Les convulsions fébriles de l’enfant sont des crises convulsives survenant lors d’un épisode de fièvre élevée chez les nourrissons et les jeunes enfants. Souvent très impressionnantes pour l’entourage, elles sont le plus souvent bénignes et isolées. Un traitement préventif est néanmoins nécessaire dans un certain nombre de cas pour limiter le risque de récidives.

Convulsions fébriles de l'enfant

Que sont les convulsions fébriles de l’enfant ?

Les convulsions fébriles de l’enfant ou crises convulsives hyperthermiques correspondent à la survenue de convulsions lors d’un épisode de fièvre supérieure à 38°C. Les convulsions sont des accès de secousses musculaires involontaires et saccadées. Elles surviennent chez un nourrisson ou un jeune enfant, âgé de 3 mois à 5 ans, en bonne santé, sans maladie neurologique connue et sans infection cérébrale grave (de type méningite par exemple).

Toutes les causes de fièvre peuvent être à l’origine de convulsions fébriles de l’enfant, les cas les plus fréquents étant les infections bactériennes ou virales bénignes. Les convulsions se produisent généralement lors de la montée de la température corporelle ou dans les premières heures d’une fièvre élevée. L’origine de ces convulsions est interprétée comme une réponse de l’organisme de l’enfant à une fièvre soudaine, le cerveau encore immature des enfants ayant un seuil convulsivant bas (les convulsions se déclenchent plus facilement que chez les adultes).

Les enfants touchés par les convulsions fébriles

Les convulsions fébriles de l’enfant touchent de 2 à 7 % des nourrissons et des jeunes enfants, de 3 mois jusqu’à 5 ans. Le plus souvent, elles affectent les enfants entre 1 et 3 ans, avec un pic de fréquence autour de 18 mois. Après l’âge de 2 ans, elles deviennent plus rares, le cerveau étant alors moins sensible à la fièvre.

Certains enfants sont plus prédisposés que les autres au risque de convulsions fébriles, en particulier dans les situations suivantes :

  1. Des antécédents de convulsions chez les parents ou dans la fratrie (prédisposition génétique) ;
  2. Des antécédents de convulsions fébriles avant l’âge de un an ;
  3. Un premier épisode de convulsions fébriles au cours d’une fièvre peu élevée.

Les garçons sont autant touchés que les filles, sauf en ce qui concerne les filles de moins de 18 mois qui sont plus à risque de convulsions fébriles fréquentes et sévères.

Généralement, la crise convulsive est unique et isolée, mais elle peut récidiver dans 25 à 50 % des cas après le premier épisode. La récidive a lieu généralement dans les deux ans qui suivent la première crise (90 % des cas). Des facteurs de risque de récidive ont pu être identifiés :

  1. Un âge inférieur à un an au premier épisode de convulsions fébriles ;
  2. Des antécédents de convulsions fébriles chez le père ou la mère ;
  3. La survenue du premier épisode lors d’une fièvre peu élevée et de courte durée.

Les symptômes des convulsions fébriles de l’enfant

Les convulsions fébriles de l’enfant se manifestent par des contractions musculaires involontaires saccadées. Tout le corps de l’enfant est soudain secoué par des spasmes musculaires symétriques, ses membres s’agitent involontairement de manière saccadée, l’enfant perd conscience ou présente une courte absence, ses yeux peuvent se révulser ou son regard être fixe.

Deux types de convulsions fébriles sont pris en compte :

  1. Les convulsions fébriles simples sont les plus fréquentes, marquées par une crise unique, brève (moins de 15 minutes au total), bilatérale, symétrique et sans déficit neurologique transitoire ou permanent.
  2. Les convulsions fébriles compliquées sont longues (plus de 15 minutes), répétées sur 24 heures, unilatérales et associées à un déficit neurologique transitoire ou permanent.

Les crises convulsives compliquées sont plus fréquentes chez les nourrissons de moins de un an, avec des symptômes neurologiques et/ou des troubles antérieurs du développement psychomoteur.

Quel que soit le type de convulsions fébriles, l’évolution est bénigne dans 98 % des cas, malgré le caractère parfois très impressionnant de la crise convulsive.

À savoir ! Le plus souvent, en l’absence d’autres troubles, la survenue de convulsions fébriles n’impacte pas le développement psychomoteur et intellectuel de l’enfant. Néanmoins, lorsque les crises sont fréquentes, des difficultés cognitives légères (en particulier l’apprentissage de la lecture) peuvent apparaître.

Convulsions fébriles de l’enfant et épilepsies

Les convulsions fébriles de l’enfant ne constituent pas une forme particulière d’épilepsie. Le risque de développer une épilepsie à la suite d’épisodes de convulsions fébriles est aujourd’hui encore controversé. Il est estimé à 1 % après une crise de convulsions fébriles simples et à 10 % après des convulsions fébriles compliquées. Par ailleurs, le risque ultérieur d’épilepsie est doublé après un deuxième épisode de convulsions fébriles.

Plusieurs spécialistes ont évoqué des facteurs de risque d’épilepsie, en lien avec les convulsions fébriles de l’enfant, notamment :

  1. Des convulsions fébriles répétées au cours d’un même épisode de fièvre ;
  2. Une première crise convulsive survenue à un âge précoce (avant 1 an) ou à un âge tardif (après l’âge de 6 ans) ;
  3. L’existence d’un handicap neurologique ou d’un développement anormal ;
  4. Le sexe féminin ;
  5. Les antécédents familiaux d’épilepsies.

Lorsqu’une épilepsie se développe secondairement chez un enfant ayant connu des épisodes de convulsions fébriles, l’épilepsie peut être bénigne ou sévère.

Attitude à adopter face à des convulsions fébriles de l’enfant

Les convulsions fébriles de l’enfant peuvent être très impressionnantes pour l’entourage de l’enfant (parents, famille, assistantes maternelles, personnel de crèche ou d’école, …). Pourtant, il est capital de ne pas paniquer et d’adopter les bons gestes pendant la crise et après.

Pendant la crise, il est important de :

  1. Mettre l’enfant en position latérale de sécurité : L’enfant est tourné sur le côté, la tête légèrement plus basse que le corps pour permettre à sa salive de s’écouler, empêcher les fausses routes et l’étouffement en cas de vomissements ;
  2. Rester près de l’enfant et le surveiller pour éviter qu’il ne se blesse ;
  3. Ne pas chercher à entraver ses mouvements ;
  4. Ne pas essayer de lui ouvrir la bouche, ni d’y introduire quelque chose ;
  5. Desserrer ses vêtements et le découvrir ;
  6. Noter l’heure de début de la crise convulsive.

Généralement, il est inutile d’appeler les services de secours, si la crise dure moins de 5 minutes et que l’enfant récupère en moins de 10 minutes. Il est recommandé de consulter le médecin ou le pédiatre pour rechercher l’origine de la fièvre et confirmer le diagnostic de convulsions fébriles.

En revanche, il est impératif de contacter les services d’urgence dans les situations suivantes :

  1. L’enfant a moins de 6 mois ou plus de 5 ans ;
  2. Il est atteint d’une maladie neurologique connue ;
  3. Il n’a pas de fièvre ;
  4. Ses lèvres ou ses mains sont bleutées (signe de cyanose) ;
  5. Sa respiration est difficile ;
  6. Les convulsions sont unilatérales et asymétriques ;
  7. La crise dure plus de 5 minutes et l’enfant ne récupère pas en moins de 10 minutes ;
  8. L’enfant présente une paralysie après les convulsions ;
  9. Les épisodes de convulsions se répètent plusieurs fois sur 24 heures.

Le diagnostic des convulsions fébriles de l’enfant

Le diagnostic des convulsions fébriles de l’enfant repose essentiellement sur les symptômes caractéristiques de la crise convulsive associés à une fièvre élevée. Le médecin s’appuie pour cela sur les données recueillies au cours de la crise par l’entourage de l’enfant.

Néanmoins, des examens peuvent être nécessaires pour rechercher la cause de la fièvre ou une origine neurologique aux convulsions. Parmi les examens complémentaires possibles, nous pouvons citer les suivants :

  1. Des examens sanguins (état de santé de l’enfant, origine de la fièvre) ;
  2. Une analyse d’urines (recherche d’une infection urinaire) ;
  3. Des examens neurologiques pour détecter une éventuelle maladie neurologique (électroencéphalogramme, fond d’œil, scanner, …) ;
  4. Une ponction lombaire à la recherche d’une infection au niveau du cerveau ou des méninges.

Le traitement et la prévention des convulsions fébriles de l’enfant

Dans la plupart des cas, la crise est brève et ne nécessite pas de traitement particulier. En revanche, si elle se prolonge, un traitement s’impose et associe deux médicaments :

  1. Un médicament anticonvulsivant (diazépam) ;
  2. Un ou deux médicaments antipyrétiques (contre la fièvre).

Le diazépam est administré par voie rectale et plusieurs administrations peuvent être nécessaires si les convulsions se prolongent ou se répètent dans les 24 heures. Si deux administrations rectales successives ne sont pas suffisantes, le médicament anticonvulsivant est administré par voie intraveineuse.

Si la crise persiste malgré ce traitement au-delà de 30 minutes, une prise en charge hospitalière en réanimation s’impose.

La prévention des récidives de convulsions fébriles de l’enfant

Si la majorité des convulsions fébriles de l’enfant ne requiert aucun traitement médicamenteux spécifique, différentes mesures peuvent être adoptées lors des épisodes de fièvre, pour limiter le risque de récidives :

  1. Contrôler régulièrement la température corporelle de l’enfant ;
  2. Installer l’enfant dans une pièce fraîche (18 à 20°C) et aérée ;
  3. Découvrir l’enfant ;
  4. Lui donner à boire souvent.

De plus, le médecin ou le pédiatre donnent des recommandations personnalisées sur la conduite à tenir en cas de fièvre :

  1. Un traitement antipyrétique adapté et efficace, dès que la fièvre dépasse 38°C ;
  2. Un traitement anticonvulsivant (diazépam par voie rectale ou orale) en cas de nouvelle crise convulsive de plus de 5 minutes ou en prévention de la crise pendant les épisodes de fièvre élevée (administration à intervalles réguliers jusqu’à ce que la fièvre baisse).

Dans tous les cas, il est important de se conformer strictement aux indications du médecin.

D’autres médicaments anticonvulsivants (valproate de sodium le plus souvent) peuvent être prescrits en continu sur plusieurs mois ou années dans des contextes cliniques particuliers (convulsions fébriles compliquées, récidives fréquentes, troubles neurologiques ou de développement). Mais ces cas restent relativement rares.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

– Convulsions fébriles du nourrisson. Université de Grenoble. Novembre 2004.
– Convulsions et épilepsie. Campus de pédiatrie. Collège National des Pédiatres Universitaires. Mis à jour le 1er décembre 2014.
– Les convulsions liées à la fièvre chez les enfants (fièvre et enfant). Pediatre-online. Le 23 juillet 2015.
– Convulsions fébriles de l’enfant. AMELI Santé. Le 30 mars 2017.