Semaine nationale du rein : s’informer pour mieux se préserver

Actualités Santé au quotidien (maux quotidiens) Urologie / Néphro

Rédigé par Deborah L. et publié le 10 mars 2022

La Semaine nationale du rein est l’occasion de sensibiliser le grand public sur les maladies rénales. Cette édition nationale 2022 sera placée sous le thème de l’accroissement des connaissances sur le sujet pour une meilleure prise en charge et un dépistage plus précoce.

Journée nationale du rein

Journées nationales du rein : les dangers de la maladie rénale chronique

Les reins jouent un rôle essentiel au sein de l’organisme : ils éliminent les déchets avec l’urine et maintiennent constante la quantité d’eau de notre corps tout en veillant au bon équilibre des différents sels minéraux (potassium, phosphore, sodium). Autant dire qu’une une affection touchant les reins peut se révéler grandement problématique ! Si le diabète et l’hypertension sont responsables de près de la moitié des nouveaux cas d’insuffisance rénale, d’autres facteurs de risque sont à considérer comme des facteurs génétiques, l’âge ou les infections urinaires à répétition.

En France, on estime que 6 millions de personnes sont concernées par la maladie rénale chronique, soit 1 personne sur 10 ! Ce constat est d’autant plus préoccupant qu’il est estimé, que chaque année, le nombre de personnes concernées augmente de 2 %. Parmi elles, 11 000 personnes apprennent qu’elles souffrent d’une insuffisance rénale chronique terminale nécessitant un traitement de suppléance (dialyse ou greffe). Près de 39 000 personnes sont quant à elles porteuses d’un greffon rénal, 14 000 restent en attente d’une greffe de rein et 48 000 patients sont sous dialyse.

Il faut dire que cette pathologie, qualifiée de « silencieuse », évolue de façon progressive et ne se manifeste par aucun symptôme perceptible. De ce fait, elle n’est souvent détectée que trop tard, à un stade très avancé de la maladie. Pourtant, un dépistage et une prise en charge précoces pourraient ralentir voire stopper l’évolution de la maladie vers une insuffisance rénale dite “terminale” (lorsque les reins ne fonctionnent plus du tout).

À savoir ! Aujourd’hui en France, plus d’un tiers des personnes entrent en traitement de suppléance, en urgence, greffe ou dialyse.

De l’importance de sensibiliser et de pratiquer un dépistage précoce

C’est dire combien la sensibilisation de l’ensemble de la population aux facteurs de risque et à l’importance de se faire dépister s’avère indispensable ! Les différents professionnels de santé (médecins, pharmaciens, biologistes) doivent dès lors faire preuve de vigilance dans le repérage des personnes à risque (diabète, hypertension artérielle, obésité, traitement néphrotoxique etc.) et l’incitation au dépistage.

À savoir ! Le dépistage par bandelette urinaire peut être complété, si besoin, par une prise de sang pour le dosage de la créatinine.

Ils veilleront également à informer leurs patients sur les moyens de prendre soin de leurs reins :

  • Adopter une alimentation équilibrée pour éviter le surpoids (l’obésité favorisant la maladie rénale)
  • Se méfier des régimes hyper protéinés (œuf, viande, poisson) qui peuvent fatiguer et abîmer les reins
  • Pratiquer une activité physique régulière et adaptée
  • Boire au moins 1,5 litre d’eau par jour tout au long de la journée pour faciliter le travail des reins
  • Cesser le tabac
  • Eviter de manger trop salé

Par ailleurs, il conviendra d’informer le grand public sur les dangers liés à certaines substances pouvant être toxiques pour les reins (comme l’aspirine, les anti-inflammatoires non stéroïdiens, les laxatifs, les diurétiques).

Se mobiliser contre les maladies rénales

Cette année, la 17e édition de la Semaine nationale du rein se tiendra du 5 au 12 mars 2022.  Créée en 2005 à l’initiative de l’association France Rein, cette semaine vise à informer le grand public sur les maladies rénales, tout en le sensibilisant aux facteurs de risque et à l’importance du dépistage.

L’objectif de cette campagne 2022 ? “Accroître les connaissances pour améliorer les soins”. Elle s’appuie en effet sur le constat qu’un déficit global en connaissances sur le sujet freine la lutte contre les maladies rénales et augmente la mortalité associée. Durant cette période de forte mobilisation contre les maladies rénales, l’accent sera mis sur l’information de la population à travers des opérations nationales de dépistage au sein des établissements de santé. L’enjeu est de taille d’autant que les deux dernières années marquées par la pandémie de Covid-19 n’ont pas été propices à de telles actions.

Déborah L., Docteur en Pharmacie

Sources
– La Semaine Nationale du Rein du 5 au 12 mars 2022. francerein.org. Consulté le 9 mars 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.