Comment s’y retrouver dans la jungle des médecines douces ?

Jan 2, 2019 par

De plus en plus de Français, quel que soit leur âge et leur état de santé, se tournent vers les médecines douces. Mais à quoi correspondent exactement ces approches thérapeutiques ? Quelles sont leurs caractéristiques ? Et quelle est leur place par rapport à la médecine conventionnelle ? Santé Sur le Net vous apporte quelques éléments de réponse à ces questions.

medecines-douces

Médecines douces : un terme à définir

Les appellations se multiplient et il n’est pas toujours simple de savoir ce qu’elles impliquent. Médecine douce, médecine naturelle, médecine complémentaire, médecine alternative, médecine parallèle, médecine traditionnelle, médecine holistique, … toutes ces expressions évoquent la même chose, mais que signifient ces termes ?

Les médecines douces regroupent toutes les approches thérapeutiques qui diffèrent de la médecine conventionnelle, officiellement reconnue par les autorités de santé publiques, c’est-à-dire l’allopathie ou médecine allopathique. Elles excluent donc l’utilisation de tout produit pharmaceutique (principe de base de l’allopathie) et reposent sur l’utilisation uniquement de moyens naturels, pour prévenir ou soulager différents problèmes de santé.

Concrètement, l’expression « médecine alternative » ne devrait pas être utilisée, car les médecines douces ne représentent pas des alternatives à la médecine conventionnelle, mais des approches complémentaires de la médecine allopathique.

Certaines médecines douces bénéficient d’une certaine reconnaissance par les autorités de santé publique, sans pour autant être qualifiées de spécialités médicales :

Une liste de médecines douces de plus en plus longue

Difficile de dresser une liste exhaustive des médecines douces, puisqu’environ 400 disciplines sont actuellement répertoriées dans cette catégorie. Elles forment un groupe très hétérogène d’approches thérapeutiques, puisque chacune est basée sur une philosophie différente.

Parmi les médecines douces les plus fréquemment recherchées par les Français, se retrouvent :

  • Les thérapies manuelles et les pratiques énergétiques :
    • L’acupuncture ;
    • La réflexologie ;
    • La kinésithérapie ;
    • Le Reiki ;
    • Le Shiatsu ;
    • L’ostéopathie ;
    • La chiropractie ;
    • La kinésiologie ;
    • L’étiopathie ;
  • L’art-thérapie et la musicothérapie.

Si certaines médecines douces actuelles sont le fruit de pratiques séculaires, d’autres se sont développées beaucoup plus récemment. Les médecines douces les plus plébiscitées par les Français actuellement sont l’acupuncture et l’ostéopathie.

Des médecines qui doivent rester complémentaires

Si le succès des médecines douces ne cesse de progresser au fil des années, il est essentiel de ne pas oublier qu’elles restent des approches thérapeutiques complémentaires. En parallèle de la médecine conventionnelle, elles apportent trois valeurs ajoutées intéressantes :

  • Concourir à la prévention des problèmes de santé ;
  • Favoriser un meilleur état de santé général pour un bien-être physique et mental optimal ;
  • Soulager certaines conséquences des maladies ou certains effets secondaires des traitements classiques.

En aucun cas, les médecines douces ne peuvent se substituer à un diagnostic médical ou à un traitement médical. Cette notion est capitale pour prévenir tout risque de dérive, à la fois de la part des praticiens et de la part des patients.

Médecine douce et médecine conventionnelle ne sont pas antinomiques. Pour preuve, certaines parviennent à faire leur entrée dans les cabinets médicaux, mais aussi à l’hôpital, comme l’acupuncture, l’hypnose médicale ou la sophrologie. De plus en plus de médecins se forment par exemple à l’hypnose, qui est désormais utilisée en complément ou en remplacement des protocoles classiques d’anesthésie.

Estelle B. / Docteur en Pharmacie

– Les médecines douces. Commission des praticiens en médecine douce du Québec. Consulté le 13 décembre 2018.
– Médecines alternatives et complémentaires. HOPITAL.fr. Consulté le 13 décembre 2018.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.