Le lierre : une plante pas si attachante

Feb 24, 2017 par

Il habille joliment un vieux mur ou un tronc mort ; rien de mieux que les feuilles découpées du lierre pour donner un côté romantique au jardin… Ce qu’on sait rarement, c’est que cette plante grimpante si commune est toxique de la tête au pied. L’ingestion de 2 ou 3 baies suffit à déclencher des symptômes chez un enfant. Santé sur le net vous informe.

Une plante toxique très commune

Hedera helix, notre lierre commun, est une herbacée présente sur tout le territoire français. Elle affectionne les sousbois et endroits laissés à l’abandon. Le lierre peut être rampant au sol, ou grimpant grâce à des crampons. Les lianes qu’il émet peuvent atteindre jusqu’à 30 mètres de long. Les feuilles sont persistantes (elles ne tombent pas). Le lierre fleurit en automne. Les fruits sont mûrs au printemps : ce sont de petites baies de 6 à 8 mm et de couleur bleu-noir.

Les baies : belles et toxiques

Les baies du lierre ne sont pas comestibles ! Si elles ressemblent à des myrtilles, elles n’en ont ni le goût, ni l’innocuité. L’ingestion de 2 à 3 fruits seulement est dangereuse pour un jeune enfant.

Le responsable est un ensemble de molécules toxiques appelées saponosides. Ces substances, très fréquentes chez les végétaux, ont une action irritante sur la muqueuse digestive.

Les premiers signes d’intoxication comprennent une sensation de brûlure dans la bouche et une l’hyper-salivation. Ensuite viennent les symptômes digestifs : vomissements et diarrhées abondantes.

En cas d’ingestion plus importante, l’intoxication évolue vers des hallucinations, convulsions, coma, voire décès. Fort heureusement, le goût amer de la baie rebute en général les enfants et empêche l’absorption de quantité mortelle.

A savoir ! Les saponosides ne se limitent aux baies. Toute la plante (feuilles, tiges, racines) en contient. De ce fait, on déplore également des intoxications chez les animaux herbivores (chevaux, vaches, lapins…) par pâturage ou par le foin. La toxicité est cardio-respiratoire et le taux de mortalité est de 50 %.

Les tiges : coriaces et allergisantes

Les tiges : coriaces et allergisantesNotre lierre ne s’arrête pas là ! Ses feuilles, ses longues tiges et ses fruits contiennent également des polyines (falcarinone, falcarinol et époxyde de polyine) aux propriétés allergisantes redoutables.

Couper ou arracher du lierre à main nue peut déclencher des dermatites de contact (irritation de la peau, démangeaisons, urticaire, des éternuements et conjonctivites, voire des crises d’asthme.

À éviter donc, si l’on a un terrain allergique. Et, dans tous les cas, se vêtir de vêtements couvrants et de gants si l’on prévoit de débroussailler le jardin.

Réagir en cas d’ingestion de baies

Échappant à votre surveillance, votre enfant vient d’avaler des baies inconnues ? Le centre antipoison de Lille est régulièrement confronté à l’appel de parents angoissés. Voici ses conseils :

  • Appeler le centre antipoison de sa région ;
  • Ne pas faire boire l’enfant (ni eau, ni lait) ;
  • Essayer d’identifier la plante. À défaut la décrire ;
  • Regarder l’heure.

Votre centre pourra alors vous donner la marche à suivre.

Ce centre gère de nombreux appels liés à des intoxications végétales. Il est à noter que les baies de lierre sont loin derrière… le ficus. Mais ceci est une autre histoire…

Isabelle V., Journaliste scientifique


Sources :
Cette plante est-elle toxique ?, Sylviane Le Craz,  Le Moniteur des pharmacies, n° 3164, 19 février 2017.
Les baies toxiques, Centreantipoison de Lille, consulté le 21 février 2017
Lierre commun , Toxiplante, mis à jour le 01 novembre 2016.
Lierre grimpant, Vegetox.envt (Ecole vétérinaire de Toulouse), consulté le 21 février 2017

Isabelle V.
Journaliste scientifique
Passionnée de recherche clinique et pharmacovigilance.
Garde un penchant pour nos amis à quatre pattes.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.