Des médicaments impliqués dans le développement des allergies de l’enfant

Aug 21, 2018 par

Selon les spécialistes, 25 à 30 % de la population française présenterait au moins une forme d’allergie. Et ce chiffre ne cesse de croître au fil des années. Si les facteurs environnementaux sont souvent incriminés dans l’essor des allergies, qu’en est-il de l’exposition aux médicaments au cours de l’enfance ? Des chercheurs européens se sont récemment penchés sur cette question et viennent de publier leurs résultats dans la revue scientifique JAMA Pediatrics.

Patch-test sur l’arrière de la patiente pour prescription médicaments.

Allergies alimentaires et médicaments chez le nourrisson

Les experts européens estiment que près de la moitié de la population européenne sera touchée par les allergies à l’horizon 2025! Les allergies, devenues la maladie chronique la plus fréquente, affecte principalement les enfants et les adultes jeunes. Les facteurs environnementaux sont largement pointés du doigt pour expliquer l’essor constant des allergies. Parmi les allergies de l’enfant, les allergies alimentaires sont particulièrement fréquentes.

Dans ce contexte, des chercheurs se sont intéressés au rôle de certaines classes de médicaments utilisés chez les nourrissons sur le développement des allergies de l’enfant. Dans leur étude, une cohorte de 792 130 nourrissons a été suivie sur une période moyenne de 4,6 ans, entre octobre 2001 et septembre 2013. Les enfants étaient inclus dans l’étude à des âges compris entre 35 jours et 1 an.

Sur l’ensemble des nourrissons suivis dans l’étude, les allergies de l’enfant les plus fréquemment observées ont été par ordre décroissant de fréquence :

Les allergies alimentaires recensées étaient le plus souvent des allergies à l’arachide, au lait de vache et à l’œuf.

Les médicaments contre le reflux gastro-œsophagien en cause

Les résultats de l’étude ont mis en évidence que la prévalence de l’ensemble des allergies était significativement augmentée chez les enfants qui avaient été traités par deux classes de médicaments utilisés dans le traitement du reflux gastro-œsophagien :

  • Les anti-H2 (anti-histaminiques 2, des anti-sécrétoires gastriques) ;
  • Les IPP (Inhibiteurs de la Pompe à Protons).

La forme d’allergie la plus impactée par la prise de ces médicaments était les allergies alimentaires, en particulier l’allergie au lait de vache.

Ce lien entre prise de médicaments et développement d’allergies alimentaires était d’autant plus important que la durée des traitements médicamenteux était longue. A titre d’exemple, un nourrisson traité plus de 60 jours avec un IPP avait un risque majoré de 52 % de présenter une allergie alimentaire, par rapport à un nourrisson traité par IPP pendant moins de 60 jours.

La prescription d’anti-H2 chez les nourrissons était significativement associée à une augmentation des allergies non alimentaires, comme les allergies aux médicaments, la rhinite allergique, l’anaphylaxie, l’asthme, les conjonctivites ou encore l’urticaire.

Les antibiotiques également pointés du doigt dans les allergies de l’enfant

De la même façon, l’utilisation des antibiotiques chez les nourrissons pourrait concourir au risque de développement d’une allergie au cours de la petite enfance. Ainsi, les chercheurs ont montré un lien entre l’utilisation d’antibiotiques et une augmentation du risque d’allergie alimentaire chez le jeune enfant. Ce lien se vérifie particulièrement dans le cas des allergies au lait de vache et à l’œuf, mais semble indépendant des doses administrées et de la durée du traitement.

L’utilisation d’antibiotiques entraînerait également :

  • Un doublement du risque d’asthme ;
  • Une augmentation du risque d’anaphylaxie (+51%), de conjonctivite allergique (+42%) et d’allergie médicamenteuse (+34%).

Certains médicaments utilisés dans le traitement du reflux gastro-œsophagien ou des infections au cours des six premiers mois de vie pourraient significativement augmenter le risque de développer des allergies, alimentaires ou non, durant la petite enfance. Les chercheurs expliquent de tels résultats par des altérations du microbiote intestinal (ou flore intestinale), suite à la prise de ces médicaments. Mais les mécanismes précis de l’effet des médicaments sur le risque d’allergies restent à explorer.

Face à de tels résultats, les auteurs de l’étude suggèrent une utilisation plus contrôlée de ces médicaments chez les nourrissons. Des médicaments qui en théorie ne sont prescrits que dans le cadre de recommandations et d’indications thérapeutiques bien précises !


Estelle B. / Docteur en Pharmacie

– Association Between Use of Acid-Suppressive Medications and Antibiotics During Infancy and Allergic Diseases in Early Childhood. Mitre, E. and al. 2018. JAMA Pediatr. 172(6):e180315. doi:10.1001/jamapediatrics.2018.031.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.