La semaine santé en bref #34

Jul 24, 2019 par

Chaque semaine, Santé Sur le Net choisit pour vous 5 actualités santé, à ne pas rater :

brèves santé

1 – Nouvelle alerte canicule cette semaine

Pour la deuxième fois de la saison estivale, une alerte canicule est lancée sur le territoire français cette semaine. Les températures pourraient localement dépasser les 40 °C. Météo France a placé 59 départements en vigilance orange canicule et 5 départements en vigilance orange pour les orages. Le Ministère de la Santé a lancé le plan canicule, notamment dans les établissements de santé et les établissements pour personnes âgées. La vigilance de tous est nécessaire pour se protéger au mieux des effets des fortes chaleurs, et en particulier pour veiller sur les personnes les plus fragiles.

2 – Une consultation publique sur la cybersécurité des dispositifs médicaux

L’ANSM vient de lancer une consultation publique sur un projet de recommandations pour la cybersécurité des dispositifs médicaux. Une première en Europe. Ce projet fait suite au double constat d’une forte hétérogénéité concernant la cybersécurité chez les fabricants de dispositifs médicaux et d’une absence de réglementation spécifique. Comme un nombre croissant de dispositifs médicaux sont connectés, il devient capital de s’assurer qu’aucune cyberattaque malveillante ne peut atteindre un dispositif médical et ainsi le détourner de sa fonction première. Le projet de recommandations établi par des experts est soumis à consultation publique jusqu’à fin septembre 2019.

3 – Attention aux produits désinfectants pour les piscines et les spas

Dans un récent rapport, l’ANSES appelle la population à rester particulièrement vigilante lors de l’utilisation des produits désinfectants pour les piscines et les spas. Le non-respect des consignes d’utilisation et des précautions d’emploi peut conduire à des accidents, touchant notamment les enfants. Ces produits, souvent toxiques en raison de leur teneur en chlore, doivent être manipulés dans un endroit aéré. Ils doivent être stockés à l’abri de la chaleur et de la lumière, et surtout hors de portée des enfants. Néanmoins, leur usage est indispensable pour garantir la bonne qualité des eaux de baignade.

4 – L’épidémie d’Ebola en République Démocratique du Congo, déclarée urgence sanitaire mondiale par l’OMS

L’épidémie de fièvre hémorragique d’Ebola continue de s’étendre en République Démocratique du Congo. Pour la 5ème fois de son histoire, l’OMS vient de déclarer cette épidémie comme une urgence sanitaire mondiale (les quatre fois précédentes étaient en 2009 pour la grippe H1N1, en 2014 pour la poliomyélite, en 2014 pour l’épidémie d’Ebola et en 2016 pour le virus Zika). Cette épidémie a déjà fait près de 1 700 morts en République Démocratique du Congo et plusieurs cas mortels ont été recensés dans les pays voisins. Si les frontières entre les pays n’ont pas été fermées suite à cette déclaration, l’OMS demande à la communauté internationale de prendre toutes les mesures nécessaires pour éviter la propagation du virus.

5 – Le bisphénol S, aussi voire plus dangereux que le bisphénol A ?!

Depuis son interdiction dans les produits pour bébé, le bisphénol A, l’un des perturbateurs endocriniens les plus connus du grand public, est très souvent remplacé par un autre bisphénol, le bisphénol S. Plusieurs équipes de recherche se sont penchées sur ce bisphénol, et viennent de révéler dans une récente publication que le bisphénol S pourrait être encore plus dangereux que le bisphénol A. Administré à des cochons, le bisphénol S serait en effet 250 fois plus absorbé par l’organisme que le bisphénol A et il persisterait plus longtemps dans la circulation sanguine. Les effets du bisphénol S chez l’homme mériteraient ainsi d’être mieux explorés pour évaluer sa potentielle toxicité.

Rendez-vous la semaine prochaine, pour les prochaines actualités du monde de la santé !

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.