La semaine santé en bref #78

Actualités Addiction Coronavirus (COVID-19) Gynécologie Innovations Maladies infantiles Maladies infectieuses Maladies parasitaires Maladies virales Santé au quotidien (maux quotidiens) Semaine santé en bref Troubles alimentaires

Rédigé par Estelle B. et publié le 27 mai 2020

Chaque semaine, Santé Sur le Net choisit pour vous 5 actualités santé, à ne pas rater :

brèves santé

1. COVID-19, point de situation

Deux semaines après le début du déconfinement, le virus circule toujours en France et le respect des mesures barrières est capital pour limiter la propagation du virus. Ce 26 mai, 16 798 personnes sont toujours hospitalisées pour une COVID-19, avec plus de 300 nouvelles admissions en 24 heures. 1 609 malades restent hospitalisés en réanimation, un chiffre constamment en baisse. Les services d’urgence ont recensé 350 passages en 24 heures, soit 1 % de leur activité totale. Depuis le 1er mars, 169 syndromes inflammatoires multi-systémiques pédiatriques ont été observés, dont 60 % avec un lien confirmé ou probable avec la COVID-19.

Lire aussiCOVID-19 : Ce qu’il faut savoir sur les tests sérologiques

2. Santé : une nouvelle version de l’application CiTIQUE

En 2017, les autorités de santé publique avaient développé une application participative « signalement tique » dans le cadre du projet CiTIQUE. Une nouvelle version de cette application vient d’être lancée. Accessible gratuitement à tous, elle sera plus pratique pour les utilisateurs et plus utile pour les chercheurs. Cette mobilisation citoyenne vise à améliorer les connaissances sur les tiques et les maladies associées, au premier rang desquelles la maladie de Lyme. Les données collectées grâce à cette application ont déjà permis d’identifier les périodes de l’année les plus à risque de piqûre, le pourcentage de tiques porteuses de bactéries responsables de la maladie de Lyme ou encore les lieux les plus à risque de se faire piquer.

Lire aussiTour d’horizon des maladies transmises par les tiques

3. COVID-19 et dengue

L’épidémie de COVID-19 et les mesures de protection contre le virus pourraient porter préjudice aux pratiques de lutte anti-vectorielle mises en œuvre chaque année dans les territoires d’Outre-Mer contre la dengue et les autres maladies endémiques. L’ANSES a alerté cette semaine la Direction Générale de la Santé sur la nécessité de poursuivre les efforts de lutte contre les moustiques vecteurs de la dengue, du zika ou encore du paludisme. L’objectif est aujourd’hui de concilier au mieux les mesures de protection contre la COVID-19 et les mesures de lutte contre les moustiques. L’épidémie de COVID-19 ne doit en effet pas occulter les autres épidémies, qui sévissent chaque année dans ces territoires.

Lire aussiDengue à la Réunion : vers une épidémie majeure ?

4. Santé : Un nouveau médicament contre l’alcoolo-dépendance

En octobre 2018, un médicament à base de baclofène obtenait une autorisation de mise sur le marché (AMM) pour le traitement de l’alcoolo-dépendance. Ce médicament sera commercialisé à partir du 15 juin et deviendra dès lors le seul médicament à base de baclofène autorisé et adapté au traitement de la dépendance à l’alcool. Les autres médicaments à base de baclofène, utilisés actuellement dans le cadre d’une autorisation temporaire d’utilisation, ne seront donc plus prescrits.

Lire aussiDépendance à l’alcool : le miracle de la psilocybine

5. Journée mondiale de l’hygiène menstruelle

Chaque année, le 28 mai marque la journée mondiale de l’hygiène menstruelle. Le choix du 28 mai n’a pas été anodin, le 28 car la durée du cycle menstruel est de 28 jours et le mois de mai, cinquième mois de l’année, parce les règles durent en moyenne 5 jours. L’objectif de cette journée mondiale est d’informer et de sensibiliser les jeunes filles et les femmes sur un sujet qui reste encore largement tabou. Plus largement, c’est l’occasion de faire le point sur l’accès des femmes aux protections périodiques en France et dans le monde. En Afrique, 66 % des filles ne seraient pas correctement informées sur les cycles menstruels et 10 % des filles s’absenteraient de l’école durant la période des règles. En France, certaines femmes en situation précaire n’ont pas accès à des protections périodiques, une situation qui a des conséquences sur leur vie personnelle et sociale.

Lire aussiChoc toxique menstruel : coupes et tampons « blanchis » par l’Anses

Rendez-vous la semaine prochaine, pour les prochaines actualités du monde de la santé !

Estelle B., Docteur en Pharmacie

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.