Démence : les aliments ultra-transformés en cause !

Actualités Neurologie Santé au quotidien (maux quotidiens) Troubles alimentaires

Rédigé par Estelle B. et publié le 10 août 2022

En France, selon une étude menée en 2021, près de 70 % des produits alimentaires disponibles dans les supermarchés sont des aliments ultra-transformés. Or la consommation de ces aliments semble reliée à différents troubles de la santé. Récemment, une étude suggère un lien entre les aliments ultra-transformés et le risque de démence. Explications.

Aliments ultra-transformés et risque de démence

Que sont les aliments ultra-transformés ?

Les aliments ultra-transformés sont des aliments qui se caractérisent par la présence d’au moins une substance ajoutée lors de leur préparation. Cette substance ajoutée peut être : Un additif alimentaire, Une huile raffinée, Un extrait ou un arôme, Du sirop de glucose.

Les aliments ultra-transformés se retrouvent partout dans les rayons des supermarchés :

  • Les viandes et les substituts de viandes ;
  • Les produits de boulangerie et de pâtisserie ;
  • Les produits sucrés (confiserie, glaces, céréales, …) ;
  • Les produits salés (bouillons, sauces, biscuits salés, …).

Aliments ultra-transformés et risque de démence

Depuis plusieurs années, les scientifiques et experts alertent sur les dangers pour la santé des aliments ultra-transformés. Plus d’une cinquantaine de publications à travers le monde font état de conséquences néfastes sur la santé, lorsque la part des aliments ultra-transformés représente plus de 15 % des apports caloriques quotidiens. Les effets évoqués sont notamment une hausse du risque de : Obésité, Cancers, Diabète de type 2, Hypertension artérielle, Maladies cardiovasculaires, Dépression.

Récemment, une nouvelle étude, publiée dans la revue scientifique Neurology, associe la consommation d’aliments ultra-transformés avec le risque de développer une démence. Cette étude a été menée sur 72 083 Britanniques, âgés d’au moins 55 ans et sans signe de démence au début de l’étude. Suivis sur une période moyenne de 10 ans, 518 d’entre eux ont déclaré une démence au cours de l’étude.

Opter pour une alimentation plus naturelle, plus saine ?

Au sein des participants, la proportion d’aliments ultra-transformés chez les plus faibles consommateurs représentait en moyenne moins de 9 % de leurs apports caloriques quotidiens, alors que chez les plus gros consommateurs, la proportion montait en moyenne à 28 % chaque jour. Les aliments ultra-transformés les plus retrouvés étaient les boissons, les produits sucrés et les plats préparés. Après ajustement des données sur les autres facteurs susceptibles d’influencer le risque de démence (âge, genre, antécédents familiaux, risque cardiovasculaire, …), les résultats révèlent que l’augmentation de 10 % de la proportion des aliments ultra-transformés dans l’alimentation quotidienne entraîne une augmentation de 25 % du risque de démence.

Bonne nouvelle, lorsqu’une personne substitue une part de 10 % de ses apports quotidiens d’aliments ultra-transformés en aliments plus naturels (fruits et légumes frais, lait, viande et poisson), le risque de démence est réduit de 19 %. D’après ces données, le risque de démence est significativement impacté par la consommation d’aliments ultra-transformés. Un impact qui peut être réduit en se tournant vers une alimentation plus naturelle et donc plus saine.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources
– Association of Ultraprocessed Food Consumption With Risk of Dementia A Prospective Cohort. sciencedaily.com. Consulté le 8 août 2022.
– Les aliments ultra-transformés en france : la situation en 2021. siga.care. Consulté le 8 août 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.