La semaine santé en bref #9 : contamination de laits infantiles, couches des bébés…

Maladies infantiles Maladies infectieuses Santé au quotidien (maux quotidiens) Troubles alimentaires

Rédigé par Estelle B. et publié le 31 janvier 2019

Chaque semaine, Santé Sur le Net choisit pour vous 5 actualités santé, à ne pas rater.

brèves santé

Une nouvelle affaire de contamination de laits infantiles par des salmonelles

Après le retrait de plus de 600 lots de laits infantiles contaminés par des salmonelles fin 2017, une nouvelle affaire de contamination pourrait se profiler. En fin de semaine dernière, la Direction Générale de la Santé a procédé au rappel et au retrait de produits de nutrition infantile premier âge et deuxième âge de la gamme Modilac Riz. Les lots concernés ont été fabriqués sur un site de production espagnol. Jusque-là, le centre national de référence des salmonelles a été informé de l’infection de 4 nourrissons. Trois autres cas suspects sont en cours d’investigation.

Lire aussiSalmonelles dans les laits infantiles : retrait de 600 lots

Attention aux médicaments achetés sur internet

L’ANSM s’inquiète de l’utilisation d’un médicament à base de cannabidiol (substance extraite du cannabis), acheté sur internet, pour traiter certaines formes d’épilepsies. L’agence demande à tous les patients de ne pas utiliser de tels produits vendus en dehors du circuit légal de distribution des médicaments. Depuis décembre dernier, un premier médicament à base de cannabidiol peut être prescrit en France pour la prise en charge de certaines formes sévères d’épilepsie. L’utilisation hors prescription thérapeutique de produits dont la qualité n’est pas garantie peut s’avérer dangereuse.

Lire aussiEpidiolex, premier médicament à base de cannabis pour traiter certaines épilepsies

Ce qui se cache dans les couches des bébés …

L’ANSES a publié en fin de semaine dernière un avis concluant qu’un risque sanitaire ne pouvait être exclu, en lien avec la présence de certains produits chimiques dans les couches pour bébés. Cet avis relance le débat et les inquiétudes sur la composition exacte des changes pour les nourrissons. Le gouvernement demande aux fabricants et aux distributeurs de prendre sous 15 jours des engagements pour éliminer les substances en question des couches jetables. Les contrôles seront renforcés et des études complémentaires vont être lancées dans les plus brefs délais. L’objectif est d’informer complètement et en toute transparence les parents sur la composition des couches de leurs enfants.

Lire aussiDes pesticides dans les couches pour bébé

Les sartans : des rappels de lots à la pénurie de médicaments

Depuis l’été 2018, les rappels de lots de plusieurs spécialités de sartans (une classe de médicaments destinés à traiter l’hypertension artérielle) se succèdent et se multiplient. A l’origine de ces rappels, la présence d’impuretés dans les médicaments. Conjointement, l’Agence Européenne du Médicament (EMA) et l’ANSM demandent désormais aux industries pharmaceutiques d’assurer leur obligation de qualité et de sécurité des médicaments. Tous les lots destinés au marché européen doivent faire l’objet de contrôles stricts pour détecter d’éventuelles traces d’impuretés, avant que ces lots ne soient distribués aux patients. Par ailleurs, les fabricants doivent tout mettre en œuvre pour prévenir le risque de pénurie de médicaments antihypertenseurs.

Lire aussiValsartan : entre rappels de lots et risque de pénurie

La mobilisation mondiale contre la lèpre doit continuer

Chaque année, fin janvier, les associations se mobilisent contre la lèpre, une maladie qui compte encore aujourd’hui plus de 210 000 cas chaque année dans le monde. Les enjeux sont importants, en particulier pour les populations isolées et éloignées de tout système de santé. Le dépistage précoce et l’accès aux soins sont indispensables pour limiter la transmission et les conséquences de la lèpre. Pourtant, la recherche avance et a fait un progrès majeur en 2018 : une seule dose d’antibiotique associée à une vaccination contre la tuberculose pourraient suffire à diminuer significativement la transmission de la maladie. Le combat doit continuer contre la maladie !

Lire aussiLèpre : un nouveau cas toutes les 2 minutes

Rendez-vous la semaine prochaine, pour les prochaines actualités du monde de la santé !

Estelle B. / Docteur en Pharmacie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.