Alopécie


Rédigé par Charline D. et publié le 29 octobre 2019

alopecie-img

L’alopécie est le terme scientifique pour désigner une perte anormale de cheveux ou de poils. Au niveau du cuir chevelu, on parle volontiers de « calvitie ». Bien qu’inesthétique, l’alopécie peut également être le signe d’une pathologie systémique. Un diagnostic rapide est nécessaire pour mettre en place, si besoin, un traitement adapté permettant la repousse des poils.

Définition et symptômes de l’alopécie

A propos des poils

Une chevelure contient, en moyenne, entre 100 et 150 000 cheveux. Et, chaque jour, 50 à 100 cheveux tombent, et entament aussitôt une repousse.

alopecie-definition

Les cheveux, ou plus généralement les poils, ont un cycle de croissance composé :

  • D’une phase de croissance, aussi appelée « phase anagène », de 2 à 6 ans. En réalité, plutôt 2 à 5 ans chez un homme, et 3 à 7 ans chez une femme. Le cheveu pousse d’environ 2 millimètres par semaine, voire plus en été ;
  • D’une phase de transition très courte, la phase catagène d’environ 3 semaines qui désigne la fin progressive de la croissance du cheveu ;
  • D’une phase de repos courte, ou la phase télogène, de 2 à 3 mois qui représente la durée pendant laquelle le cheveu mort reste fixé au crâne avant de tomber ;
  • Et enfin d’une phase dite exogène lorsque le poil tombe.

Ce cycle recommence lorsqu’un nouveau poil pousse dans le follicule, c’est-à-dire dès la chute du précédent. On estime qu’entre 50 et 100 cheveux atteignent chaque jour la phase de repos et tombent. Le rythme de ce cycle de croissance est sous l’influence de l’alimentation, des hormones, de l’hérédité, de certains facteurs de croissance et médiateurs du système nerveux.

Chaque follicule pileux a la capacité d’assurer entre 20 et 25 cycles avant de s’épuiser. Ainsi, au rythme d’environ 5 ans par cycle, c’est près de 100 à 125 ans de chevelure qui sont assurés. Cependant, il arrive que ce processus s’enraye et qu’une perte de cheveux anormalement conséquente se développe.

Qu’est-ce que l’alopécie ?

Parmi les troubles du cycle de croissance des poils, on distingue :

  • L’effluvium anagène qui est une interruption de la phase de croissance à l’origine d’une perte anormale de cheveux anagènes ;
  • L’effluvium télogène qui est une perte de plus de 100 cheveux par jour au terme de la phase de repos.

Globalement, on estime qu’une perte de cheveux est pathologique lorsque le nombre de cheveux perdus par jour est supérieur à 100 ou lorsqu’une zone du cuir chevelu perd plus rapidement que le reste du crâne. On parle alors d’alopécie.

A noter que les dermatologues différencient les pertes de cheveux :

  • Diffuses lorsqu’elles concernent l’ensemble du cuir chevelu ;
  • Localisées lorsqu’elles concernent uniquement certaines zones.

Les pertes de cheveux « passagères » sont également distinguées des pertes dites « durables ».  Parmi ce dernier type d’alopécie, les plus fréquentes sont les alopécies androgéniques.

Quelle cause ?

La cause la plus fréquente d’alopécie est l’alopécie androgénique. Cette dernière est une affection androgéno-dépendante héréditaire qui peut affecter jusqu’à 80% des hommes blancs de plus de 70 ans, et près de la moitié des femmes.

Les autres causes d’alopécie fréquentes sont : les médicaments (par exemple les chimiothérapies), les infections (par exemple la teigne du cuir chevelu), les troubles systémiques (par exemple le lupus érythémateux disséminé), la pelade, un traumatisme (trichotillomanie, radiothérapie, brûlures, etc.), une infection mycosique ou un stress physique (chirurgie, pathologie grave, perte de poids soudaine, grossesse, etc.).

Plus rarement, la perte de cheveux peut être induite par :

  • Une anomalie primitive du cheveu ;
  • Une maladie auto-immune ;
  • Un empoisonnement aux métaux lourds ;
  • Une affection dermatologique rare.

Diagnostic et traitement de l’alopécie

Quel diagnostic ?

Plusieurs moyens existent pour dépister une alopécie, par exemple la prise de photos successives au niveau d’une région fixe du cuir chevelu, afin de compter les cheveux en phase télogène. On parle de phototrichogramme. Par ailleurs, un examen microscopique des cheveux, aussi appelé trichogramme, peut informer sur les causes de cette perte anormale de cheveux.

alopecie-traitement

Le diagnostic de calvitie est posé par le médecin généraliste grâce à l’échelle de Norwood-Hamilton. L’échelle décrit 7 stades basés sur la densité de cheveux au niveau de 3 zones : les tempes, le sommet du crâne et le front.

Quel traitement ?

Contre l’alopécie androgénique, il existe différents types de traitement : chirurgicaux ou médicamenteux. L’objectif est soit de stimuler les follicules pileux, soit de bloquer l’action des hormones impliquées.

À savoir ! Les traitements ne sont efficaces qu’à partir de 4 à 6 mois de prise. Ils doivent  être poursuivis indéfiniment pour en garder les bénéfices. A l’arrêt du traitement, la repousse se stoppe, et un retour à l’état initial s’opère en quelques mois.

Les traitements médicamenteux sont délivrés sur ordonnance d’un dermatologue. Ils se présentent sous forme de comprimés (finastéride) ou de lotion (minoxidil). Le choix du traitement dépend des préférences ou des antécédents du patient.

Le comprimé de finastéride est à prendre une fois par jour à n’importe quel moment de la journée. Cette molécule en bloquant la transformation de la testostérone en dihydrotestostérone (DHT, hormone en cause dans l’alopécie) permet d’éviter la chute de cheveux. Il ne dispose d’aucune interaction avec d’autres traitements ou aliments. Ce traitement est réservé au traitement de l’alopécie androgénique chez l’homme uniquement. A noter que le finastéride freine la chute de cheveu mais ne stimule sa pousse que chez certains patients. Les principaux effets indésirables de ce traitement sont la baisse de la libido et des troubles de l’érection.

Le minoxidil est une lotion à appliquer matin et soir sur le cuir chevelu. Les résultats peuvent varier d’un individu à l’autre. Chez certains, le produit permet d’éviter ou ralentir la chute des cheveux, tandis que pour d’autres, il permet aussi la repousse. Les principaux effets indésirables sont les irritations cutanées. A noter qu’il est important d’appliquer la lotion uniquement sur le cuir chevelu, sans dépasser sur le visage en raison de la potentielle apparition de poils.

Chez les femmes qui sont atteintes d’alopécie en lien avec un dérèglement hormonal, le choix de la pilule contraceptive est primordial.

La spironolactone (un diurétique) est une autre molécule utilisée dans le traitement de l’alopécie androgénique chez la femme, car elle permet de bloquer l’action de la dihydrotestostérone sur les follicules pileux. Cette molécule ne dispose pas d’autorisation de mise sur le marché (AMM) dans cette indication.

Enfin, chez les hommes, le traitement chirurgical qui consiste à transplanter des cheveux peut être proposé. On parle aussi de greffe capillaire. Cette technique repose sur l’implantation du cuir chevelu de la partie arrière du crâne sur les zones touchées par la calvitie (front, golfes, etc.).

Charline D., Docteur en pharmacie

Sources
– Alopécie(Perte de cheveux; calvitie). msdmanuals.com.