La trichomonase est une infection gynécologique affectant aussi bien le vagin chez les femmes que le tractus génital masculin. Elle est provoquée par la présence de Trichomonas vaginalis qui est un parasite transmit par contact sexuel la plupart du temps. L’infection peut être asymptomatique ou se manifester sous forme d’urétrite, de vaginite, de cystite, d’épididymite ou de prostatite. Le diagnostic repose sur l’identification du parasite au microscope sur des prélèvements vaginaux, urétraux ou urinaires. Un antibiotique en une seule dose ou sur plusieurs jours permet de traiter efficacement cette infection. Les partenaires sexuelles doivent également être pris en charge sous peine de recontamination.

Définition et symptômes

A propos des MST ou IST

Il existe plus d’une trentaine d’infections sexuellement transmissibles. Elles ont toutes en commun le fait d’être transmises par voie sexuelle et  d’origine infectieuse. En France, le nombre d’IST ne cesse d’augmenter depuis les années 1990. En effet, dans les pays développés, ces pathologies et leurs complications sont un des 5 motifs de consultation les plus fréquents.

Les IST les plus rencontrées sont : la blennorragie gonococcique, les chlamydioses, l’hépatite B, l’herpès génital, les condylomes génitaux, la syphilis, les infections à mycoplasmes et trichomonas et le VIH.

À savoir ! Les maladies sexuellement transmissibles peuvent être d’origine bactérienne, virale ou dues à des protozoaires.

Une IST peut se manifester de diverses façons : des écoulements génitaux, une inflammation des organes génitaux (rougeurs cutanées et gonflement), des lésions au niveau des muqueuses et éventuellement de la peau autour des organes génitaux, la présence de ganglions au niveau de l’aine, des douleurs dans le bas-ventre, de la fièvre, de la fatigue, etc. La présence de ces symptômes nécessite une consultation médicale.

Il est primordial de dépister une IST. En effet, dès le diagnostic établi, il est nécessaire de procéder immédiatement à la mise en place de mesures afin d’éviter la transmission de l’infection et au traitement de la maladie pour soulager le patient.

Chaque IST dispose de son propre traitement. La plupart d’entre elles se traite bien avec le médicament adapté.

Qu’est que la trichomonase ?

La trichomonase est une infection des organes génitaux très fréquente dans la population avec près de 143 millions de nouveaux cas par an, selon l’OMS (Organisation mondiale de la santé). Cette maladie, ou infection, sexuellement transmissible est causée par un parasite, le trichomonas vaginalis.

Cette infection est transmissible par contact sexuel vaginal, oral ou anal, et lors de l’accouchement (risque de contamination de l’enfant). En effet, les rapports sexuels favorisent la transmission des micro-organismes d’un individu à un autre, car au cours de ces relations, il y a un contact étroit, et un transfert de liquides biologiques génitaux ou autres.

Quels symptômes ?

Chez les femmes, les symptômes de la trichomonase sont d’intensité variable, allant des formes totalement asymptomatiques à celles avec un écoulement vaginal abondant, verdâtre, mousseux et douloureux.

Lorsqu’il existe des symptômes, ils apparaissent le plus souvent dans les 5 à 28 jours qui suivent la contamination. Bien que rarement dangereux, les symptômes peuvent être très désagréables :

  • Changement de la texture et de l’odeur des pertes vaginales ;
  • Démangeaisons ;
  • Sensation de brûlure ;
  • Douleur en urinant.

Chez les hommes, dans 90% des cas, la trichomonase est asymptomatique, ce qui ne les empêche pas pour autant d’être contaminant. Lorsqu’il y a des symptômes, ce sont les mêmes que chez la femme, localisés au niveau du pénis. Les rares complications possibles sont l’épididymite et la prostatite.

A noter qu’une trichomonase peut augmenter le risque de contracter ou transmettre une autre maladie sexuellement transmissible. Par ailleurs, les lésions génitales qu’elle peut impliquer, augmentent de manière importante le risque d’être infecté ou de transmettre le VIH. Le risque d’une trichomonase chez la femme enceinte est le déclenchement d’un accouchement prématuré.