Le sel est aussi néfaste pour notre cerveau

Jan 28, 2018 par

On sait tous qu’une alimentation riche en sel favorise l’apparition de maladies cardiovasculaires mais il est moins connu qu’un régime hypersalé entraîne aussi des dommages au niveau du cerveau. Une nouvelle étude, menée par des chercheurs américains, met en lumière les mécanismes cellulaires expliquant comment le sel alimentaire consommée à haute dose favorise les troubles de la cognition.

sel-impact-cerveau

Plus de sel, moins de débit sanguin dans le cerveau

L’étude, supervisée par le neurologue Costantino Iadecola de la faculté de médecine de l’université Cornell de New York, s’est focalisée sur l’observation et l’analyse de souris soumis à un régime hypersalé pendant trois mois.

La teneur en sel dans leur alimentation représentait entre 8 à 16 fois l’apport recommandé pour la souris, soit en proportion, l’équivalent aux excès de sel les plus retrouvés chez l’homme.

Tout d’abord, les chercheurs ont observé qu’un apport important en cristal blanc réduisait significativement le débit sanguin dans le cerveau au repos ainsi que la fonction endothéliale. Par conséquent, les souris ont été moins performantes dans leurs tests mentaux montrant ainsi la présence de troubles cognitifs (altération de la mémoire, la compréhension, du jugement). Au bout de trois mois, les chercheurs ont décelé une démence chez les souris.

Dans le cerveau, des cellules dites endothéliales tapissent la surface interne des vaisseaux sanguins et remplissent divers rôles comme la régulation de la dilatation de ces vaisseaux et la sécrétion de différentes molécules.

Par exemple, le monoxyde d’azote (NO) est un messager généré en permanence par l’endothélium afin de dilater les vaisseaux sanguins et inhiber l’agrégation des plaquettes. En inhibant la libération de NO par les cellules endothéliales, l’excès de sel réduit l’apport sanguin au niveau du cerveau.

À savoir ! Le débit sanguin cérébral est la quantité de sang qui circule dans le cerveau en une minute. Chez l’homme, ce débit est de 750 millilitres par minute. Le sang assure l’approvisionnement en oxygène mais aussi en glucose, le carburant principal du cerveau. Ce débit est régulé par l’augmentation ou la diminution du diamètre des artères cérébrales.

Une nouvelle voie de communication entre intestin et cerveau

Pour les chercheurs, le sel n’agit pas directement sur le cerveau mais, par l’intermédiaire, de cellules immunitaires présentes dans l’intestin grêle (gros intestin partant de l’estomac jusqu’au côlon). Sous l’influence du sel, ces lymphocytes T, nommées également TH 17, secrètent massivement des interleukines 17 (IL-17) qui sont libérées dans le plasma.

À savoir ! Les lymphocytes TH 17 sont des globules blancs différenciées qui jouent un rôle d’intermédiaire dans la réponse immunitaire en libérant des interleukines IL-17, des protéines jouant le rôle de messager cellulaire.

Une fois dans le sang, les interleukines circulent librement pour atteindre les cellules du cerveau. L’IL-17 inhibe la production de NO par les cellules endothéliales.

Ces résultats mettent en lumière une nouvelle voie de communication cerveau-intestin. Ici, un excès de sel est associé à une déficience cognitive via une réponse immunitaire initiée dans l’intestin.

« L’impact du sel sur le cerveau est dévastateur, mais réversible et la communauté médicale devrait savoir que ces effets nocifs du sel ne sont pas liés à l’hypertension artérielle, comme on le croit généralement, et qu’ils justifient d’envisager une réduction de la consommation de sel dans le cadre des efforts pour maintenir le cerveau en bonne santé » souligne le Dr Iadecola dans une interview réalisée par le Quotidien du Médecin.

Une découverte prometteuse également pour les maladies auto-immunes

Pour les chercheurs, c’est la voie métabolique impliquant l’interleukine IL-17 et l’enzyme (une molécule qui accélère la vitesse des réactions chimiques) inhibant la synthèse de NO par les cellules endothéliales qui constitue désormais une cible thérapeutique privilégiée pour contrer les effets délétères du sel sur le cerveau.

Sans oublier qu’il reste également à montrer par quels mécanismes l’excès de sel induit une réponse immunitaire au niveau de l’intestin et dans quelles mesures les bactéries intestinales, comme les Lactobacilles, agissent.

Cependant, les chercheurs rappellent que la prévention quant aux risques d’une consommation excessive de sel reste indispensable et qu’il est nécessaire de réduire sa consommation quotidienne.

À savoir ! L’OMS recommande, pour un adulte, de consommer moins de 5 grammes (un peu moins d’une cuillère à café) de sel par jour. L’OMS estime qu’aujourd’hui, la plupart des individus consomment trop de sel, de 9 à 12 grammes par jour en moyenne, soit deux fois l’apport maximum recommandé.

« Ces résultats ont des implications pour les maladies associées à une augmentation des cellules TH 17 et de l’IL-17, comme la sclérose en plaques, le psoriasis, la polyarthrite rhumatoïde et les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI). Ces patients ont un risque accru de lésion au niveau de leurs vaisseaux cérébraux, et notre étude laisse penser que les effets nocifs de l’IL-17 sur ces vaisseaux peut en être la cause » souligne le neurologue.

Julie P., Journaliste scientifique

– Une alimentation trop salée est néfaste… pour le cerveau. Le quotidien du médecin. V.Nguyen. Consulté le 19 janvier 2018.
– Dietary salt promotes neurovascular and cognitive dysfunction through a gut-initiated TH17 response. Nature Neuroscience. G. Faraco et al. Consulté le 19 janvier 2018.
– Réduire la consommation de sel. OMS. Consulté le 22 janvier 2018.
Julie P.
Journaliste scientifique.
Spécialiste de l'information médicale.
Passionnée par l'actualité scientifique et les nouvelles technologies.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.