Virus mutants du SARS-CoV-2 : définitions et explications

26 avril 2021 par

Les virus mutants du SARS-CoV-2 se multiplient à travers le monde, continuant à alimenter l’inquiétude sur l’évolution de l’épidémie de la Covid-19, malgré des campagnes de vaccination sans précédent. Tous les virus sont-ils capables de muter comme le SARS-CoV2 ? Quelles sont les conséquences de ces mutations sur l’élaboration des vaccins ? Des questions auxquelles Santé Sur le Net apporte des réponses.

Virus mutants du SARS-CoV-2

Les virus mutants, un phénomène normal

Qu’est-ce qu’un virus mutant du SARS-CoV-2 ? Les virus possèdent comme les végétaux, les animaux ou les bactéries, un matériel génétique, qui se présente sous la forme d’ADN ou d’ARN. Pour survivre, les virus doivent multiplier rapidement et fortement leur matériel génétique au sein d’une cellule infectée. Au cours de ces processus de réplication du matériel génétique viral, il peut se produire des erreurs de lecture du code génétique, que les spécialistes appellent des mutations.

D’une manière générale, tous les virus peuvent subir des mutations de leur matériel génétique. Néanmoins, les virus à ADN mutent globalement moins que les virus à ARN, l’ADN étant plus stable que l’ARN. De plus, toutes les mutations génétiques ne donnent pas naissance à un nouveau variant du virus. Le virus de la grippe saisonnière par exemple évolue constamment, suite à des mutations génétiques. Selon l’importance de ces mutations et les gènes sur lesquels elles se trouvent, deux cas de figure se présentent :

  • Des glissements antigéniques: les mutations ne représentent que des modifications mineures du virus, ce sont les variations saisonnières de la grippe, qui se succèdent d’année en année ;
  • Des cassures antigéniques: les mutations sont importantes et engendrent l’apparition d’un nouveau variant de la grippe, ce sont les virus qui peuvent être responsables d’une pandémie grippale.

Une protection vaccinale variable selon les mutations

Face aux mutations génétiques des virus, comment mettre au point des vaccins qui conservent une bonne protection contre la maladie ? Certaines maladies virales, comme la rougeole, les oreillons ou la rubéole ne nécessitent que deux injections vaccinales au cours de l’enfance pour être protégés efficacement toute l’existence. Ces virus ne mutent-ils pas ? Les études menées sur la rougeole révèlent que des mutations génétiques surviennent bien au fur et à mesure de la réplication virale.

Mais à la différence du virus de la grippe, le virus de la rougeole ne tolère pas de mutations génétiques au niveau des protéines antigéniques, c’est-à-dire les protéines reconnues par le système immunitaire. La protection conférée par la vaccination ROR est donc durable, contrairement à celle du vaccin contre la grippe saisonnière, qui doit être renouvelée chaque année. Ainsi, la capacité d’échappement d’un virus à un vaccin porte en partie sur la possibilité de mutation au niveau d’une protéine reconnue par le système immunitaire.

Les virus mutants du SARS-CoV-2, un sujet d’attention pour les virologues

En se basant sur ce principe, les variants du nouveau coronavirus présentent majoritairement des mutations génétiques au niveau des protéines, qui sont justement ciblées par les vaccins actuellement disponibles, d’où l’inquiétude des épidémiologistes et des infectiologues sur un risque d’échappement au vaccin aux virus mutants du SARS-CoV-2. Les trois variants les plus médiatisés, le variant britannique, le variant sud-africain et le variant brésilien, correspondent à des lignées virales indépendantes (ils ont muté chacun de leur côté, sans lien génétique entre eux), mais présentent certaines mutations communes, notamment la mutation N501Y.

La localisation des mutations génétiques du nouveau coronavirus peut déterminer l’évolution de l’épidémie de la Covid-19. Certaines mutations affectent la transmission du virus, car elles influencent sa capacité à infecter des cellules humaines. D’autres mutations déterminent un possible échappement à l’immunité naturelle (antécédent d’infection) ou vaccinale.

Tous les virus peuvent muter, mais ces mutations n’ont pas toujours les mêmes conséquences sur la santé. Certains virus sont capables de déclencher des épidémies de grande ampleur, grâce à des caractéristiques génétiques particulières. Dans tous les cas, les mutations virales retiennent toute l’attention des virologues.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources
– Prédire les mutations à l’origine des épidémies. pasteur.fr. Consulté le 26 avril 2021.
– Le virus de la grippe. grippenet.fr. Consulté le 26 avril 2021.
– Covid-19 : mutations, variants, lignées, n501y, e484k… De quoi parle-t-on ? vidal.fr. Consulté le 26 avril 2021.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.
Tout commentaire contenant une adresse web (http://, https://) sera supprimé
Veuillez limiter la longueur de votre commentaire à 2000 caractères maximum.