amblyopie-ophtalmologie

L’amblyopie est une diminution de l’acuité visuelle au niveau d’un œil engendrée par son inutilisation au cours du développement visuel. Si cette pathologie n’est pas rapidement détectée et traitée, avant l’âge de 8 ans, une perte importante de la vision peut en découler. Le diagnostic repose sur le bilan ophtalmologique. La prise en charge doit être immédiate. Elle repose sur la mise en place d’une rééducation oculaire à l’aide d’un cache à positionner sur l’œil atteint, et sur le traitement de la cause. Parfois, une chirurgie peut s’avérer nécessaire.

Définition et symptômes

Qu’est-ce que l’amblyopie ?

amblyopie-symptomesL’amblyopie concerne 5 à 6% des petits, mais reste encore trop peu diagnostiquée. En effet, ce trouble visuel est souvent « camouflé » par un mécanisme de défense : quand un œil ne se développe pas normalement ou forme des images floues, le second va compenser et travailler davantage. On qualifie souvent l’œil plus faible, d’œil « paresseux ».

En réalité, ce n’est pas l’œil qui est responsable de l’amblyopie, mais le cerveau. En temps normal, l’image d’un objet est captée par les deux yeux. Elle est ensuite projetée sur la rétine, puis transmise au nerf optique. Chacune des deux images est simultanément envoyée au cerveau pour être analysée et synthétisée afin d’obtenir une vision nette et en relief.

Chez un patient atteint d’amblyopie, il y a un problème au niveau de la transmission de l’information. Or, lorsque le cerveau reçoit une image anormale ou floue, il neutralise les messages visuels en provenance de l’œil affecté, afin de permettre de développement de la vision de l’œil sain. Par ailleurs, comme une seule image exploitable arrive jusqu’au centre de la vision dans le cerveau, la vision 3D n’est plus possible. Ainsi, le patient perçoit mal les contrastes, voit flou ou voit deux images mal superposées.

Il existe trois grandes causes à l’amblyopie : un strabisme, une anisométropie ou une obstruction de l’axe visuel.

Un strabisme (perte de parallélisme du regard) est souvent à l’origine d’une amblyopie du fait que les deux globes oculaires ne sont pas alignés et transmettent donc deux images différentes au cerveau. Le strabisme est une pathologie complexe qui résulte d’une perturbation dans le système de contrôle cérébral de la position des yeux. La fréquence du strabisme dans la population est estimée entre 3 et 4%.

Une anisométropie qui est une anomalie de réfraction entre les deux yeux (astigmatisme, myopie ou hypermétropie) peut engendrer une mise au point différentes des images rétiniennes, et donc une amblyopie.

Une obstruction sur l’axe visuel, entre la surface oculaire et la rétine, par exemple une cataracte congénitale ou traumatique, peut perturber voire complétement empêcher la formation de l’image rétinienne au niveau de l’œil atteint.

À savoir ! On différencie les amblyopies organiques des amblyopies dites sensorielles. Les amblyopies sensorielles sont rares et en lien avec une anomalie de la transparence des milieux de l’œil ou une pathologie du nerf optique ou de la rétine. Les amblyopies sensorielles sont associées à une stimulation asymétrique des deux yeux à cause d’un trouble de la vue (myopie, hypermétropie, etc.), d’un strabisme ou d’un facteur interférant avec la transmission des images au niveau de l’œil.

À noter ! Les amblyopies bilatérales, c’est-à-dire affectant les deux yeux existent mais sont plus rares. Elles sont généralement dues à une forte anisométropie (myopie, hypermétropie ou astigmate) ou à un nystagmus (mouvement involontaire des globes oculaires) congénital. Cependant, malgré un traitement bien conduit, la vision bilatérale reste généralement médiocre.

Quels symptômes ?

Toutes les amblyopies ne sont pas identiques. Certains patients sont plus affectés que d’autres. Les symptômes se développent généralement avant l’âge de 2 ans.

Souvent, l’amblyopie est asymptomatique, et elle est découverte de manière fortuite à l’occasion d’un dépistage visuel. En effet, l’enfant ne se plaint généralement de rien.

Plusieurs symptômes peuvent être associés à l’amblyopie et conduire les parents à la consultation ophtalmologique :

  • Entrouvrir les yeux pour regarder quelque chose ;
  • Incliner la tête plusieurs fois dans la même position pour fixer le regard ;
  • Se frotter souvent les yeux, et se plaindre de démangeaisons oculaires ;
  • Avoir des maux de tête fréquents, notamment le soir ;
  • Se rapprocher du support pour lire ou dessiner ;
  • Avoir les yeux qui pleurent ou rougissent ;
  • Etre gêné par le soleil (ou photophobie) ou avoir des difficultés à s’adapter dans l’obscurité ;
  • Présence d’un strabisme (déviation du regard).