La fibromyalgie est une pathologie aussi frustrante pour les cliniciens que pour les patients. Se caractérise principalement par des douleurs chroniques (durée supérieure à trois mois) diffuses.

Infographie Santé sur le NetLa fibromyalgie en image

douleur fibromyalgie

Définition

La fibromyalgie est une maladie complexe qui se caractérise principalement par des douleurs chroniques (durée supérieure à trois mois) diffuses à de multiples endroits du corps, s’accompagnant souvent d’autres manifestations (troubles du sommeil, de la concentration et de l’humeur, grande fatigue…). Elle touche essentiellement les femmes. 2 à 5 % de la population est concernée.

Causes de la fibromyalgie

La cause biologique de la fibromyalgie serait une réponse exagérée aux signaux douloureux. Toutefois, l’origine et les mécanismes exacts de la maladie sont encore méconnus. D’après certaines études, le stress, des traumatismes physiques ou même psychiques, joueraient un rôle dans l’apparition de la maladie.

Parmi les facteurs de risque les mieux identifiés, on peut néanmoins citer :

  1. Le sexe : les femmes sont plus touchées
  2. La prédisposition familiale : une femme ayant une mère ou des sœurs atteintes a plus de risques de développer la maladie.
  3. Les syndromes douloureux périphériques : l’existence d’une maladie rhumatismale comme la polyarthrite rhumatoïde ou l’arthrose
  4. Certaines infections
  5. Les traumatismes physiques
  6. Les événements stressants survenus tôt dans la vie

La maladie peut se déclarer à tout âge de la vie, même si elle apparaît le plus souvent entre 30 et 50 ans.

Symptômes

La fibromyalgie est une maladie douloureuse chronique. Elle se caractérise par des douleurs diffuses, parfois intenses, du système musculo-squelettique, datant de plus de 3 mois.

zones douloureuses

La douleur est la manifestation principale de la maladie. Cependant, elle peut s’accompagner d’autres symptômess telles que :

  • Fatigue matinale et anormale à l’effort
  • Inconfort musculaire (courbatures, fourmillements, fatigue)
  • Engourdissement des doigts
  • Intolérance au froid et à la chaleur
  • Troubles digestifs divers (ex : syndrome du côlon irritable ou colite chronique)
  • Céphalées, migraines
  • Troubles du sommeil
  • Syndrome prémenstruel

Diagnostic

Selon l’ACR (American College of Rhumatology), la fibromyalgie est caractérisée par des douleurs dont les zones sont identifiées par palpation et qui peuvent être réparties dans l’ensemble de l’organisme. Déterminer les points douloureux permet d’évaluer l’atteinte clinique de la fibromyalgie. Toutefois, il est souvent difficile d’en estimer l’intensité ou la localisation exacte. En règle générale, le praticien exerce une pression manuelle progressive sur la zone en question afin de déterminer l’intensité de la douleur et la sensibilité du patient.

Cependant établir formellement un diagnostic de fibromyalgie est difficile. Pour ce faire, il existe des critères validés par la communauté médicale. Ces critères sont regroupés dans un questionnaire permettant de dénombrer le nombre de zones douloureuses et de noter l’intensité de certains symptômes (fatigue, sensation de somnolence, existence de symptômes cognitifs fièvre, diarrhée, urticaire, etc.) entre 0 (« aucun symptôme ») et 3 (« beaucoup de symptômes »). Les réponses à ce questionnaire permettront d’établir un score et de porter le diagnostic de fibromyalgie.

Si vous souffrez de douleurs diffuses depuis plus de trois mois, d’autres questionnaires existent, notamment pour dépister la fibromyalgie. L’un d’eux, baptisé FiRST et facile d’utilisation, est composé de six questions auxquelles vous répondez vous-même par oui ou par non. Une réponse positive à 5 items sur les 6 permet d’orienter le diagnostic vers une fibromyalgie. Les questions sont les suivantes :

  1. Mes douleurs sont localisées partout dans tout mon corps.
  2. Mes douleurs s’accompagnent d’une fatigue générale permanente.
  3. Mes douleurs sont comme des brûlures, des décharges électriques ou des crampes.
  4. Mes douleurs s’accompagnent d’autres sensations anormales comme des fourmillements, des picotements ou des sensations d’engourdissement, dans tout mon corps.
  5. Mes douleurs s’accompagnent d’autres problèmes de santé comme des problèmes digestifs, urinaires, des maux de tête ou des impatiences dans les jambes.
  6. Mes douleurs ont un retentissement important dans ma vie, en particulier sur mon sommeil, ma capacité à me concentrer avec une impression de fonctionner au ralenti.

conseil médecinEn cas de doutes, parlez-en avec votre médecin.


Le médecin pourra également prescrire différents tests sanguins comme certains marqueurs biologiques (par exemple, ceux de l’inflammation ou de la fonction rénale, le dosage des facteurs rhumatoïdes, le dosage des enzymes hépatiques et la TSH (thyroïde)) afin d’éliminer d’autres maladies.

Traitements

Les traitements les plus couramment utilisés visent tout d’abord à traiter la douleur. Dans cette optique, La première étape de prise en charge du patient fibromyalgique par le professionnel de santé consiste tout d’abord à expliquer la maladie et d’exposer le contexte thérapeutique. Ensuite, vient la prescription des médicaments.

Traitements médicamenteux

Les antalgiques classiques, les antidépresseurs et les antiépileptiques sont les traitements les plus efficaces permettant de lutter contre la douleur associée à la fibromyalgie.

Il existe trois paliers permettant de classer les antalgiques des moins puissants aux plus puissants. Ils sont choisis en fonction du mécanisme impliqué et de l’intensité de la douleur.

  1. Palier 1 : regroupe les non opioïdes (paracétamol, anti-inflammatoires non stéroïdiens, salicylés) et convient aux douleurs faibles à modérées.
  2. Palier 2 : est constitué des opioïdes faibles (tramadol associé ou non au paracétamol, codéine associée au paracétamol, poudre d’opium associée au paracétamol, ou éventuellement dihydrocodéine) soulageant des douleurs modérées à intenses.
  3. Palier 3 : regroupe les opioïdes forts (morphiniques) et convient aux douleurs intenses à très intenses.

En cas d’échec du traitement antalgique, des antidépresseurs et des antiépileptiques peuvent être prescrits car en dehors de leur effet sur la dépression et l’épilepsie, ils jouent un rôle dans la modulation de la douleur et peuvent donc aider à la diminuer.

Il faut veiller à bien suivre la prescription afin de minimiser les risques d’apparition d’effets secondaires.

Traitements non médicamenteux

De nombreuses autres voies thérapeutiques peuvent permettre de soulager les douleurs fibromyalgiques et contribuer ainsi à l’amélioration psychique et physique du patient :

  • Acupuncture
  • Kinésithérapie
  • Hypnose
  • Cryothérapie
  • Sophrologie
  • Thermalisme
  • Accompagnement psychologique (groupe de parole)
  • Relaxation
  • Activité physique (gymnastique douce, yoga)

Facteurs influant sur la fibromyalgie

Dans certains cas, les douleurs dues au syndrome fibromyalgique peuvent être aggravées notamment par le froid, l’humidité, le sommeil non réparateur, la fatigue, le surmenage, le manque d’activité physique, le stress ou encore l’anxiété. Par ailleurs, il est possible d’en atténuer les effets en adaptant son mode de vie. Il est donc conseillé d’avoir une activité physique régulière, de dormir suffisamment et de prendre des bains chauds.

Il est intéressant de noter que le climat joue également un rôle essentiel dans l’amélioration des effets associés à la fibromyalgie. En effet, il est préférable de favoriser les climats secs et chauds.

À savoir ! 90% des cas de patients fibromyalgiques disent avoir recours à la médecine alternative.

À savoir ! La rééducation et la relaxation font partis des trois grands piliers thérapeutiques de la fibromyalgie. En effet, les massages, la physiothérapie et la balnéothérapie mais également l’aide apportée par l’entourage améliorent significativement la santé psychique et physique de la plupart des patients.

La fibromyalgie est une pathologie aussi frustrante pour les cliniciens que pour les patients. Ces symptômes sont vagues et il n’existe pas d’anomalie biologique bien définie.

Plusieurs recherches scientifiques tentent d’en élucider le terrain génétique afin de déterminer la vraie nature de ce syndrome. En attendant, il est essentiel de prôner un mode de vie adapté pour mieux vivre la maladie au quotidien.

Lina R., Journaliste scientifique

– Syndrome fibromyalgique de l’adulte. Haute Autorité de Sante HAS – 2010. Rapport d’orientation.
– Fibromyalgie : critères de diagnostic et de suivi. Rev. Rhum. Monogr., Critères et indices en rhumatologie : 2ème partie 77, 148–151 – www.sciencedirect.com – Houvenagel, É., Ducoulombier, V., 2010.
– Actualités sur la fibromyalgie. Rev. Rhum. 75, 398–404 – www.sciencedirect.com – Ablin, J., Neumann, L., Buskila, D., 2008.
– La fibromyalgie – Encyclopédie Orphanet Grand Public – (16-01/2018)