Homme qui tient devant lui une pancarte avec un schéma d'e l'intestin

Le cancer de l’intestin grêle est rare, il représente moins de 5% des cancers digestifs. Son incidence est estimée à moins de 23 cas sur 1 million d’individus. L’adénocarcinome est la forme de cancer de l’intestin grêle la plus fréquente. Ce type de cancers se forme à partir des cellules glandulaires de la muqueuse de l’intestin grêle. Le principal symptôme de la maladie est la présence de sang dans les selles, parfois associé à des crampes abdominales et des vomissements. Le diagnostic repose sur des examens d’imagerie. L’ablation chirurgicale est la meilleure option thérapeutique.

Définition et symptômes

A propos de l’intestin grêle

Le système digestif est composé de plusieurs organes dont l’objectif est de transformer les aliments ingérés en petites molécules assimilables par l’organisme. Ainsi, la première étape est de porter les aliments à la bouche afin de les déchiqueter grâce à la mastication et à l’aide des dents. Les glandes salivaires sont chargées de produire la salive qui va venir se mélanger aux aliments ingérés et de commencer la digestion. Elle permet  aussi de faciliter la progression des aliments vers l’œsophage puis l’estomac.

Une fois dans l’estomac, les aliments sont malaxés et dégradés grâce aux sucs gastriques afin d’aboutir à la formation d’une bouillie : le chyme. Lorsque celle-ci est formée, elle débute son voyage dans les intestins.

Schéma informant sur anatomie du haut du corps.

Il y a en premier l’intestin grêle, aussi appelé « petit intestin », un organe long et tubulaire qui relie l’estomac au gros intestin, et au sein duquel la majeure partie de la digestion a lieu. L’intestin grêle constitue les trois-quarts de l’appareil digestif et représente la partie du tube digestif la plus longue. Beaucoup de nutriments, essentiels au bon fonctionnement de l’organisme, vont passer dans le sang à ce niveau-là.

L’intestin grêle est composé de trois parties : le duodénum, le jéjunum et l’iléon. La nourriture partiellement digérée dans l’estomac pénètre dans le duodénum avec les sucs digestifs et la bile. Les aliments progressent ensuite dans le jéjunum où la décomposition se poursuit. Les aliments digérés passent enfin dans l’iléon au sein duquel l’absorption d’éléments nutritifs continue.

Le contenu restant continue sa progression pour atteindre le gros intestin, ou le côlon. Le restant de liquide et des éléments nutritifs est absorbé, tandis que les matières solides qui restent sont entreposées dans le rectum en attendant leurs expulsions via l’anus.

Qu’est-ce que le cancer de l’intestin grêle ?

Schéma de l'intestin grêleLe cancer de l’intestin grêle est une tumeur maligne. En effet, les cellules de l’intestin grêle peuvent parfois subir des modifications rendant leur croissance et leur comportement anormal. On parle d’état précancéreux. Pour l’intestin grêle, l’état précancéreux le plus fréquent est le polype adénomateux. A ce stade, les cellules ne sont pas encore cancéreuses, mais le risque qu’elles le deviennent est important.

Parfois, les cellules modifiées de l’intestin grêle deviennent cancéreuses. Un cancer au niveau des cellules glandulaires (cellules constituant le revêtement de l’intestin grêle) se développe. On parle d’adénocarcinome de l’intestin grêle. C’est le plus répandu des cancers de l’intestin grêle.

D’autres cancers peuvent cependant survenir au niveau de l’organe :

  • Des tumeurs neuroendocrines qui se manifestent au niveau des cellules neuroendocrines de l’intestin grêle ;
  • Un lymphome lorsque le cancer débute dans le tissu lymphatique de l’intestin grêle ;
  • Un sarcome si le cancer prend naissance dans la paroi de l’intestin grêle.

Le cancer de l’intestin grêle touche plus volontiers les hommes que les femmes. Généralement, les patients ont plus de 50 ans lors du diagnostic. Près de 45% d’entre eux ont 70 ans ou plus.

Plusieurs facteurs de risque sont évoqués dont certaines pathologies de l’appareil digestif comme la maladie de Crohn ou la maladie coeliaque, ou des pathologies héréditaires digestives (par exemple la polypose adénomateuse familiale ou PAF). Le risque de développer le cancer augmente aussi avec l’âge.

Quels symptômes ?

Le cancer de l’intestin grêle se développe généralement sans symptôme. Lorsqu’ils existent, les symptômes sont peu spécifiques et une autre cause est d’abord suspectée :

  • Douleur à l’abdomen ;
  • Nausées ;
  • Vomissements ;
  • Perte de poids ;
  • Constipation ou diarrhée ;
  • Saignements intestinaux ;
  • Sang dans les selles ou selles noires ;
  • Fatigue et sensation de faiblesse.

À savoir ! La présence de ces symptômes doit mener à une consultation médicale.

Dans certains cas, le cancer de l’intestin grêle peut entraîner de graves complications comme une occlusion intestinale ou une perforation intestinale.