Et si le thé était aussi bénéfique pour notre cerveau ?

Oct 18, 2019 par

Catéchine, L-théanine et caféine… ces constituants du thé sont bénéfiques pour la santé mentale et notamment pour lutter contre le stress et le déclin cognitif. En examinant les effets de la consommation de thé sur le cerveau d’une trentaine de volontaires, une équipe de chercheurs de Singapour a révélé que la boisson originaire d’Asie pouvait aussi être bénéfique sur l’organisation des régions cérébrales. Retour sur ces travaux publiés dans la revue Aging.

Thé

Thé et santé cérébrale

Le thé est populaire depuis l’Antiquité et on estime que sa consommation, en Chine, date de 2700 ans avant J-C. Plusieurs études récentes ont montré l’intérêt de la consommation de thé pour diminuer le stress, réduire les risques de déclin cognitif, prévenir la survenue de maladies cardiovasculaires ou de certains cancers.

Dans le domaine de la santé mentale, une étude a révélé que les symptômes dépressifs étaient moins fréquents chez les personnes âgées qui buvaient du thé régulièrement comparativement à ceux qui n’en buvaient pas.

Une autre étude, portant, cette fois-ci, sur 2 501 participants avait montré que boire régulièrement du thé permettait de réduire les risques de déficience et de déclin cognitifs. Une autre expérience avait également mis en évidence que la consommation de thé noir augmentait l’attention et la vigilance.

Toutes ces études ont mesuré des paramètres neuropsychologiques. Ici, dans ces travaux menés par Lei Feng de la faculté de médecine Yong Lin de l’université nationale de Singapour, les chercheurs ont décidé d’évaluer, grâce à la neuroimagerie par IRM (Imagerie par Résonnance Magnétique), les effets d’une consommation de thé sur l’organisation cérébrale, autrement dit la structure et le fonctionnement du cerveau.

Le thé : une boisson anti-âge pour le cerveau ?

Pour mener leur enquête, les chercheurs ont réuni 36 adultes âgés de 60 ans et plus. Ils ont été scindés en deux groupes: le premier consommant fréquemment du thé et le second, qui buvait rarement ou jamais du thé. Après avoir collecté des informations sur leur bien-être psychologique, leur état de santé général et leur mode de vie, ils ont examiné chaque participant par IRM.

Les chercheurs se sont notamment concentrés sur la connectivité dans le réseau en mode par défaut (DMN en anglais pour Default mode network) et l’asymétrie entre les 2 hémisphères du cerveau.

À savoir ! Le DMN est un grand réseau qui relie plusieurs régions du cerveau. Ce réseau est actif lorsque la personne n’est pas focalisée sur le monde extérieur, et lorsque le cerveau est au repos, mais toujours actif. On pense que ce réseau pourrait permettre l’introspection indépendante d’une tâche. Pendant la réalisation d’une tâche, ce réseau est donc désactivé. Les chercheurs pensent que ce réseau aurait un rôle dans le vieillissement cérébral et certaines affections neurologiques. Par ailleurs, l’asymétrie de la connectivité entre les 2 hémisphères cérébraux peut également être associée au vieillissement du cerveau.

Les résultats ? Selon les auteurs, les cerveaux des buveurs de thé avaient une meilleure organisation structurelle, mais sans effet cependant sur l’organisation fonctionnelle globale. “Lorsque les connexions entre les régions du cerveau sont plus structurées, le traitement de l’information peut être effectué plus efficacement” souligne le professeur le professeur Lei Feng.

D’un autre côté, la connectivité fonctionnelle dans le DMN était supérieure pour le groupe des buveurs de thé, suggérant ainsi le potentiel bénéfice de la boisson sur le vieillissement cérébral.

Même si ces résultats sont encourageants, il faut poursuivre les recherches pour s’assurer que c’est essentiellement le fait de boire du thé qui entraîne ces bénéfices, et non pas, par exemple, la vie sociale qui accompagne cette consommation.

En effet, on sait qu’une vie sociale dynamique et une conversation régulière avec la famille, les amis et les collègues peuvent suffire pour modifier les réseaux cérébraux au fil du temps !

Pour approfondir ces résultats, les chercheurs devront travailler avec un nombre plus important de participants tout en s’intéressant au contexte accompagnant ces moments de consommation de thé.

Julie P., Journaliste scientifique

– Could drinking tea boost brain connectivity ? Medical News Today. Consulté le 25 septembre 2019.
– Habitual tea drinking modulates brain efficiency: evidence from brain connectivity evaluation.Aging. Consulté le 25 septembre 2019.
Julie P.
Journaliste scientifique.
Spécialiste de l'information médicale.
Passionnée par l'actualité scientifique et les nouvelles technologies.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.