Une varicocèle désigne une dilatation, aussi appelée varice, de la veine spermatique localisée dans les testicules. Cette pathologie se développe lentement, et se traduit le plus souvent par un gonflement du testicule concerné, des douleurs, voire une infertilité. Le diagnostic est essentiellement clinique. Des examens complémentaires peuvent être prescrits en cas de doute.  La varicocèle n’est pas une maladie grave, tous les patients ne nécessitent pas un traitement qui consiste à bloquer le reflux sanguin. Lorsqu’il est nécessaire, il y a deux options : la chirurgie ou l’embolisation.

Définition et symptômes

Rappels anatomiques

Les testicules font partie de l’appareil génital chez l’homme, et elles sont au nombre de deux.

Les testicules sont en forme d’œuf. Elles mesurent environ 5 centimètres de long et entre 2 à 3 centimètres de large, et sont recouverts d’un sac de peau, appelé scrotum. Ce dernier pend sous le pénis, entre les jambes. Chaque testicule est drainé par des vaisseaux.

Malgré leurs petites tailles, les testicules jouent un rôle primordial puisqu’elles assurent la production de spermatozoïde, et de testostérone, l’hormone sexuelle mâle.

A noter que si les testicules sont localisés à l’extérieur du corps, c’est pour assurer la production de spermatozoïdes qui ne se développe qu’à 35°C (et non 37°C, la température corporelle). Ainsi, lorsque le sang est mal drainé, comme ça peut être le cas avec une varicocèle, les testicules se réchauffent, et donc les spermatozoïdes sont affaiblis.

Qu’est-ce qu’une varicocèle ?

La varicocèle est une affection fréquente, bénigne la plupart du temps, qui affecte surtout les hommes jeunes, et plus volontiers le testicule gauche.

Les veines contiennent des valves unidirectionnelles permettant le flux sanguin des testicules vers le cœur, et cela malgré la pesanteur. Lorsque celles-ci ne fonctionnent pas correctement, le sang ne parvient plus à monter le long des veines pour rejoindre la circulation générale et s’accumule. Les veines se distendent : on parle de varicocèle. Près de 10% des hommes ont des varicocèles.

À savoir ! Parmi les couples stériles, le nombre de patients atteints de varicocèle est compris entre 30 et 40%. Après traitement, un tiers de ces couples peuvent concevoir un enfant.

Quels symptômes ?

Une varicocèle peut être asymptomatique, ou se manifester par une légère pesanteur dans la bourse, notamment en fin de journée ou lorsqu’il fait chaud.

A un stade plus évolué, le volume du testicule peut être augmenté. C’est généralement lors d’un bilan de fertilité que la varicocèle est diagnostiquée. On parle d’infertilité dans un couple lorsque après 12 à 24 mois de rapports sexuels réguliers (2 voire 3 fois par semaine), complets et sans contraception, une grossesse ne survient toujours pas. Un couple sur sept consulte pour un problème d’infertilité et un sur dix-huit à recours à un traitement pour y remédier. On estime que l’infertilité est due dans 35% des cas à un problème féminin (trouble de l’ovulation, problème au niveau des trompes) et à un problème masculin (anomalie de nombre ou/et de mobilité des spermatozoïdes) dans 35% des cas aussi.

Plus rarement, le patient souffre de douleur, particulièrement quand il fait chaud et en fin de journée.

À savoir ! L’atteinte peut être symétrique (atteinte des deux testicules) ou asymétrique.

Quelle évolution ?

L’évolution d’une varicocèle est variable. Elle peut parfaitement ne jamais gêner le patient, ou à l’inverse occasionner une gêne voire des douleurs qui augmentent avec l’âge. Parfois, l’affection n’est gênante que par périodes.