intolérance au glutenLa maladie cœliaque, autrement dit l’intolérance au gluten, est une pathologie intestinale chronique et d’origine auto-immune en lien avec l’ingestion de gluten contenue dans certains produits céréaliers. Environ 1% de la population européenne souffre de la maladie cœliaque. Cette dernière est potentiellement grave, et exige l’éviction à vie des produits contenant du gluten.

Définition et symptômes de la maladie cœliaque

Qu’est-ce que c’est ?

 femme avec une intolérance au glutenLa maladie cœliaque est une maladie chronique affectant l’intestin grêle, elle est d’origine auto-immune. Ainsi, lors de l’absorption des nutriments qui contiennent du gluten, le système immunitaire des patients réagit à la protéine de gluten (la gliadine) par la production de plusieurs anticorps.

À savoir ! Le gluten est constitué, entre autres, de deux types de protéines, les gliadines, en cause dans la maladie cœliaque, et les gluténines. Elles sont présentes dans : les divers blés, l’orge, le seigle, ou les espèces hybrides de ces variétés

A terme, la maladie cœliaque entraîne la disparition des villosités intestinales, à savoir les replis de la muqueuse au niveau de l’intestin qui permettent d’augmenter l’absorption des nutriments (vitamines, minéraux, glucides, lipides).

L’intolérance au gluten est de plus en plus fréquente. On estime que jusqu’à 2% de la population mondiale est concernée. La maladie est 3 fois plus fréquente chez les femmes que chez les hommes.

Elle peut se manifester par des symptômes mineurs ou peu caractéristiques de la maladie. En effet, à l’inverse de l’allergie au gluten qui se manifeste immédiatement après l’ingestion au gluten, la maladie cœliaque apparaît progressivement, mais s’installe durablement. Ainsi, elle est souvent diagnostiquée tardivement, plus de dix ans après la survenue des premiers symptômes.

L’origine exacte de l’intolérance au gluten reste inconnue à ce jour, mais les hypothèses immunitaire et génétique semblent plus probables. En effet, 95% des patients intolérants au gluten sont porteurs d’un ou deux gènes spécifiques. Par ailleurs, les proches des patients développent plus fréquemment la maladie. Certains facteurs semblent favoriser l’apparition de l’intolérance : une anomalie chromosomique (dont la trisomie 21), une autre maladie auto-immune, un diabète de type 1.

À savoir ! L’intolérance au gluten ne doit pas être confondue avec d’autres affections :

  • L’hypersensibilité au gluten, qui correspond à la survenue de troubles digestifs mineurs (ballonnements, gêne) en cas de consommation d’aliments riches en gluten ;
  • Les allergies au gluten, au blé et à ses dérivés, qui mettent en jeu des phénomènes allergiques et provoquent des symptômes allergiques (eczéma, urticaire, rhinite, œdème de Quincke, …).

Quels sont les symptômes de l’intolérance au gluten?

La maladie reste le plus souvent asymptomatique ou n’engendre que des troubles mineurs. Ainsi, les patients intolérants au gluten restent longtemps, parfois toute leur vie, sans symptôme.

Lorsqu’ils existent, les symptômes de la maladie cœliaque sont digestifs. Par ailleurs, ils varient selon l’âge de survenue de la maladie.

Chez le nourrisson, les premiers symptômes de l’intolérance au gluten se développent quelques semaines après l’introduction du gluten dans l’alimentation. Ils se traduisent par la survenue de diarrhées chroniques (pendant plus de 15 jours) avec des selles abondantes. Le nouveau-né manque d’appétit, et il est moins actif. Parfois, son poids diminue, et sa croissance peut être perturbée.

Chez l’enfant, on peut voir deux types de symptômes :

  • Les troubles digestifs, type diarrhée chronique ou intermittente associée à des nausées, vomissement, et éventuellement un manque d’appétit. Parfois, le jeune patient se plaint également de douleurs abdominales ou de gaz intestinaux ;
  • Les troubles non digestifs comme une perte de poids ou un retard de croissance, une fatigue chronique, une irritabilité, une anémie en lien avec un manque de fer, un retard de puberté, une aménorrhée, des aphtes à répétition, une dermatite (démangeaisons et apparition de cloques).

Chez l’adulte, il existe également :

  • Les manifestations digestives dont une diarrhée chronique ou parfois au contraire une constipation, des douleurs abdominales, des ballonnement, des flatulences et une perte de poids ;
  • Les manifestations non digestives comme une fatigue prolongée, une anémie liée à un manque de fer ou de vitamine B9, des aphtes à répétition, une dermatite herpétiforme (démangeaisons cutanées et poussées de cloques groupées en bouquets), une fracture en lien avec une ostéoporose, une stérilité inexpliquée ou une neuropathie périphérique (atteintes des nerfs des membres).

Sans traitement, l’intolérance au gluten expose à des risques plus importants de cancers du tube digestif, de stérilité, d’ostéoporose, de cancers des voies aérodigestives supérieures et du foie, et de retard de croissance chez l’enfant.

Diagnostic et traitement de la maladie de cœliaque

Quel diagnostic ?

Avoir une intolérance au glutenUne intolérance au gluten est évoquée lorsque le patient présente les symptômes caractéristiques de la maladie, et qu’ils sont inexpliqués par une autre pathologie. Cette maladie est d’autant plus suspectée si il existe un parent proche du patient atteint de la maladie cœliaque.

L’établissement du diagnostic nécessite des tests complémentaires effectués par un médecin gastro-entérologue. Une prise de sang permet de mettre en évidence les anticorps spécifiques de la maladie cœliaque. Des tests génétiques permettent de mettre en évidence une éventuelle prédisposition génétique.

En principe, la confirmation du diagnostic d’intolérance au gluten nécessite des biopsies de l’intestin grêle lors d’une endoscopie digestive haute. L’endoscopie digestive haute permet, en effet, d’observer la partie supérieure de l’appareil digestif, à savoir l’œsophage, l’estomac et le duodénum (partie haute de l’intestin grêle). On parle également d’ « endoscopie gastroduodénale » ou de « fibroscopie gastroduodénale ».

Quel traitement contre l’intolérance au gluten ?

Le traitement de la maladie cœliaque repose sur une alimentation sans gluten. Bien que contraignante, cette mesure diététique reste le seul traitement efficace sur l’intolérance, par ailleurs, il est dépourvu d’effet indésirable et évite la survenue de complications. Le régime sans gluten est un traitement à vie qui impose l’éviction de nombreux aliments.

Le régime sans gluten consiste à exclure de l’alimentation du patient tous les aliments contenant du gluten, à savoir : les blés, l’orge, le seigle et les céréales hybrides. Ainsi, il est interdit de consommer :

  • Du pain, des viennoiseries et des pâtisseries ;
  • Des pâtes ;
  • Des biscuits ;
  • La majorité des céréales conçues pour le petit-déjeuner ;
  • Les aliments frits ou panés ;
  • Les pains de viande (ou poisson) composés de farine ou de chapelure ;
  • Les soupes industrielles ;
  • Les desserts ou sauces à base de farine de blé ;
  • La bière.

A noter ! Le gluten est également présent dans la charcuterie, le sucre glace, les mélanges d’épices et d’assaisonnements, et les médicaments. Finalement, le meilleur moyen d’éviter tous les aliments contenant du gluten est de savoir décrypter les étiquettes alimentaires.

À savoir ! Depuis quelques années, le règlement européen fixe la composition des aliments convenant aux patients intolérants au gluten. Ainsi, les aliments pouvant être consommés disposent de la mention « sans gluten » sur l’emballage

Les aliments contenant du gluten peuvent être remplacés par du riz, du maïs, du sarrasin, des pommes de terre, etc.

Par ailleurs, en plus du régime sans gluten incontournable dans ce type de pathologie, il peut être nécessaire de corriger les carences alimentaires, notamment une carence en fer ou en vitamine D pour prévenir l’ostéoporose. Une hospitalisation peut parfois être utile en cas de malnutrition afin de réapprendre à s’alimenter de façon adaptée.

Charline D., Docteur en pharmacie
Fiche publié le 12 décembre 2017. Mis à jour le 12 avril 2021.

Sources
– Intolérance au gluten (maladie cœliaque). ameli.fr. Consulté le 24 octobre 2019.
– Maladie cœliaque. snfge.org. Consulté le 24 octobre 2019.
– Maladie cœliaque. msdmanuals.com. Consulté le 24 octobre 2019.