Amnésie-fiche

L’amnésie est un trouble de la mémoire qui se traduit par une perte, plus ou moins complète de la capacité à se remémorer des faits ou des souvenirs. Les causes d’amnésie sont nombreuses. La perte de mémoire peut être la conséquence d’une maladie ou d’un accident. Le diagnostic est clinique, mais très souvent associé à des examens complémentaires neuropsychologiques et à une imagerie cérébrale. Le traitement d’une amnésie est celui de sa cause lorsque cela est possible.

Définition

A propos de la mémoire

La mémoire permet d’enregistrer des informations provenant d’expériences ou événements divers, de les stocker et de les restituer.

La mémoire est composée de 5 systèmes interconnectés qui reposent sur des réseaux neuronaux différents :

  • La mémoire à court terme, ou la mémoire de travail, celle qui nous permet d’enregistrer temporairement un événement, par exemple un numéro de téléphone. Si aucun effort de mémorisation n’est fait, ce dernier disparaît de la mémoire dans la minute qui suit ;
  • La mémoire à long terme qui comprend la mémoire sémantique pour la culture générale et la mémoire épisodique qui est en lien avec les souvenirs personnels ;
  • La mémoire procédurale qui gouverne tous les automatismes comme la marche, le vélo, etc. ;
  • La mémoire perceptive en lien avec les sens.

Il n’existe pas un seul et unique centre de la mémoire dans le cerveau, mais plusieurs systèmes qui mettent en jeu des réseaux neuronaux distincts, répartis dans diverses zones cérébrales. Les différentes formes de mémoires fonctionnent en interaction. Ainsi, un souvenir se traduit par l’intervention de neurones provenant de différentes zones cérébrales et assemblés en réseaux.

Il existe deux moyens d’entretenir, ou d’améliorer ses capacités mnésiques :

  • Une bonne hygiène de vie, et plus particulièrement, une bonne nuit de sommeil ;
  • Des exercices. La lecture est, par exemple, un très bon moyen d’exercer sa mémoire.

Qu’est-ce que l’amnésie ?

Selon le Larousse, une amnésie désigne le fait d’avoir une perte, partielle ou totale, de la capacité de mémoriser une information et/ou de se rappeler d’une information stockée dans la mémoire.

On distingue plusieurs types d’amnésie selon le type de souvenirs affectés :

  • L’amnésie antérograde (ou aussi appelée amnésie de fixation) qui se traduit par une impossibilité à mémoriser de nouvelles informations. Le patient oublie au fur et à mesure ce qu’il vient de mémoriser. Dans l’amnésie antérograde, ceux sont les nouveaux souvenirs après l’événement causal qui sont donc concernés ;
  • L’amnésie rétrograde (ou aussi appelée amnésie d’évocation) qui se caractérise par des difficultés de plus en plus importantes à se souvenir de faits passés, autrement dit ayant eu lieu avant l’événement causal ;
  • L’amnésie rétro-antérograde qui est la combinaison des deux types d’amnésie précédemment évoqués.

A noter qu’il existe trois autres types d’amnésie :

  • L’amnésie lacunaire qui se traduit par une impossibilité à se remémorer les faits lors d’une agression physique ou psychique ;
  • L’ictus amnésique qui est, en fait, une amnésie transitoire. Un épisode peut durer entre 1 heure et 10 heures et se traduire par une répétition en boucle du patient ;
  • L’amnésie spécifique à un sens, par exemple agnosie.

Dans certains ouvrages, il existe une seconde classification qui ne distingue que deux grands types d’amnésie : les amnésies neurologiques et les amnésies psychogènes.

On parle d’amnésie neurologique lorsque celle-ci est causée par des lésions cérébrales, généralement au niveau de l’hippocampe. Elles peuvent être causées par un traumatisme crânien, une tumeur, une rupture d’anévrisme, un manque d’oxygène, l’alcoolisme chronique ou certaines encéphalites.

Les amnésies psychogènes font plutôt référence à des traumatismes psychologiques, par exemple un viol ou une agression.

Par ailleurs, une amnésie peut être :

  • Transitoire, notamment après un traumatisme cérébral ;
  • Fixée, par exemple après une ischémie cérébrale ou une encéphalite ;
  • Progressive en cas de maladie neurodégénérative comme la maladie d’Alzheimer.

La perte de mémoire liée à la sénescence, autrement dite la déficience mnésique liée à l’âge, correspond à la perte de mémoire qui se produit au cours d’un vieillissement normal. En effet, les patients qui présentent ce type bénin de perte de mémoire peuvent développer progressivement des troubles mnésiques. Généralement, il se traduit d’abord par un oubli des noms, puis des événements voire plus rarement des lieux. Cependant, ce type de perte de mémoire n’a aucun lien avec une quelconque démence, malgré les similitudes cliniques.