Qu’attendent les Français de l’e-santé ?

Feb 3, 2018 par

L’e-santé connaît un formidable essor depuis quelques années, une tendance qui ne semble pas prête de s’inverser. Mais qu’attendent réellement les Français de cette nouvelle approche de la santé ? Les projets de santé connectée sont-ils tous pertinents et fiables ? Santé Sur le Net s’est penché sur ces deux questions.

e-santé

Qu’attendent les Français de l’e-santé ?

L’e-santé, ou santé numérique, se développe fortement en France. Aujourd’hui nombreux sont les Français qui recherchent sur internet des informations sur une maladie et ses traitements, qui naviguent sur les forums de sites internet dédiés à la santé, qui échangent des questions de santé sur les réseaux sociaux, ou encore qui utilisent une application mobile de santé. Mais quelles sont réellement leurs attentes vis-à-vis de l’e-santé ?

Échangez et partagez votre expérience, vos conseils, vos doutes et vos espoirs sur notreForum de discussion

Pour tenter de répondre à cette question, l’organisme ARCANE Research a mené une enquête auprès d’un échantillon représentatif de la population française (6 030 personnes âgées de 18 à 75 ans) entre le 16 novembre et le 15 décembre 2017. Les participants ont été interrogés sur leurs propres attentes et celles de leur entourage, vis-à-vis des contenus et des services digitaux (sites internet, applications mobiles et réseaux sociaux).

Cette seconde édition de l’étude, baptisée E-Santé 2.0, a permis d’évaluer et de hiérarchiser 21 attentes des Français, en termes de contenus et de services digitaux, pour 15 domaines thérapeutiques et 130 maladies. Les 15 domaines thérapeutiques pris en compte couvrent la quasi-totalité des spécialités médicales.

Des attentes précises dans des domaines spécifiques

Sur les 130 maladies incluses dans l’étude, 45 d’entre elles présentent un taux d’intérêt (% de personnes intéressées par rapport au % de personnes concernées) élevé pour des contenus et des services digitaux. Les 5 maladies qui arrivent en tête sur cet aspect sont les suivantes :

Les dépendances représentent également un potentiel de développement important pour l’e-santé. Le tabac est la dépendance qui montre le potentiel e-santé le plus important, notamment chez les hommes et les plus jeunes. Ainsi un Français sur 10 est concerné et intéressé par un accompagnement digital pour mieux vivre la dépendance au tabac. Les personnes de plus de 50 ans se montrent quant à elles plus intéressées sur le sujet de la dépendance à l’alcool.

L’accompagnement occupe d’ores et déjà une place importante dans le domaine de la santé numérique. Plus de la moitié des personnes intéressées par un accompagnement e-santé consulte déjà régulièrement des informations médicales sur internet, principalement sur des sites de santé généralistes. Mais plus de 4 personnes sur 10 considèrent les informations trouvées sur ces sites comme de qualité moyenne ou mauvaise.

Au niveau des réseaux sociaux, utilisés par la grande majorité des participants de l’étude, ils sont relativement peu consultés pour y rechercher des informations médicales, à l’exception des dépendants aux drogues.

Enfin, si plus de 80 % des personnes utilisent un smartphone, seulement 2 sur 10 ont déjà téléchargé des applications santé. En revanche, d’autres outils numériques sont particulièrement attendus par les Français, notamment :

  • Des conseils et fiches thématiques pour mieux vivre la maladie ;
  • Les communautés de patients ;
  • Le coaching santé ;
  • Un espace de suivi des indicateurs de santé (télésuivi de certaines maladies chroniques).

De la qualité des projets de santé connectée

Au-delà des attentes des Français par rapport à l’e-santé, se pose également la question de la qualité des outils de santé connectée proposés. Face à la multitude des projets de santé numérique qui voient le jour chaque année, il est parfois difficile d’évaluer la qualité des informations et des outils mis à disposition.

La qualité de l’e-santé représente un enjeu capital pour les professionnels de santé, comme l’a récemment souligné le Docteur Hansel, qui codirige le centre de responsabilité « Santé Connectée » de l’Hôpital Bichat.

A partir de son expérience, il a déterminé quatre principes simples pour identifier un service de santé connectée prêt pour une utilisation en médecine :

  1. Le service doit effectivement exister et fonctionner, et non pas seulement dans quelques semaines ou quelques mois.
  2. La fiabilité du projet : des structures publiques ou privées se développent pour effectuer des tests de fiabilité d’objets connectés, vérifier les contenus des applications, ou encore attester que les contenus sont créés ou validés par des experts reconnus dans leur domaine.
  3. L’efficacité du projet doit être basée sur une étude clinique menée dans les règles de l’art et pas uniquement sur une enquête d’opinion effectuée auprès de quelques utilisateurs.
  4. L’adéquation à la demande des patients, avec un projet qui répond justement aux attentes du public visé.

La santé numérique occupe une place de plus en plus importante dans la société. Patients comme professionnels de santé doivent s’adapter à cette nouvelle forme de santé, tout en restant vigilants à la qualité et à la fiabilité pour répondre de manière pertinente aux besoins concrets de chacun.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

– Etude Arcane Research E-Santé 2.0 2018 : Attentes des patients et de leur entourage vis-à-vis des contenus et services digitaux. Communiqué de Presse. 16 janvier 2018.
– 4 principes simples pour évaluer un projet de santé connectée. Boris Hansel. Medscape. 15 janvier 2018.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.