Vers la fin des cabines de bronzage artificiel ?

Oct 31, 2018 par

Nombreux sont celles et ceux qui multiplient les séances de bronzage artificiel pour avoir bonne mine. En France, les mélanomes cutanés représentent l’une des principales causes de mortalité chez moins de 35 ans. Chaque année, le mélanome est responsable de 1 500 morts.  L’agence nationale de sécurité sanitaire (ANSES) recommande la fermeture des cabines de bronzage en raison de leur risque avéré de cancer de la peau (mélanomes et carcinomes cutanés).

Cabines de bronzage

Quels sont les risques liés à l’utilisation des cabines de bronzage ?

Le bronzage de la peau est un phénomène lié à la production par l’épiderme d’un pigment noir appelé mélanine capable d’absorber les rayons ultraviolets (UV). C’est donc un mécanisme de défense contre les effets néfastes des UV qui, si l’exposition est trop intense, provoquent un vieillissement accéléré de la peau et, plus grave, des cancers de la peau.

Le bronzage artificiel émet des rayonnements à forte intensité, équivalant à l’exposition à un soleil tropical. Les rayonnements UV des cabines de bronzage peuvent être 10 à 15 fois plus intenses que ceux émis par le soleil. Une exposition de 20 minutes équivaut à rester 2 heures à la plage, exposé au soleil chaud de midi. Les UV causent des dommages à l’ADN qui s’accumulent au fil des expositions répétées et augmentent le risque de cancer cutané (mélanome).

D’après l’ANSM, le risque de développer un mélanome augmente de 59% quand l’utilisation des cabines de bronzage débute avant l’âge de 35 ans.

En 2015, 1,5 % des cas de mélanomes chez les hommes et 4,6 % chez les femmes pouvaient être reliés à l’exposition aux UV artificiels.

Les autres risques liés au bronzage artificiel

L’exposition aux UV artificiels entraîne également d’autres effets néfastes sur la santé.

Le recours aux cabines de bronzage répond principalement à des motivations esthétiques. Paradoxalement, le bronzage artificiel accélère le vieillissement de la peau qui est 4 fois plus rapide avec les UV artificiels des cabines de bronzages.

De plus, les résultats d’études récentes suggèrent que l’usage fréquent ou excessif des appareils de bronzage pourrait être considéré comme un comportement addictif. Des études supplémentaires sont nécessaires pour confirmer cette observation.

Les rayonnement UVA et UVB entraînent une immunosuppression provoquant une diminution de l’élimination des lésions précancéreuses. Des études sur des modèles animaux laissent penser que l’exposition aux UV altère l’efficacité d’une immunisation et réduit la résistance induite par une vaccination.

À savoir ! Il existe 3 types de rayonnements UV :
Les UVA qui ont une pénétration profonde dans la peau, provoquant des dommages importants.
Les UVB qui sont néfastes et participent aux coups de soleil.
Les UVC solaires sont arrêtés par l’atmosphère, sauf en cas de trou dans la couche d’ozone.

Des syndicats qui dénoncent l’appel à l’interdiction du bronzage en cabine

D’après le Syndicat National des Professionnels du Bronzage en Cabine (SNPBC), « le bronzage raisonné n’est pas dangereux et participe au bien-être des Français ».

Si le gouvernement venait à suivre les recommandations de l’Anses, 20 000 emplois dans la filière beauté bien être en France seraient détruits.

« Depuis ces quatre dernières années, 25 % des centres de bronzage ont disparu », ajoute le SNPBC.

D’après les syndicats, l’exposition aux UV artificiels ou naturels n’est potentiellement dangereuse que pour de 3 à 7 % des français qui sont parfaitement identifiés et sensibilisés aux risques.

Alexana A, Journaliste Scientifique

– Cabines de bronzage : l’Anses rappelle le risque avéré de cancer de la peau. Anses. Consulté le 22 octobre 2018.
– Les dangers du bronzage artificiel. Anses. Consulté le 22 octobre 2018.
– AVIS de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail, Anses. Consulté le 22 octobre 2018.
– “LES CABINES UV FONT LE LIT DU CANCER”. Syndicat dermatos. Consulté le 22 octobre 2018.
– La CNEP, le SNPBC et l’UPB dénoncent l’appel à l’interdiction de l’activité de bronzage en cabine. SNPBC. Consulté le 22 octobre 2018.
– Un mélanome mieux compris et mieux traité. INSERM. Consulté le 22 octobre 2018.
– Expositions aux ultraviolets naturels et artificiels : données du baromètre cancer 2015. Santé publique. Consulté le 22 octobre 2018.
Alexana A.
Journaliste scientifique spécialisée en biotechnologie.
Passionnée par le domaine de la santé et les nouvelles technologies du digital.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.