Quelles sont les conséquences biologiques du tabagisme ?

Actualités Cancer Cardiologie Santé au quotidien (maux quotidiens)

Rédigé par Deborah L. et publié le 28 avril 2022

Les méfaits cliniques du tabagisme sont aujourd’hui bien connus. Mais, les bouleversements qu’il provoque au sein de l’organisme restent encore source de nombreux questionnements. Et s’il était désormais possible de décrypter les conséquences biologiques du tabagisme ? C’est ce que suggère une équipe de scientifiques français à travers une étude. En effet, ils mettent en évidence l’altération de plusieurs marqueurs protéiques spécifiques chez les fumeurs.

personne qui fume

Tabagisme : quelles conséquences au sein de l’organisme ?

C’est chose connue : le tabagisme chronique est néfaste pour la santé à tous niveaux. Il constitue un facteur de risque non négligeable pour plus d’une vingtaine de maladies (diabète, cancer du poumon, asthme…). De plus, il accélère le vieillissement des tissus tout en dégradant la santé cardiovasculaire.

En revanche, les conséquences et bouleversements moléculaires du tabagisme restent source de nombreux questionnements.

Dans ce contexte, une équipe de chercheurs français a voulu décrypter les mécanismes biologiques impliqués dans le tabagisme.

Des marqueurs protéiques spécifiques altérés

L’objectif affiché ? Identifier des biomarqueurs sanguins pouvant faire le lien entre le tabagisme et ses répercussions cliniques. Pour mener à bien leurs travaux, les scientifiques se sont appuyés sur les données de la cohorte STANISLAS (Suivi Temporaire Annuel Non Invasif de la Santé des Lorrains Assurés Sociaux). Constituée en 1993, cette cohorte comporte 1 006 familles composées de deux parents et d’au moins deux enfants biologiques. Aucun des participants ne présentait de maladie chronique au moment de l’enrôlement.

Répartis en trois groupes distincts (fumeurs, non-fumeurs n’ayant jamais fumé et anciens fumeurs), les participants ont fait l’objet d’un suivi de santé sur le long terme. Bénéficiant de visites médicales régulières, ils ont également été soumis à différents types d’examens (analyses sanguines et urinaires, électrocardiogramme, échocardiographie). Le but était d’identifier les liens entre le statut tabagique et les résultats des examens biologiques et cardiovasculaires.

Parmi les conséquences du tabagisme, un vieillissement prématuré

Si l’âge moyen des participants fumeurs s’est révélé nettement plus bas que celui des participants des deux autres groupes (36 ans contre 55 et 58 ans), les participants fumeurs ont cependant présenté des altérations habituellement liées au vieillissement. Dans le groupe des fumeurs, les scientifiques ont observé un épaississement de l’artère carotide et une rigidité accrue des artères, deux facteurs impliqués dans l’hypertension artérielle et la formation de plaques d’athérome lors du vieillissement.

D’un point de vue biologique, les scientifiques ont également observé des différences entre les groupes de fumeurs et non-fumeurs :

  • Chez les fumeurs actifs : une concentration sanguine en vingt protéines sanguines associées au vieillissement prématuré différente de celle observée chez les non-fumeurs.
  • Chez les fumeurs actifs : des concentrations réduites en protéines essentielles à la régulation de l’inflammation ou au métabolisme des lipides.

Par ailleurs, les chercheurs ont également constaté des différences entre le groupe de fumeurs et celui des anciens fumeurs, ainsi qu’entre le groupe des anciens fumeurs et celui des non-fumeurs n’ayant jamais fumé :

  • Chez les anciens fumeurs : hypertension artérielle ou dyslipidémie plus fréquente que chez les participants n’ayant jamais fumé.
  • Chez les anciens fumeurs : présence de 11 protéines à la concentration sanguine modifiée par rapport aux non-fumeurs, dont 6 communes avec les fumeurs actifs.

Ces résultats semblent indiquer que même si l’arrêt de la cigarette remonte à plusieurs années (14 ans en moyenne), certaines modifications biologiques induites par le tabac demeurent.

Vers une meilleure compréhension des mécanismes impliqués

Pour les auteurs, plusieurs biomarqueurs identifiés dans cette étude pourraient ainsi se révéler déterminants pour le pronostic clinique des fumeurs.

Prochaine étape pour les chercheurs ?  Evaluer la concentration de ces biomarqueurs protéiques au cours du temps à travers une analyse rétrospective des bilans de santé des participants depuis la mise en place de la cohorte. Certains de ces marqueurs protéiques pourraient peut-être même constituer de nouvelles cibles thérapeutiques. L’objectif étant de prévenir l’inflammation et le vieillissement prématuré associés à la consommation de tabac. Véritable ennemi pour la santé, la cigarette reste néanmoins à bannir !

Déborah L., Docteur en Pharmacie

Sources
– Impact of smoking on cardiovascular risk and premature ageing: Findings from the STANISLAS cohort. atherosclerosis-journal.com. Consulté le 27 avril 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.