Ergotherapie

L’ergothérapie (Occupational Therapy pour les Anglo-Saxons) est une méthode thérapeutique visant à maintenir, à restaurer et à faciliter les activités quotidiennes des patients, dans un contexte sécurisé et efficace. Elle constitue un aspect essentiel dans le maintien de l’autonomie de toutes les personnes en situation de handicap ou de dépendance, physique ou psychologique.

Qu’est-ce que l’ergothérapie ?

L’ergothérapie, discipline paramédicale appartenant au champ de la médecine physique, a été créée au début du XXème siècle en Amérique du Nord, à l’initiative de psychiatres. Cette thérapie arrive en France dans les années 50, notamment grâce à un programme de développement de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Thérapie encore peu connue du grand public, l’ergothérapie connaît pourtant un essor important depuis les années 70, avec la reconnaissance de plus en plus importante de la notion de handicap.

L’ergothérapie offre une approche globale et fonctionnelle du patient (thérapie holistique), en agissant sur les liens entre le patient, l’activité et le contexte dans lequel elle est réalisée. L’objectif de l’ergothérapie consiste à maintenir, à restaurer et à faciliter les activités du quotidien, dans un contexte sécurisé, autonome et efficace.

L’ergothérapie propose ainsi une approche globale de la situation de handicap et de la dépendance, pour favoriser ou rétablir l’autonomie. Elle se développe de manière importante depuis quelques années pour plusieurs raisons :

  • Le vieillissement de la population avec l’augmentation de l’espérance de vie ;
  • L’émergence de nouvelles pathologies, comme les démences ou les troubles de l’apprentissage ;
  • Le développement des technologies médicales ;
  • Le développement des actions de promotion et de prévention de la santé.

En prenant en compte les habitudes de vie de chaque patient, leur état de santé et leur environnement, l’ergothérapie trouve sa place entre les besoins d’adaptation du patient et les exigences de la vie quotidienne. En ce sens, elle contribue au bien-être général des patients et améliore leur qualité de vie.

L’ergothérapie dans quels contextes ?

L’ergothérapie utilise des techniques de rééducation et de réadaptation pour tous les patients rencontrant des difficultés d’autonomie liées à :

  • Une maladie ;
  • Une déficience ;
  • Un traumatisme.

Tous les types de handicap sont pris en compte par l’ergothérapie, c’est-à-dire les incapacités physiques, psychiques et sociales. L’objectif est de maintenir ou de restaurer une autonomie optimale du patient pour tous les gestes et les activités de la vie quotidienne, comme :

  • Se laver ;
  • S’habiller ;
  • Faire les courses ;
  • Préparer les repas et manger ;
  • Se déplacer ;
  • Se coucher ;
  • Travailler ou étudier ;
  • Communiquer ;
  • Se divertir ;

L’ergothérapie peut s’adresser à des patients de tous âges, du petit enfant à la personne âgée, et avec des problèmes de santé très variés, notamment :

Ergothérapie et ergothérapeute

L’ergothérapie est exclusivement pratiquée par un ergothérapeute, qui est un professionnel de santé, dont la profession est réglementée par le Code de la Santé Publique (L4331-1 et R4331-1). La formation au métier d’ergothérapeute s’effectue dans des écoles publiques ou privées spécialisées et dure 3 ans, cette durée ayant été fixée par le Ministère chargé de la Santé.

L’ergothérapeute peut agir à plusieurs niveaux dans la prise en charge du handicap et de la dépendance :

  • En prévention par des actions de prévention et des aménagements des lieux de vie et de travail ;
  • En traitement, en complément de la prise en charge globale du patient ;
  • Dans la formation des autres professionnels de santé, qui interviennent auprès des personnes dépendantes.

À savoir ! Les ergothérapeutes sont depuis peu amenés à réaliser des expertises pour évaluer les situations de handicap et définir les moyens de compensations. Ce type d’expertises peut être utile pour les réparations du préjudice du dommage corporel par les compagnies d’assurance ou encore les tribunaux. Pour réaliser ces missions, une formation complémentaire spécifique est nécessaire pour acquérir les connaissances juridiques et les enjeux des dossiers d’expertise.

Les ergothérapeutes peuvent exercer, soit en secteur public, soit en secteur privé, soit en libéral, dans de nombreux lieux différents, tels que :

  • Un hôpital ou une clinique ;
  • Une maison de retraite ou un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) ;
  • Un centre de rééducation et de réadaptation fonctionnelle ;
  • Un cabinet d’ergothérapie libéral ;
  • Un organisme complémentaire (mutuelle, assurance) ;
  • Des collectivités locales (Centres Communaux d’Action Sociale (CCAS)) ;
  • Un Centre Local d’Informations et de Coordination (CLIC) ;
  • Des services de soins à domicile (service d’éducation et de soins spécialisés à domicile, service de soins spécialisés à domicile, service de soins infirmiers à domicile) ;
  • Une maison d’arrêt ;
  • Une Maison Départementale de la Personne Handicapée (MDPH) ;
  • Un Centre d’Information et de Conseils en Aides Techniques (CICAT) ;
  • Des associations de patients en situation de handicap ou de dépendance;
  • Un Etablissement Spécialisé pour une Vie Autonome à Domicile (ESVAD) ;
  • Un Foyer d’Accueil Médicalisé (FAM) ;
  • Un Centre d’Action Médico-Sociale Précoce (CAMSP) ;
  • Un Etablissement et Service d’Aide par le Travail (ESAT) ;
  • Un Centre d’Accueil Thérapeutique à Temps Partiel (CATTP) ;
  • Un Centre Médico-Psychologique (CMP) ;
  • Un Institut Médico-Educatif (IME) ;
  • Une Maison d’Accueil Spécialisé (MAS) ;
  • Un Site pour la Vie Autonome (SVA) ;
  • Un Service d’Accompagnement Médico-Social pour Adultes Handicapés (SAMSAH) ;
  • Une Unité d’Evaluation, de Réentrainement, et d’Orientation Sociale et/ou professionnelle (UEROS) ;
  • Une Unité Mobile d’Evaluation ;
  • Une entreprise ;
  • Un cabinet d’architecture et d’ergonomie ;
  • Un cabinet d’appareillage ;
  • Des sociétés de location et de vente de matériel médical.

En pratique, l’ergothérapeute exerce, soit directement sur son lieu de travail, soit au domicile des patients, soit sur le lieu de travail des patients.

L’ergothérapie en pratique

La prise en charge en ergothérapie consiste en un suivi multi-facettes et sur le long terme du patient, pour assurer un niveau d’autonomie suffisant pour lui garantir une qualité de vie optimale. Le programme des séances d’ergothérapie est adapté au cas spécifique de chaque patient, notamment en fonction de son état de santé, de la nature de son handicap, de ses capacités physiques et psychologiques, de ses besoins propres et des objectifs à atteindre.

En pratique, l’ergothérapeute prend en compte différents paramètres lors des premières séances :

  • Les conséquences physiques et psychologiques d’une maladie ou d’un traumatisme ;
  • La nature et l’ampleur du handicap ;
  • Les facteurs psychosociaux et environnementaux susceptibles d’agir sur le patient ;
  • Les habitudes personnelles du patient concernant ses soins, sa vie professionnelle, son entourage, ses amis, etc. ;
  • La volonté et les objectifs visés par le patient.

La prise en charge en elle-même se compose de séances régulières, d’évaluations et de mises en situations concrètes du patient. Par exemple, l’ergothérapeute peut accompagner le patient pour faire ses courses et observer son comportement pendant ce moment. Il peut aussi l’observer pendant qu’il prépare un repas. L’ergothérapeute peut également proposer des activités de groupe, en particulier des activités manuelles comme le tricot ou le tissage.

À savoir ! Un ergothérapeute ne manipule pas le patient. La rééducation en ergothérapie passe par les mises en situations, les activités manuelles, les bilans ou encore les séances de balnéothérapie. La rééducation par manipulations est réservée au kinésithérapeute.

L’ergothérapeute agit à plusieurs niveaux dans la relation thérapeutique avec le patient :

  • Il aide le patient à repérer et à identifier ses difficultés ;
  • Il prend en compte les besoins personnels du patient et son environnement ;
  • Il fixe avec lui des objectifs possibles à atteindre en termes d’autonomie;
  • Il identifie les besoins d’aménagement (par exemple modifier une salle de bains ou une cuisine, ou encore adapter un poste de travail) et d’équipements (comme un déambulateur, un lit médicalisé ou un fauteuil) de son lieu de vie et de son lieu de travail ;
  • Il le met en relation avec des prestataires pour la réalisation de ces aménagements et la fourniture des équipements nécessaires ;
  • Il le met en situation pour observer son comportement et ses réactions ;
  • Il fait régulièrement le point avec lui sur les progrès effectués et le ressenti du patient.

Tout au long de la prise en charge, l’ergothérapeute transmet des bilans au reste de l’équipe médicale qui suit le patient et échange en permanence avec les autres professionnels de santé pour optimiser la prise en charge.

Estelle B. / Docteur en Pharmacie

– L’ergothérapie. ANFE. Mis à jour le 3 juillet 2017.
– L’ergothérapie : une discipline au service de l’autonomie ! La Mutuelle Générale. Consulté le 01 juin 2018.
– L’ergothérapie. Synfel Ergolib. Consulté le 01 juin 2018.