La semaine santé en bref #19

Actualités Conseils nutrition Gynécologie Maladies infectieuses

Rédigé par Estelle B. et publié le 11 avril 2019

Chaque semaine, Santé Sur le Net choisit pour vous les 5 meilleures actualités santé en France, à ne pas rater :

brèves santé

1 – Bilan positif pour le SIDACTION 2019

L’édition 2019 du Sidaction vient de s’achever avec un bilan plus que positif. Au total, environ 4,5 millions d’euros de promesses de dons ont été collectés, un chiffre en hausse par rapport à 2018. La mobilisation face au VIH doit impérativement rester forte, car plusieurs milliers de Français découvrent encore chaque année leur séropositivité. Un phénomène qui touche toutes les générations, des jeunes jusqu’aux plus de 50 ans.

Lire aussiVIH/SIDA : où en est la recherche ?

2 – Retraits de produits suite à des cas de listériose

Plusieurs cas de listériose ont été recensés par Santé Publique France, chez des personnes ayant consommé des produits laitiers et des fromages fabriqués par la Société Fromagère de la Brie. Par mesure de précaution, tous les lots produits entre février et avril 2019 sur les sites de Saint Siméon sont retirés du marché et/ou rappelés. Les femmes enceintes, les personnes malades et les séniors qui auraient consommé ces produits doivent être particulièrement vigilants à la survenue des premiers symptômes de listériose, sachant que le délai d’incubation de la maladie peut aller jusqu’à 8 semaines.

Lire aussiNorovirus, salmonelles, etc. : bilan annuel des infections d’origine alimentaire

3 – La suspension d’un chirurgien en Isère pose la question de l’évaluation des médecins

Un chirurgien isérois vient d’être suspendu pour 18 mois par l’Ordre National des Médecins, pour une cinquantaine d’opérations non justifiées, réalisées au sein d’une clinique privée. Parmi ces opérations, une trentaine aurait entraîné des complications post-opératoires, dont plusieurs cas d’amputations. Ce dossier relance le débat sur la possibilité pour les patients de connaître une évaluation des médecins, avant de consulter. Dans de nombreux autres pays, comme les USA, il est possible de se renseigner sur les pratiques et les résultats des médecins, quelle que soit leur spécialité. En France, les médecins s’opposent formellement à une telle évaluation, que réclament pourtant les patients et les autorités de santé.

Lire aussiBurn out : 1 médecin sur 2 est concerné

4 – Moins de produits phytosanitaires et la fin du glyphosate en France

Cette semaine, le comité d’orientation stratégique et de suivi a officiellement été installé dans le cadre du plan national de réduction des produits phytosanitaires. A cette occasion, le gouvernement a confirmé ses positions concernant les produits phytosanitaires, avec deux mesures phares : la diminution de moitié de l’utilisation des produits phytopharmaceutiques à l’horizon 2025 et la sortie du glyphosate pour la majorité des usages d’ici la fin de l’année 2020. Un autre objectif annoncé est de convaincre un maximum de pays européens de suivre l’exemple de la France sur cette voie.

Lire aussiMatphyto : l’impact des pesticides sur la santé

5 – La première greffe d’utérus en France

Récemment, Santé Sur le Net vous annonçait que deux hôpitaux français étaient désormais habilités à réaliser des greffes d’utérus. L’un d’eux, l’hôpital Foch de Suresnes, vient d’annoncer la première greffe d’utérus réalisée en France. La patiente greffée est une femme de 34 ans, née sans utérus en raison du syndrome de Mayer-Rokitansky-Küster-Hauser, une maladie congénitale rare qui touche une femme sur 4 500 à la naissance. Elle a pu recevoir l’utérus de sa mère, âgée d’une cinquantaine d’années. Dans le monde, une quinzaine de naissances ont eu lieu suite à une greffe d’utérus. La patiente greffée pourrait bénéficier d’une implantation d’embryons, préalablement congelés, dans 10 mois.

Lire aussiBébé né suite à une greffe d’utérus d’une donneuse décédée !

Rendez-vous la semaine prochaine, pour les prochaines actualités du monde de la santé !

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.