TDAH, des liens complexes avec des comorbidités non psychiatriques

Actualités Santé de l'enfant

Rédigé par Estelle B. et publié le 1 janvier 2024

Difficile de savoir précisément combien d’enfants sont atteints de troubles de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) en France, tant les chiffres se contredisent entre eux. A ce jour, les causes précises de ces troubles ne sont pas connus, mais ils semblent étroitement associés à différentes comorbidités non psychiatriques, comme le souligne une récente étude de l’INSERM. Résultats.

TDAH comorbidités

D’où viennent les TDAH ?

Pour définir les troubles de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH), il faut retenir trois symptômes centraux :

  • Un déficit de l’attention ;
  • Une hyperactivité motrice ;
  • Une impulsivité.

Chez un enfant sur 5 atteint de TDAH, les trois symptômes sont présents simultanément. Chez les autres enfants, un ou deux symptômes prédominent. Les TDAH se développent au cours de l’enfance, avant l’âge de 12 ans, persistent sur une période d’au moins 6 mois et affectent la vie de l’enfant : sa scolarité, sa vie sociale, sa qualité de vie. Ils peuvent devenir un véritable handicap pour l’enfant.

Les causes exactes des TDAH ne sont pas encore connues. Plusieurs hypothèses ont été avancées au fil des années, et certaines ont pu être exclues, comme la défaillance éducative des parents, le stress psychologique, la formation scolaire ou le manque de volonté de l’enfant. En revanche, une composante génétique est fortement soupçonnée et plusieurs facteurs semblent être reliés aux TDAH :

  • Des facteurs liés à la période néonatale: prématurité, souffrance néonatale, exposition au tabac, consommation d’alcool pendant la grossesse ;
  • Un dysfonctionnement de certains circuits cérébraux notamment dans les zones cérébrales contrôlant le comportement ;
  • Une déficience dans le stockage du fer.

Les TDAH à l’origine des comorbidités ou l’inverse ?

Au-delà des causes des TDAH, les chercheurs observent que les enfants touchés par ces troubles présentent souvent d’autres comorbidités (affections associées), parmi lesquelles :

Quels sont les liens précis entre ces comorbidités et les TDAH ? Les TDAH augmentent-ils le risque de ces comorbidités ou ces comorbidités augmentent-elles le risque de TDAH ? Des chercheurs français, britanniques, canadiens et suédois viennent de mener une étude pour répondre à ces questions. L’étude a porté sur plus de 2 000 enfants canadiens, âgés de 5 mois à 17 ans et suivis à de multiples reprises de la petite enfance à l’adolescence.

Une prise en charge pluridisciplinaire indispensable pour les TDAH

Les chercheurs ont pris en compte un large éventail d’affections et ont étudié leurs liens temporels avec les TDAH. Leurs données ont permis de mettre en évidence que le fait de présenter un TDAH au cours de la petite enfance était associé à un Indice de Masse Corporelle (IMC) élevé au milieu de l’enfance et à l’adolescence et à des blessures accidentelles à l’adolescence. Par ailleurs, la survenue de blessures accidentelles au cours de la petite enfance était associé avec un risque accru de TDAH au milieu de l’enfance et à l’adolescence. Enfin, l’existence d’un syndrome des jambes sans repos au cours de la petite enfance augmentait le risque de TDAH pendant l’enfance.

Ces données révèlent des liens temporels complexes entre les troubles de l’attention avec ou sans hyperactivité et différentes comorbidités non psychiatriques. Santé mentale et santé physique seraient intimement liés chez ces enfants, renforçant l’importance d’une prise en charge globale et pluriprofessionnelle des enfants concernés par les TDAH. Désormais, les chercheurs veulent aller plus loin, en prenant en compte les liens temporels entre les TDAH et les comorbidités jusqu’à l’âge de 20 ou 25 ans, c’est-à-dire au début de la vie adulte.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources
– Une nouvelle étude éclaircit le lien entre les symptômes de TDAH pendant l’enfance et plusieurs comorbidités médicales non psychiatriques. presse.inserm.fr. Consulté le 13 décembre 2023.
– Trouble déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité.www.ameli.fr. Consulté le 13 décembre 2023.
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *