infections respiratoiresLes bronchites, les pneumonies ou encore les bronchiolites sont des pathologies fréquentes, particulièrement chez les enfants. Ces infections appartiennent toutes à la grande famille des infections respiratoires aiguës.

Les infections respiratoires aiguës : définition

Rappels anatomiques

L’appareil respiratoire est constitué des voies nasales, de la trachée et des deux poumons. Le rôle de ces derniers est de fournir de l’oxygène à notre organisme, tout en évacuant le dioxyde de carbone. Ils sont localisés dans la poitrine de part et d’autre du cœur.

Un poumon est divisé en plusieurs lobes, séparés les uns des autres par des cloisons appelées scissures. On compte deux lobes pour le poumon droit et trois pour le gauche. Chaque lobe contient les bronches, elles même constituées d’alvéoles (petites poches) reliées entre elles par les bronchioles. Les bronches sont connectées à la trachée.

Au cours de la respiration, l’air arrive donc par la trachée, passe dans les bronches puis les bronchioles et enfin les alvéoles. Une fois dans les alvéoles, le dioxygène contenu dans l’air inspiré traverse leur paroi pour aller dans le sang et être distribué à tout l’organisme. Dans le sens inverse, c’est le dioxyde de carbone qui circule, évacué par les cellules de l’organisme, il repasse via les alvéoles puis les bronches pour s’échapper de la trachée par la bouche et le nez. On parle alors d’expiration.

anatomie-voies-aeriennes

Définition

Ainsi, une infection est dite « respiratoire » lorsqu’elle atteint l’une des structures composant le système respiratoire, à savoir le nez, les oreilles, la gorge, le larynx, la trachée, les bronches ou les poumons.

Parmi l’ensemble des infections respiratoires aiguës, la pneumonie est la plus meurtrière. Elle est responsable de près de 15% des décès chez les enfants de moins de 5 ans. En 2015, 922 136 enfants de moins de 5 ans sont morts de pneumonie, dans le monde.

Les infections respiratoires sont transmises par contact direct avec les sécrétions respiratoires d’un individu contaminé via des gouttelettes émises lors d’une toux ou d’un éternuement.

Certains facteurs semblent favoriser la survenue de telles pathologies :

  • Le sexe masculin ;
  • L’âge (le risque de décès est plus important chez les nourrissons âgés de 1 à 3 mois) ;
  • La prématurité ;
  • Le climat et la saison (les infections se développent essentiellement par temps froid et pluvieux) ;
  • La pollution ;
  • La promiscuité ;
  • L’état nutritionnel ;
  • L’état immunologique ;
  • Un bas niveau d’éducation ;
  • Un bas niveau socio-économique du pays.

On distingue deux types d’infections respiratoires aiguës : celles des voies aériennes supérieures et celles des voies respiratoires basses.

Les infections des voies aériennes supérieures (VAS)

Rhinopharyngite

La rhinopharyngite couramment appelée rhume est une infection virale sans gravité de la muqueuse tapissant l’intérieur du nez et le pharynx. C’est l’infection la plus répandue chez l’enfant. Elle se traduit par une fièvre modérée, des douleurs au niveau de la gorge, une obstruction nasale avec des sécrétions claires au début qui deviennent épaisses et jaunâtres, les muqueuses du nez et de la gorge sont congestionnées et on peut sentir à la palpation des adénopathies ou « ganglions » cervicaux.  De nombreux virus (près de 2000) peuvent être à l’origine de l’infection. La rhinopharyngite guérit spontanément en une dizaine de jours. Cependant, l’association virus-bactérie est fréquente et des complications bactériennes peuvent survenir. Streptoccoccus pneumoniae, Haemophilus influenzae ou Morexella catarrhalis, causes d’otites et de sinusites, sont les germes les plus fréquemment impliqués dans une surinfection nécessitant alors la prescription d’antibiotiques.

Angine

Une angine est une inflammation des amygdales, d’origine virale (majoritairement) ou bactérienne. On parle souvent d’angine rouge ou blanche en fonction de l’aspect des amygdales. La maladie est le plus souvent bénigne et se traduit par de la fièvre et un mal de gorge entraînant des difficultés pour avaler. D’autres symptômes comme un rhume ou une toux peuvent être associés. En France, 9 millions d’angines sont diagnostiquées chaque année.

A savoir ! Les amygdales sont de petits organes localisés dans la sphère ORL et impliqués dans le rôle de défense de l’organisme contre les infections.

Otite moyenne aiguë

Une otite moyenne aiguë est une infection se développant au niveau de l’oreille moyenne. C’est l’infection bactérienne la plus fréquente chez l’enfant. Chaque année, elle touche près de 20% des enfants. L’infection peut être causée soit par une bactérie dans 60 à 70% des cas, soit par un virus. Le plus souvent, elle survient après un épisode de rhinopharyngite et se traduit par de la fièvre et une sensation d’oreille bouchée ou de bourdonnements.

Sinusite aiguë

infections-voies-aeriennesUne sinusite est une inflammation des sinus de la face provoquée par un virus ou une bactérie. Les sinus sont de petites cavités creusées dans les os de la face débouchant sur les cavités nasales. Leur rôle est de produire le mucus évacué par les fosses nasales (ou narines). Ce mucus contient des substances antivirales et antibactériennes permettant de lutter contre les infections. L’infection est généralement consécutive à une rhinopharyngite et touche plus volontiers le sinus maxillaire (localisé au niveau des pommettes du visage). Les autres sinus (frontal, éthmoïdal et sphénoïdal) sont rarement concernés mais présentent plus de risque de complications. La contamination des sinus se fait soit par voie nasale après une rhinopharyngite, soit par voie dentaire suite à une carie ou un abcès dentaire. Les symptômes de la sinusite maxillaire aiguë sont : une congestion nasale avec un écoulement clair ou purulent, une douleur ou sensation de pesanteur sous les yeux, des maux de tête, de la fièvre, de la toux et une sensation de malaise.

Laryngite

Une laryngite est une inflammation du larynx provoquée le plus souvent par un virus. C’est une infection très fréquente en automne et en hiver. Elle fait généralement suite à une rhinopharyngite. Les symptômes s’installent progressivement : voix enrouée, toux rauque, difficultés respiratoires.

A savoir ! Il ne faut pas confondre une laryngite avec une épiglottite qui est une infection rare et grave. Une épiglottite est une atteinte de l’épiglotte par la bactérie Haemophilus influenzae qui se manifeste brutalement par de la fièvre, une hypersalivation, des douleurs du pharynx, des difficultés pour s’alimenter, des vomissements et une préférence pour la position assise. Le risque principal est l’obstruction totale du larynx et nécessite une prise en charge spécialisée à l’hôpital.

Les infections des voies respiratoires basses (VRB)

Bronchite ou trachéo-bronchite aiguë

Une bronchite est une infection des bronches d’origine essentiellement virale. On compte chaque année environ 10 millions de cas de bronchites en France. Elle se manifeste généralement à la suite d’un rhume ou d’une rhino-pharyngite et débute par une toux sèche (elle se transforme par la suite en tout grasse). Cette infection guérie spontanément en une dizaine de jours.

Bronchiolites

Une bronchiolite est une infection des petites bronches ou bronchioles généralement provoquée par le Virus Respiratoire Syncytial (VRS). Elle est fréquente chez les nourrissons de moins de 2 ans. En effet, chaque année près de 30% des moins de 2 ans sont concernés. L’infection est généralement bénigne et débute par un simple rhume avec une légère fièvre. Une toux sèche apparaît progressivement associée à une gêne respiratoire se traduisant par une respiration rapide et sifflante. Les symptômes s’atténuent en une dizaine de jours.

Pneumonies

Une pneumonie se manifeste le plus souvent par une fièvre importante associée à une toux, des douleurs thoraciques et un essoufflement. Une radiographie pulmonaire permet de confirmer le diagnostic. En général, la pneumonie évolue vers la guérison mais les complications (septicémie, abcès pulmonaire, pleurésie) restent possibles et nécessitent une hospitalisation.

Diagnostic

Le diagnostic d’une infection respiratoire aiguë repose sur l’examen clinique, au cours d’une consultation chez le médecin généraliste. Les symptômes et l’observation des lésions permettent de poser le diagnostic. Le médecin peut également effectuer des prélèvements afin de déterminer le germe en cause dans l’infection.

Traitement et prévention

Les traitements de première intention dans les infections respiratoires aiguë sont symptomatiques afin de soulager le patient le temps de la guérison. Les antibiotiques ne doivent pas être utilisés de façon systématique.

Certaines infections respiratoires peuvent être prévenues par la vaccination. Il convient donc de se renseigner auprès de son médecin. Par ailleurs, afin d’éviter toute propagation de telles infections, en plus de lutter contre les divers facteurs de risque, il est recommandé de respecter plusieurs règles d’hygiène fondamentales :

  • Se laver les mains à l’eau et au savon, avant et après tout contact avec un malade ;
  • Se couvrir la bouche et le nez avec un mouchoir (ou sa manche) en cas d’éternuement ou de toux ;
  • Utiliser des mouchoirs à usage unique pour se moucher ;
  • Nettoyer tout objet utilisé ou manipulé par une personne malade ;
  • Éviter de partager les objets du quotidien (couverts par exemple) ;
  • Ranger et ne pas partager sa brosse à dents avec quelqu’un d’autre ;
  • Aérer son habitation au moins 1 fois par jour ;
  • Maintenir la température de l’habitation autour des 19°.

Charline D., Pharmacien

– Infections respiratoires aiguës. Médecine tropicale. Mis à jour le 17 novembre 2016.
– Rhinopharyngite de l’enfant. Ameli. Le 24 avril 2017.
– Angine. Ameli. Le 24 avril 2017.
– Otite moyenne aiguë de l’enfant. Ameli. Le 24 avril 2017.
– Sinusite. Ameli. Le 20 avril 2017.
– Bronchiolite. Ameli. Le 15 mai 2017.