière est secondaire à un accident vasculaire cérébral. Les résultats dépendent cependant de l’importance de la lésion et de son ancienneté.

La récupération d’une agnosie est influencée par plusieurs facteurs dont le type, la taille et la localisation des lésions, le degré de handicap, l’âge du patient et l’efficacité des traitements. Lorsque l’origine du trouble est réversible, la guérison survient dans les 3 mois. Parfois, la récupération peut prendre plus de temps et d’étaler sur 1 an.

Charline D., Docteur en pharmacie

– Agnosie. Larousse. Consulté le 15 juillet 2019.
– Agnosie. Le manuel MSD – version pour professionnels de santé. Consulté le 15 juillet 2019.
– Agnosie. Le manuel MSD – version pour le grand public. Consulté le 15 juillet 2019.