Attention à la malnutrition chez les personnes âgées atteintes d’un cancer digestif

Mar 9, 2018 par

Chimiothérapie rime rarement avec appétit. Pourtant le statut nutritionnel est déterminant dans l’efficacité du traitement anti-cancéreux. Une récente étude a mis en évidence que le statut nutritionnel des personnes âgées atteintes d’un cancer digestif peut être altéré dès la première cure de chimiothérapie et que les patients peuvent s’affaiblir dès la seconde cure.

malnutrition sénior

Chimiothérapie anticancéreuse et nutrition

S’alimenter correctement est souvent difficile pour les patients atteints d’un cancer. Pourtant, l’alimentation est capitale à plusieurs niveaux :

  • Maintenir son poids corporel ;
  • Conserver son énergie ;
  • Réduire le risque d’infection ;
  • Augmenter l’efficacité et limiter les conséquences des traitements anti-cancéreux.

Dans les équipes médicales pluridisciplinaires de prise en charge des cancers, des nutritionnistes et diététiciens sont souvent présents et peuvent aider à mieux se nourrir pendant les traitements contre le cancer.

D’une manière générale, le patient cancéreux est incité à conserver ou à adopter une alimentation saine et équilibrée. Face au cancer, le patient a des besoins nutritionnels particuliers, à savoir :

  • Une alimentation plus riche en protéines ;
  • Un apport calorique supérieur.

Parallèlement, une hydratation quotidienne suffisante est indispensable, en particulier chez les patients souffrant de nausées, de vomissements ou de diarrhées, consécutifs à la chimiothérapie.

Un effet dès la première cure chez les séniors

Maintenir une alimentation saine et équilibrée chez le patient cancéreux est capital, en particulier chez les personnes âgées. En effet, la malnutrition est fréquente chez les patients cancéreux âgés, pour plusieurs raisons :

  • La maladie induit des changements physiologiques parfois importants ;
  • Les traitements anti-cancéreux sont agressifs ;
  • L’âge en lui-même est parfois source de dénutrition.

Ce phénomène est particulièrement flagrant dans le cas des cancers touchant l’appareil digestif, qui compliquent les prises alimentaires et/ou altèrent la digestion.

Dans ce contexte, des chercheurs turcs ont évalué la prévalence de la malnutrition chez des patients âgés atteints d’un cancer digestif et l’impact de la chimiothérapie sur le statut nutritionnel. Leur étude a porté sur 153 patients âgés en moyenne de 70 ans (71,2 % d’hommes).

Les participants à l’étude étaient atteints de divers cancers digestifs :

  • 51,6 % un cancer colorectal ;
  • 26,8 % un cancer gastrique ;
  • 11,8 % un cancer du pancréas ;
  • 7,2 % un cancer hépatique ;
  • 2 % un cancer des voies biliaires ;
  • 0,7 % un cancer de l’œsophage.

A leur entrée dans l’étude, 37,9 % des patients étaient malnutris et 34,6 % étaient à risque de malnutrition. Seulement 27,5 % d’entre eux avaient un statut nutritionnel correct. Après une cure de chimiothérapie, la proportion de patients malnutris était augmentée (46,4 %), avec une perte moyenne de poids de 13,4 %. Quel que soit le statut nutritionnel de départ, les patients n’étaient pas affaiblis par une seule cure de chimiothérapie. En revanche, une cure supplémentaire suffisait à affaiblir significativement les patients.

Face à de tels résultats, les auteurs de l’étude soulignent l’importance d’évaluer très régulièrement le statut nutritionnel et l’état de faiblesse des patients âgés cancéreux, et ce dès la première cure de chimiothérapie.

Quand manger devient impossible…

Pour lutter contre la malnutrition et en prévenir les conséquences négatives sur l’état de santé des patients, il est primordial de préserver leur alimentation. Parfois, les patients perdent tout appétit et deviennent incapables de maintenir des apports nutritionnels suffisants par les aliments et les boissons.

Des solutions peuvent alors être envisagées, toujours en accord avec l’équipe médicale, pour maintenir des apports nutritionnels suffisants :

  • Des suppléments nutritionnels, commercialisés sous différentes formes : des boissons prêtes à boire, des poudres, des crèmes ou des barres ;
  • Des suppléments de vitamines et de minéraux, en fonction des besoins spécifiques de chaque patient ;
  • La mise en place d’une sonde d’alimentation ;
  • Une nutrition parentérale (administration par voie veineuse de liquides et éléments nutritifs), en cas de dysfonctionnement important de l’appareil digestif.

Dans tous les cas, l’important est de maintenir autant que possible des apports alimentaires suffisants, pour maintenir la qualité de vie des patients et lutter efficacement contre le cancer.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

– Nutrition des personnes atteintes de cancer. Société Canadienne du Cancer. Consulté le 14 février 2018.
– The effect of chemotherapy on nutritional status and weakness in geriatric gastrointestinal system cancer patients. Bicakli, D.H. and al. 2018. Nutrition 47 :39–42. DOI
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.