Attention au fructose des fruits

Actualités Conseils nutrition

Rédigé par Estelle B. et publié le 3 mars 2019

Le programme national nutrition santé recommande la consommation d’au moins cinq fruits et légumes par jour. Mais, manger beaucoup de fruits signifie ingérer des quantités parfois importantes de fructose. Or, ce sucre pourrait avoir des effets néfastes sur la santé, selon une récente étude.

Fructose bon mauvais

Qu’est-ce que le fructose ?

Le fructose est l’un des principaux sucres contenus dans les fruits et le miel, mais, il peut aussi être présent dans les aliments et boissons sucrés, sous forme d’additif alimentaire. Or, cette substance est soupçonnée d’avoir plusieurs effets néfastes sur la santé. Des études font notamment référence à son implication dans la survenue du diabète, de l’obésité et de maladies cardiovasculaires. Mais par quels mécanismes ? Différentes hypothèses ont été émises pour expliquer l’effet du fructose sur la santé :

  • Une augmentation de l’acide urique, qui contribue au risque cardiovasculaire ;
  • Une augmentation de la tension artérielle chez les sujets jeunes ;
  • Une action sur le fonctionnement de plusieurs enzymes, impliquées dans le diabète et les maladies cardiovasculaires ;
  • Une diminution de la production de NO (monoxyde d’azote), qui est un vasodilatateur (dilatation des vaisseaux sanguins).

Mais ces hypothèses n’ont jusque-là pas été vérifiées. Une récente étude chinoise a entrepris de comparer les effets d’une prise alimentaire de glucose ou de fructose chez des sujets en bonne santé.

Lire aussiManger du piment pour vivre plus longtemps…

La réponse de l’organisme à une dose élevée de fructose

Cette étude a porté sur 18 personnes, âgées de 19 à 39 ans (9 hommes et 9 femmes), qui ont été aléatoirement divisées en deux groupes :

  • Le groupe A devait absorber en 5 minutes 300 ml d’une solution diluée à 25 % de glucose, après un jeûne nocturne de 8 heures ;
  • Le groupe B devait absorber en 5 minutes 300 ml d’une solution diluée à 25 % de fructose après le même jeûne.

La quantité totale ingérée de sucre correspond aux 75 g recommandés par l’Organisation Mondiale de la Santé, pour la réalisation du test d’hyperglycémie provoquée par voie orale (HGPO). Ce test est utilisé pour le dépistage du diabète et consiste à suivre sur plusieurs heures l’évolution de la glycémie, après l’ingestion rapide d’une quantité importante de glucose. Chez les personnes diabétiques, la sécrétion d’insuline n’est alors pas suffisante pour réguler la glycémie.

Les personnes devaient par la suite rester assises dans un environnement calme et confortable pendant 3 heures. Durant cette période, la tension artérielle était régulièrement surveillée et des prélèvements sanguins effectués au temps 0, 0,5, 1, 2 et 3 heures. Une semaine après ce premier test, les deux groupes ont été intervertis.

Lire aussiManger (beaucoup) moins pour vivre vieux…

Limiter sa consommation de fructose

Les résultats obtenus ont montré que l’ingestion d’une quantité importante de fructose provoquerait, par rapport à l’absorption de la même quantité de glucose :

  • une diminution du taux de monoxyde d’azote ;
  • une augmentation de l’acide urique et de la tension artérielle ;
  • une stimulation des enzymes impliquées dans le diabète et les maladies cardiovasculaires.

Aucune différence significative n’a pu être mise en évidence sur les taux de lipides (triglycérides, cholestérol), sans doute en raison d’une période de suivi trop courte.

L’ingestion de fructose en grandes quantités entraînerait des phénomènes, qui sont connus pour être associés au diabète et aux maladies cardiovasculaires. Faut-il pour autant arrêter de consommer des fruits ? Certainement pas, si l’on considère les bénéfices pour la santé de leurs apports en vitamines et en minéraux.

Cette étude a été réalisée après l’ingestion d’une quantité très importante de fructose, largement supérieure à celle obtenue en mangeant cinq fruits par jour. Néanmoins, il est possible de limiter sa consommation quotidienne de fructose, en adoptant certaines habitudes :

  • Limiter les aliments et boissons sucrés en contenant ;
  • Réduire la consommation de miel, particulièrement riche en fructose ;
  • Préférer les fruits frais aux fruits secs ou cuits ;
  • Privilégier des fruits contenant moins de fructose, tels que les baies (framboises, mûres, groseilles, …) et les agrumes (oranges, citrons, pamplemousses, …).

De bonnes idées pour consommer des fruits, sans nuire à sa santé !

Lire aussiVitamines, minéraux, probiotiques, « boosters » de forme !

Estelle B., Docteur en Pharmacie

– Acute Metabolic and Endocrine Responses Induced by Glucose and Fructose in Healthy Young Subjects: A Double-Blinded, Randomized, Crossover Trial Pubmed. Consulté le 1er Mars 2017

  • Bonjour! je suis une femme algérienne de 47 ans, j’ai une intolérance au fructose ( découverte en 2017) et au lactose( découverte en 2012), est-ce forcément congénitale? sachant que le gastrologue à posé le diagnostic de l’intolérance au fructose par rapport au signes cliniques et à l’HGPO qui donne chaque demi heure une glycémie fixe de 0.79 /0.80.et Quelles sont les compilations de cette intolérance ?

    Reply
Ou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.